Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe N°30

 


1. 
Du nouveau pour les seniors !


Le 21 mai dernier est paru le décret qui précise la loi de financement de la Sécurité sociale 2009 qui oblige toutes les sociétés d’au moins 50 salariés à négocier un accord d’entreprise ou à élaborer un plan d’action pour favoriser l’emploi des seniors d’ici au 1er janvier 2010. Certains cadres quinquas devraient tout particulièrement profiter de cet environnement devenu plus favorable, notamment les commerciaux aux tempes grises. Les banques s’intéressent aux profils très confirmés qui rassurent les clients, même phénomène chez les assureurs qui considèrent qu’il vaut mieux quelqu’un d’expérimenté pour vendre de l’assurance à une population âgée. De même, les ingénieurs nucléaires quinquas sont très appréciés pour leur savoir-faire. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le groupe Areva a reçu récemment le trophée du "développement de la carrière des seniors". Les opportunités pour les cadres de 50 ans et plus ne se limitent pas qu’aux grands groupes. Les petites et moyennes entreprises sont plus ouvertes et focalisent moins sur l’âge. Elles sont très intéressées par le bon carnet d’adresses et l’expérience qu’apportent les acheteurs, les commerciaux très expérimentés et les Directeurs Administratif et Financiers. Si la France présente l’un des taux d’activité des seniors les plus faibles parmi les pays de l’OCDE, la donne pourrait changer.


2. 
Du souci pour les diplômés 2009 !


L’automne risque d’être difficile car les entreprises ont tendance à privilégier les jeunes cadres déjà expérimentés. De plus, elles font preuve d’un certain attentisme. Les premiers secteurs à pâtir de la frilosité actuelle sont le marketing, l’informatique, l’automobile, les relations publiques et la communication. Les gros employeurs sont les cabinets d’audit, les banques, l’énergie, et l’informatique. Mais ce sont surtout les profils qualifiés qui sont sollicités. C’est le papy-boom qui déclenche les recrutements, car si l’imminence de la reprise reste dans toutes les lignes de mires, le regain de dynamisme économique reste frileux. Quoi qu’il en soit, les employeurs réfléchissent beaucoup plus qu’auparavant avant de prendre une décision.


3. 
Les pires reclassements proposés !


Jusqu'à présent les employeurs, s'ils avaient des postes disponibles à l'étranger, étaient obligés de les proposer à leurs salariés licenciés. Certains n'ont donc pas hésité à mettre sur table des offres plus que farfelues. Par exemple, une entreprise à Dole, a proposé aux salariés de l'entreprise un poste au Mexique ou en Chine : Pour compenser les deux euros de l'heure de rémunération proposée, le groupe leur offrait un aller-retour gratuit par an vers la France ! L'assemblée nationale a dernièrement adopté un texte pour empêcher les propositions farfelues à l'étranger.


4. 
Une sieste et on repart.


Les études sont formelles, les Français dorment très mal et pas assez. Depuis la décennie 70, ils ont perdu plus d’une heure de sommeil par jour. 33% des français interrogés répondent qu’ils souffrent d’insomnies. Les principales causes de ces troubles du sommeil sont pour plus de 45% des sondés : l’angoisse et le stress. La privation de sommeil peut avoir, à terme, des conséquences importantes sur l’ensemble de notre métabolisme. Elle peut aussi entrainer des troubles d’hypertension artérielle, des problèmes cardio-vasculaires, de stress, de poids et une dérégulation glycémique. Ceci est grave car le sommeil est un élément très réparateur. De plus, selon une étude américaine, il permettrait de garder la ligne. Alors dans ce contexte cauchemardesque, piquer un petit roupillon après le repas de midi est excellent pour améliorer la concentration, la performance et donc pour gagner en efficacité. Il n’est pas nécessaire d’opter pour la bonne et grosse sieste de deux heures qui rend patraque. Un petit repos d’un quart d’heure à une demi-heure suffit à permettre une bonne récupération. Certaines entreprises encouragent ce type de "requinquement". C’est le cas de la société Kenzo qui propose une pause d’une demi-heure sur rendez-vous dans la "bulle Kenzo". Le sommeil étant une vraie source d’équilibre, n’hésitez pas à opter pour une "pause dodo".


5. 
La crise est-elle finie ?


Les perspectives économiques de l'OCDE tablent sur une récession prolongée. Les économies occidentales ne semblent plus en chute libre ce qui est une bonne nouvelle. Cependant il est important que les gouvernements gardent le cap sans se laisser abuser par quelques frémissements de reprise. Car ces signes ne sont peut-être que le résultat des très importants plans de relance budgétaire qui ont été mis en place ces derniers mois. La crise sociale aura des conséquences très coûteuses avec un accroissement important du chômage qui devrait se traduire par un alourdissement de la pression fiscale, même si le gouvernement s’y refuse. Les consommateurs et les investisseurs doivent pouvoir s’appuyer sur les efforts suffisants développés par les pouvoirs publics pour bâtir une économie mondiale plus saine, plus forte et plus juste que par le passé. Il est nécessaire que tous retrouvent foi dans l'avenir, et qu'ils soient assurés qu'une nouvelle catastrophe financière ne se produira pas. Pour rétablir la confiance du public, il est indispensable que les gouvernements mettent en place une nouvelle gouvernance qui permette à l'économie mondiale d’être plus saine. Contrairement à ce que l’on peut croire, la crise globale sera longue et éprouvante. S’il reste encore beaucoup à faire, nous devons nous sentir confortés par le fait que des efforts sont engagés jusqu'ici par la communauté internationale. Nous devons aussi unir nos efforts pour nous sortir de l'engrenage de la crise. Ce n’est qu’ainsi que les perspectives d’un avenir radieux auront une chance de s'éclaircir rapidement. Nous devons tous veiller à préserver la collaboration des états. Nous devons aussi accepter de faire quelques efforts pour une remise en cause partielle de nos avantages actuels.


6. 
La suite de la crise pour l’Europe, les Etats-Unis et le reste du monde.


L’Europe devrait rester en récession durant le second semestre 2009. Elle sera plus ou moins dure selon les pays. L’Espagne et le Royaume-Uni devraient être les pays qui afficheront les reculs les plus importants. La reprise devrait être môle en 2010 avec une accélération sensible de la croissance en 2011. Du coté américain, l’économie pourrait se stabiliser durant le second semestre 2009 avec une stabilisation de l’investissement immobilier. L’année 2010 devrait montrer une croissance moins dynamique. Du coté des pays émergents la consommation mondiale et le durcissement des conditions de crédit aboutiront à un ralentissement de l’investissement. Le plan de relance français devrait permettre un redémarrage de l’économie. Mais les mesures continueront à être "plombées" par la dette accumulée depuis des décennies.


7. 
Les applications Internet sont des passoires.


Les informations confidentielles ne doivent pas être mises sur le Web car les applications informatiques dématérialisées, aussi appelé "Cloud computing" sont de véritables passoires au niveau sécurité. En effet, il est possible d'essayer de "deviner" le mot de passe d'un utilisateur sans que l’application ne bloque les tentatives du pirate ou désactive le compte ciblé par les attaques. Pire, elle ne prévient même pas l'utilisateur qu'une personne a essayé de pénétrer sur le compte, avec ou sans succès. Il est donc très imprudent pour une entreprise d'utiliser certaines applications du Web pour partager des informations sensibles. Dans le cas ou il est vraiment nécessaire d’utiliser ces applications, il est recommandé de choisir l'option qui installe la suite sur le réseau de l'entreprise, derrière le pare-feu, ce qui permet d'empêcher les fuites d'informations.


Henri Pauvert.  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article