Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

François Fillon à la Réunion





Le Premier ministre François Fillon a entamé hier à La Réunion une visite de deux jours dans l’océan Indien qui le mènera aussi à Mayotte pour les états-généraux de l’Outre-mer et aux Comores, endeuillées par le crash de l’A310 de Yemenia qui a coûté la vie à 153 personnes dont des Français et des Comoriens. Trois étapes pour rétablir la confiance...

 


Hier à La Réunion, le Premier ministre a cherché à rassurer les Réunionais après la période de tension sociale traversée par l’île en mars, dans le sillage de la Martinique et de la Guadeloupe. François Fillon a déclaré que la France n’avait pas l’intention d’aller vers un "largage" des départements d’outre-mer.

"Aujourd’hui, la départementalisation ne fait plus l’unanimité : alors que Mayotte s’y engage, la Martinique envisage une autre voie et la Guadeloupe se donne du temps pour y réfléchir", a déclaré François Fillon pour expliquer l’annonce par le président Nicolas Sarkozy, lors de son récent voyage aux Antilles, d’un référendum sur l’autonomie en Martinique.

A l’adresse des Réunionnais, attachés au statut de DOM, il a affirmé : "Vous voulez être des Français comme les autres. Vous voulez les mêmes institutions que les autres (...) Ce message, je le reçois avec enthousiasme et je l’appuierai aussi souvent qu’il s’exprimera". Il a ainsi confirmé que le gouvernement allait "engager très rapidement les démarches auprès de la Commission européenne" pour que la Réunion "intègre" l’espace de libre circulation de Schengen. Il convient de souligner ici le rôle écrasant, et négatifs des milieux politiques antillais dans le marasme dont souffrent nos départements, sur le plan économique, mais aussi psychologique et moral. Les Mahorais votent à 95% pour devenir département français à part entière, la Réunion a fait en sorte que constitutionnellement, il ne puisse arriver aucun "accident" fâcheux à leur île de l'océan  indien. Et pourtant la Réunion a une direction politique plutôt à gauche, avec même un communiste comme Paul Vergès comme poids lourd de la politique depuis 40 ans.
Mais cette classe politique a le sens des responsabilités. Est-ce le cas chez nous?
Toujours est-il que le premier ministre a tort de dire que la départementalisation ne fait plus l'unanimité aux antilles. D'abord l'unanimité n'existe nulle part, sauf dans les régimes totalitaires. Ensuite parce que le débat sur la départementalisation selon l'article 73 ou l'autonomie (1ère étape...) avait déjà été posé par les referendums de 2003, et tranché nettement (75% d'électeurs en Guadeloupe) en faveur de l'article 73.
Cela suffit à montrer le caractère anti démocratique des actuelles remises en question.

Contentieux

Demain, François Fillon sera à Mamoudzou, la ville-capitale de Mayotte pour la première visite d’un représentant de l’exécutif depuis le référendum du 29 mars. Les Mahorais avaient voté à une écrasante majorité (95,2%) en faveur de la transformation de leur île, aujourd’hui collectivité d’Outre-mer, en département. En 2011, Mayotte deviendra ainsi le 5e DOM, sujet de contentieux avec les Comores qui continuent de rejeter ce rattachement à la France de la quatrième île de l’archipel comorien.

Le chef du gouvernement, qui sera accompagné du ministre chargé du plan de relance Patrick Devedjian et de trois secrétaires d’Etat, Chantal Jouanno (Ecologie), Hervé Novelli (Commerce et Tourisme) et Marie Luce Penchard (Outre-mer), viendra clore les états généraux locaux de l’Outre-mer, visant à mettre à plat tous les problèmes des insulaires.

Il s’envolera ensuite pour un bref passage de quelques heures aux Comores. Pour rassurer, encore et toujours. Ce crochet par Moroni, rajouté in extremis, fait écho à la forte émotion qui a suivi le crash du 30 juin, dont une adolescente est miraculeusement sortie vivante. Les Comores et la communauté comorienne française ont notamment accusé Paris de discrimination, critiquant le manque d’informations sur l’état de l’appareil, dont les autorités françaises ont annoncé après l’accident qu’il avait été interdit de vol en France.





La route des Tamarins.  (Notre correspondant et ami de la Réunion, nous a envoyé il y a quelques semaines cet article, et cette video sur la route des tamarins inauguré hier par le premier ministre François Fillon. Il ne vous reste plus qu'à cliquer sur le lien ci-dessous.


Je  vous  ai  envoyé  une  vidéo sur  l'ouverture de  la  route  des  tamarins : en  début  de  vidéo,
le  pont  de  la  grande  Ravine  est  de  la  même  longueur  que  le  porte  avion CH. De Gaulle
Il  passe  50.000  et  60.000  véhicules  /  jour  sur  cette  route.  Il  arrive  2500 voitures  neuves
par  mois  à  la  Réunion .Il  est  temps  de  passer à  un  autre  mode  de  déplacement    en
l'occurence  le  tram-train  :   début  des  travaux  fin  2009 . 

    Bernard,
lecteur  assidu  du  Scrutateur  .  

http://www.linfo.re/La-Route-des-Tamarins-vue-du-ciel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Dissident 14/07/2009 14:50

« Aujourd’hui, la départementalisation ne fait plus l’unanimité : alors que Mayotte s’y engage, la Martinique envisage une autre voie et la Guadeloupe se donne du temps pour y réfléchir »
Qui a permis à Fillon d’affirmer que « la Martinique » envisageait une autre voie ? J’ai bien vu le Chabin trépigner d’impatience, le Chauve faire le clown à sa triste habitude, et les autres Kapos bavasser sans fins et sans aucuns intérêts, mais je n’ai pas vu, ni entendu dire, que « la Martinique » ait « envisagée une autre voie ». Il en résulte que Fillon dit des conneries, et que, si « la Martinique »  ne choisit pas la voie présupposée bêtement par lui, il faudra que toute cette classe politique ganelonesque - qui s’y voyait déjà ! – démissionne pour rentrer dans ces trous à crabes d’où elle n’aurait jamais du émerger. Ou alors qu’on installe cette Bande Superbe à Colson, avec des camisoles de chez Cardin, mais qu’elle foute enfin la paix à ce pays qui n’a pas besoin de cette folle-dingue  incompétente. Elle pourrait aussi y être formée à la culture du Dachine d’ailleurs, le pays s’y prête, c’est son rêve, alors qu’on l’y colle - avec Perrette et son Pot - pour qu’elle comprenne enfin ce qu’est la véritable vie, et qu’elle cesse enfin d’emmerder ceux qui travaillent.

Louis 12/07/2009 21:33

SCHENGUENSingulier et instructif revirement de La Réunion .Lors de la consultation des RUP au moment de la création de l'espace européen de Schenguen,les Canaries (Espagne),Madère -Açores(Portugual) ont approuvé leur intégration à cet espace. Elles ont bénéficie du soutien logistique et financier del' UE pour la protection   de leurs côtes des immenses vagues d'immigration clandestine en provenance du Sud.Tandis que tous les DOM français rassemblés sous la houlette de la droite conduite par la réunionaise Margie Sudre(cf:Google Schenguen-Sudre)refusaient cette opportunité mues par la crainte de leur invasion par le Nord avec les Polonais et autres "grands méchants loups".Cette invasion se fait toujours attendre alors que nos DOM continuent d'attirer nos frères et voisins du Sud.Citoyens de L'UE notre identité est encore controlée au départ comme à l'arrivée de L'UE?Comme celles des touristes de l' UE que nous acceuillons en allongeant les files de débarquement et d'embarquement.Nos amis Réunionais veulent circuler librement qu'ils soient félicités pour cette nouvelle avancée démocratique à 12.000km de Paris...L. D

Chantal Etzol 11/07/2009 19:42

Il y en a plus qu'assez de la "langue de bois" des hommes politiques qui, quel que soit leur niveau (et d'autant plus éloignés de la réalité), font ceux qui ne voient pas, qui n'entendent pas, qui ne veulent pas, parce qu'ils manquent de lucidité et de courage!   " Sa ki bon pou zoies ké bon pou kanna!" NOUS AUSSI, nous voulons rester des départements comme les autres! Nous ne cessons de le dire, de le répéter, de le VOTER!Assez de ceux qui sont capables de faire le grand écart permanent; socialistes, qui disaient "oui" en Martinique ... et "non" en Guadeloupe, il y a six ans. Assez de ceux qui parlent au nom du peuple, qui siègent au nom du peuple, qui délibèrent au nom du peuple et qui décidentCONTRE L'AVIS de ce "peuple"...pendant que celui-ci se bat comme il peut pour subsister, pour conserver un emploi, un revenu que 40 jours d'irresponsabilité et de lacheté ont fait ou font encore disparaître. Que M. Fillon vienne expliquer ce que "l'autonomie" peut bien leur apporter, à tous ces artisans qui n'ont plus un seul chantier depuis Janvier 2009; aux loueurs de voitures, à ces chauffeurs qui faisaient visiter la Guadeloupe aux touristes, aux salariés des hôtels qui sont au chomage (La Caravelle ne reprendra probablement pas avant Novembre et un congrès d'au moins 300 personnes était prévu en Juin). Des chauffeurs de taxi avaient leurs carnets pleins ,tous les jours jusqu'au 30 Juin. Certaines personnes sont obligées de puiser dans des économies qu'elles mettaient de côté pour les études de leurs enfants.Le système des chèques "emploi-service fonctionnait très bien tant qu'il était basé à Lyon...malgré l'océan Atlantique; pourquoi tant de disfonctionnements depuis qu'il a été rapatrié en Guadeloupe? Que monsieur le premier ministre aille donc dans les campagnes et les grands-fonds, parler avec les gens pour connaître ce qu'ils vivent et LEUR REALITE... plutôt que d'écouter, l'air docte et compassé, des discours savants sur la dignité du peuple Guadeloupéen!Que fera-t-on pour ce "peuple", pendant les dix-huit mois de réflexion nécessaire à ses élus?Il n'y a pas eu assez de gachis, de temps perdu pendant 40 jours?Nous ferions mieux de passer ce temps à relancer l'économie. A nous entendre avec la Martini-que dans le plus grands nombre de domaines possibles pour qu'à deux ,nous ayions plus de poids pour défendre nos intérêts communs, qui dans l'hexagone, qui dans l'europe.Mais nous n'aurons, pendant dix-huit mois, que des palabres, encore des palabres, toujours des palabres, politiciennes!   Ras - le - bol!                                                                                                  Chantal Etzol