Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Jean Yoyotte est mort. 






(Le grand égyptologue martiniquais, Jean Yoyotte est mort. A la suite de la notice nécrologique publiée ce jour dans l'édition martiniquaise de France Antilles, le Scrutateur réédite la belle interview, publiée ici même, du savant qui avait été questionné par François-Xavier Guilherm. Le Scrutateur présente ses condoléances à la famille de monsieur Yoyotte, et à ses nomnbreux amis. E.Boulogne).

 
http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/education/jean-yoyotte-disparition-d-un-grand-scientifique-10-07-2009-38019.php


Jean Yoyotte. Disparition d'un grand scientifique

France-Antilles Martinique 10.07.2009

L'égyptologue martiniquais Jean Yoyotte, professeur honoraire au Collège de France et l'un des égyptologues les plus connus au monde, est décédé le 1er juillet à Paris à l'âge de 81 ans.
Ancien élève de l'École pratique des hautes études, où il fut directeur d'études, et de l'Institut français d'archéologie orientale du Caire, Jean Yoyotte a dirigé de 1965 à 1985 les fouilles archéologiques du site de Tanis.
De 1991 à 1997, il est ensuite titulaire de la chaire d'égyptologie du Collège de France. Jean Yoyotte est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l'Égype ancienne, dont, en collaboration, un « Dictionnaire de la civilisation égyptienne » (1959) et un « Bestiaire des pharaons » (2001).
Tanis est l'un des sites archéologiques les plus importants du nord-est de l'Egypte, connu notamment pour ses tombes royales. Une grande exposition intitulée « Tanis, l'or des pharaons » , dont Jean Yoyotte avait rédigé le catalogue, a été organisée en 1987 au Grand Palais à Paris.
« Pour l'Egypte, à la différence d'autres civilisations anciennes, nous ne possédons pas des grammaires et des commentaires faits par des gens du temps qui nous guideraient dans leur logique. Nous essayons nous-mêmes, laborieusement, de comprendre les vocables égyptiens » , expliquait-il en 1997, lors de l'ouverture de salles réaménagées du Musée du Louvre consacrées à l'Egypte.
Le 6 juin 2007, Jean Yoyotte avait été notre « Grand témoin » . En hommage à ce grand homme de science, nous publierons à nouveau cette interview dans notre prochain rendez-vous « Grand témoin » , le mercredi 5 août 2009.




 

INTERVIEW de Jean Yoyotte, Egyptologue, professeur au collège de France.

(Je reproduis, sans commentaires, une récente interview de monsieur Jean Yoyotte par François-Xavier Guilherm [ FXG] parue dans le blog de ce dernier : fxgpariscaraïbe. E B).Ci-contre une photographie de Jean Yoyotte.

 
Jean-Yoyotte.JPG
 

(Martiniquais par son père, Jean Yoyotte est un égyptologue émérite qui a été responsable du site de Tanis. Il enseigne au collège de France.

 Cheikh Anta Diop (1923-1986), s'est appuyé sur des citations d'auteurs anciens comme Hérodote et Strabon pour démontrer que les Égyptiens anciens présentaient les mêmes traits physiques que les Africains noirs d'aujourd'hui. Sur le plan linguistique, il considère en particulier que le wolof, parlé aujourd'hui en Afrique occidentale, présente de nombreuses similarités avec la langue égyptienne antique).



FXG : Comment êtes-vous venus à l’égyptologie ?

Jean Yoyotte : J’étais élève au lycée Henri IV et l’abbé Vandier m’a fait entrer par dérogation à l’école du Louvres. A 15 ans, j’apprenais l’égyptien ! Le Pr Montet s’est intéressé à moi et en 1965, il m’a demandé d’y aller. Tanis est un site royal qui a fourni une cinquantaine de chefs d’œuvre au musée du Caire. Nous avons trouvé peu de statues, mais nous cherchions les traces de destruction qui permettent de reconstituer plus amplement les édifices.

 

 

FXG : Quel regard portez-vous sur les intellectuels Antillais ?

Jean Yoyotte : A l’âge de l’enseignement supérieur, comme beaucoup d’étudiants à l’âme à gauche, j’ai lu Franz Fanon. Je connaissais Aimé Césaire comme un écrivain français. Dans les anthologies de poésie française, les Antillais et les Africains doivent avoir leur place, comme les Bretons ou les Provençaux. La francophonie est quelque chose d’admirable… Mon père était un parfait produit de la colonisation par ses bons aspects. J’avais le même talent que lui.

 

FXG : Egyptologue vous-même, vous avez-pu confronter vos idées à celles de Cheik Anta Diop ?

Jean Yoyotte : Cheik Anta Diop était un imposteur. Un égyptologue incapable de lire le moindre hiéroglyphe. Dire qu’une partie de l’Egypte… Comme si quelqu’un avait civilisé le monde ! La vision la plus bête d’un instituteur colonialiste et inculte, il l’a retournée ! Les Egyptiens représentaient les hommes en ocre rouge et les femmes en ocre jaune. Cheik Anta Diop n’y voyait qu’une convention esthétique et refusait de voir des Noirs dans les esclaves marrons. Oui, c’étaient des conventions, mais ils représentaient rouge et jaune ! D’autres représentations montrent les Egyptiens rouges, les Canaanéens jaunes, les Lybiens roses et les Nubiens noirs…

 

FXG : Vous l’avez rencontré comment ?
 
Jean Yoyotte : Il était employé à la bibliothèque du Collège de France et il habitait en bas, dans la rue, entre la Bibliothèque et Présence africaine. D’un point de vue scientifique, son œuvre est nulle, c’est une série d’erreurs. Moralement, on peut déplorer que cet homme pacifique ait des successeurs tels que la tribu Ka qui s’appuient sur son ignorance des sciences humaines. Il ignorait qu’il y a des langues sémitiques et non pas des peuples sémitiques. Les Soudanais parlent une langue sémitique… Je lui ai dit : « Assez de ce classement avec pigmentation. Je suis Blanc et mes sœurs sont noires ! » Il acquiesce. «  Tu insultes ma mère ! », lui ai-je dit en le prenant par le col. Il sous-entendait que ma mère se serait mal conduite…

 

FXG : Que représente pour vous le devoir de mémoire ?

Jean Yoyotte : Il ne se pose pas pour moi et je ne comprends pas très bien. Je connais ma mémoire, celle de mes maîtres, de mon père et de ma tante, celle des grands égyptologues. Revendiquer que l’histoire mondiale ne soit pas toujours exposée du point de vue du pouvoir central français est une protestation légitime. Un historien a le devoir de reconstituer des faits du passé mais pas d’opter sur une version ou une autre. On retrouve cela chez Glissant : pas de jugement qualitatif,  a fortiori sur les histoires nationales. Il y a du beau et de l’affreux, il faut l’admettre.

FXG : Les lobbyings afro-français et Antillais ont inquiété les historiens. Qu’en pensez-vous ?

Jean Yoyotte : Que veulent le CRAN ou le Collectif Dom ? Que l’on tienne compte de l’enseignement de Pétré-Grenouilleau dans l’enseignement scolaire ? Mais nous allons nous mettre les Arabo-musulmans à dos car ils ont été plus esclavagistes en données numériques.

 
par fxg publié dans : fxgpariscaraibe
Retour à l'accueil

Calendrier

Juillet 2009
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Présentation

  • : Le Scrutateur.
  • lescrutateur
  • : Actualité
  • : Blog destiné à commenter l'actualité, politique, économique, culturelle, sportive, etc, dans un esprit de critique philosophique, d'esprit chrétien et français.La collaboration des lecteurs est souhaitée, de même que la courtoisie, et l'esprit de tolérance.
  • Recommander ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 07/03/2007

W3C

  • Flux RSS des articles

Articles récents

liste complète

Commentaires

Images aléatoires

  • Le zoo.
  • Rhums.
  • L'album du scrutateur.

Rechercher

Profil

Texte Libre


 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Jean Yoyotte parfait produit du colonialisme,exemple type de la colonisation des esprits...vantant les mérites de 'la colonisation par ses bons aspects." ..! Cette individue c'est permis de traiter d'imposteur le grand Cheikh Anta Diop ,quel honte !
Répondre
E
Le fanatisme idéologique répons toujours au savoir argumenté par des insultes grossières. Pff!