Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Réponse à Jean le pétomane.  





Pour en finir avec Jeannot, le pétomane qui en redemande.


 (Jean Hamot).


J'ai été, il y a quelques semaines, étonné, et scandalisé, par la prise de partie officielle des actuels dirigeants de l'Eglise catholique en Guadeloupe, sous la signature de l'administrateur diocésain (provisoire), Jean Hamot, en faveur du LKP, durant la « crise sociale » récente.

J'ai élevé, une vive protestation auprès des autorités religieuses supérieures. Et l'on voudra bien se reporter à ma lettre « Supplique pour le don d'un évêque à la Guadeloupe ».

Cette lettre a suscité diverses sortes de réactions, dont plusieurs, officielles, que je garde pour l'instant sous la manche, et dont je ne reproduis que celle de Mgr Baldelli, le Nonce Apostolique à Paris (c'est-à-dire l'ambassadeur du Vatican en France).







J'ai été aussi contacté par un nombre important de prêtres et religieuses travaillant en Guadeloupe, (des Guadeloupéens, noirs et blancs, des africains), mais aussi de laïcs, tous ayant eu à souffrir des méthodes autoritaires et intimidantes, du sieur Jean Hamot, et du sextuor de prêtres indépendantistes, qui l'ont placé là où il est, et le tiennent.

C'est, notamment sur leurs témoignages indiscutables que j'ai élaboré ma réponse à une attaque d'une rare violence (et courageusement anonyme) dont j'ai été l'objet sur le site officiel de l'Eglise en Guadeloupe.

J'ai répondu sur le Scrutateur, en les pulvérisant, aux diffamations graves de ces messieurs, dans un article que l'on peut facilement retrouver (« Misérable petite vesse sur le site de l'Eglise en Guadeloupe »).

Mais ma protestation contre ce qu'il faut bien appeler une forfaiture ecclésiastique a été largement relayée, bien au-delà des 500 visiteurs quotidiens de ce blog, par leurs initiatives personnelles (expédition aux amis de leurs carnets d'adresses, aussi en métropole, par le journal Désinformation Hebdo, organe de l'Institut d'Etudes de la désinformation, et en Guadeloupe, par André-Jean Vidal sur son blog « Indiscrétions », par le blog de Sosthène Guadeloupe en crise, et encore par le journal Sept-Magazine, qui résume le sens le mon initiative, tout en donnant la parole à Jean Hamot qui parle de tout sauf de ce qui est en question, et évoque sa possible accession à l'épiscopat (lol!), car « tout est possible dans l'Eglise ». (sic!!!!!). Expression qui, évidemment laisse perplexe!


Fou de rage, M. l'administrateur me réplique à nouveau sur le même site officiel. C'est donner beaucoup d'importance à un personnage négligeable!

Mais les pétomanes sont inlassables.

L'article précédent était anonyme.

Celui-ci est signé de Jeannot lui-même. L'un n'était qu'une vesse. Celui-ci est un pet. Mais la teneur, et l'odeur sont les mêmes!

Voiçi donc ce chef d'oeuvre de rance ressentiment.




« L’Eglise, notre Mère !

Le journal 7 Mag s’étant senti obligé de publier une partie de la lettre de Mr Boulogne au

Nonce apostolique, je voudrais porter ici quelques éléments d’appréciation qui ne sont en rien

des justificatifs aux accusations coutumières de ce monsieur.

Il faut savoir que Mr Boulogne est le porte-parole d’un résidu de nostalgiques de l’Eglise de

Mgr Lefebvre : les intégristes. Toujours prêt à mettre l’Eglise au banc des accusés, à ruminer

amertume et rancoeur, il oublie, ce faisant, que l’Eglise c’est le peuple des baptisés, des

Guadeloupéennes et des Guadeloupéens qui forment le peuple de Dieu ici en Guadeloupe

Inutile de revenir sur la nomination d’un évêque, nous ne manifestons pas, comme Monsieur

Boulogne de fébrilité à ce sujet, le Nonce ayant, lors de sa visite pour l’Assemblée de la

province ecclésiastique Antilles-Guyane en janvier, fait le point de la situation (Cf. Eglise de

Gpe n° 853 et l’interview dans 7 Mag).

Par ailleurs, personne ne peut nier que le mouvement LKP est juste dans ses motivations, sous

peine de mauvaise foi. Les catholiques ont été nombreux au coeur de ce mouvement. Etaient

présents aussi des membres du mouvement des entrepreneurs et dirigeants chrétiens. L’Eglise

était donc dans la rue. Fallait-il détourner le regard ? Fermer les yeux ? Se tenir au-dessus de

ce mouvement qui réunissait autant de baptisés ? Des femmes et des hommes à qui nous

parlons chaque dimanche de justice, de paix, de partage, d’amour ? Il était inadmissible que

l’Eglise fasse la sourde oreille, aussi, en Eglise, nous avons fait une relecture de ces 44 jours.

Qu’a fait Jésus de son vivant ? Et je renvoie Mr Boulogne à la lecture de l’Evangile : Jésus a

épousé l’histoire de son peuple. Tout l’intéressait, en particulier les détails de la vie. Que l’on

se rappelle ses paraboles. A cause de ses paroles et de ses actes, il est entré en conflit avec les

autorités religieuses, avec les foules, parfois avec ses disciples et même avec ses parents.

« Les siens ne l’ont pas reçu ». Il a été condamné pace qu’il fréquentait les petits, les laissés

pour compte, les pestiférés, les pécheurs. Tous ceux, précisément, qui étaient victimes de

« pwofitatyon ». Les autorités religieuses de son pays n’ont pas accepté son option

préférentielle pour les pauvres.

Si l’Eglise ne peut, à la suite de son Maître, «se rendre attentive aux besoins de tous, afin

que, partageant leurs tristesses et leurs angoisses, leurs espérances et leurs joies, elle

progresse avec eux sur le chemin du Royaume », alors elle n’a aucune raison d’être. Nous

sommes ici bien loin d’une «basse besogne politicienne» !

Mr. Boulogne, qui est donc disciple de Mgr Lefebvre, ne peut évidemment pas accepter ce

que dit le Concile Vatican II ! On peut lui recommander la constitution pastorale l’Eglise

dans le monde de ce temps qui entend nouer un dialogue entre l’Eglise et le monde

d’aujourd’hui, sur toutes les grandes questions à travers lesquelles se joue le sort de

l’humanité : vie personnelle et sociale, culture, problèmes économiques et politiques,

sauvegarde du monde. Pour compléter la culture religieuse de ce professeur de philo, on peut

encore ajouter le Compendium de la doctrine sociale de l’Eglise.

Dans le dernier synode des évêques sur la Parole de Dieu, je veux lui indiquer ce passage « La

Parole de Dieu et l’engagement dans le monde » : « La Parole de Dieu dans les saintes

Ecritures et dans la tradition vivante de l’Eglise, aide la conscience et le coeur des hommes à

comprendre et à aimer les réalités humaines et la création. Elle aide en effet à reconnaître les

signes de Dieu dans toutes les difficultés de l’homme engagé à rendre le monde plus juste et

plus habitable ; elle soutient l’identification des « signes des temps » présents dans l’histoire ;

elle pousse les croyants à s’engager pour ceux qui souffrent et sont victimes des injustices. Le

combat pour la justice est la transformation constitutive de l’évangélisation. » ( cf

Evangelium nuntiandi, 19 (17)

Ainsi, notre action dans la crise sociétale s’inscrit bien dans la ligne de l’Eglise et de tous ses

témoins tels Jean Paul II, l’Abbé Pierre, Soeur Térésa, soeur Emmanuelle, Mgr Etchegaray,

Mgr Oscar Roméro etc… tous ceux qui ont pris la défense des petites et des pauvres, ceux

qui ont témoigné de l’option préférentielle de l’Eglise pour les pauvres.

S’agissant du Denier de l’Eglise : le droit canon, qui régit le fonctionnement de l’Eglise et lui

confère un cadre juridique, demande aux fidèles de participer à la vie matérielle de leur

Eglise. Pour chaque catholique, le denier de l’Eglise est un moyen d’assumer sa part de

responsabilité dans la prise en charge des besoins de son Eglise et de manifester un soutien

concret à son action. M. Boulogne voit-il une autre solution pour que l’Eglise survive ?

Depuis plus de 20 ans, l’Eglise en Guadeloupe vit en puisant dans les réserves constituées

grâce à la générosité de nos aïeux. Nous n’avons commis aucun crime en attirant l’attention

des fidèles sur la nécessité de prendre leur part à la vie matérielle de leur Eglise qui n’a quand

même pas une existence virtuelle.

M. Boulogne, lorsqu’il lance un appel à la grève du denier du culte, mène une manoeuvre

désespérée pour porter atteinte à la générosité des fidèles. Qu’il soit tout de même rassuré,

tant qu’il existera des chrétiens honnêtes, généreux et fidèles à leur Eglise, il pourra lui-même

continuer à bénéficier des messes célébrées par des prêtres qui n’ont pour tout revenu que ce

que les fidèles acceptent de donner.

Je remercie tous les chrétiens qui, ayant lu l’article de 7 Mag, m’ont envoyé des messages de

soutien. Par exemple celui d’un évêque de la conférence épiscopale de France : « J’ai bien

admiré tes prises de paroles bien enracinées et évangéliques » . Ou encore cette lettre d’une

retraitée, bien âgée, qui de sa main tremblante m’écrit : « vous êtes un religieux….s’adaptant

aux projets les plus urgents toujours en plein accord avec les confrères pénétrés comme vous

des réalités actuelles difficiles. On croirait que vous êtes tous lâchés comme des brebis égarés

dans la jungle de ces écrivains au milieu des loups ; ils n’ont pas compté avec le bon berger

qui veille et vous sauvera, les dangers certes accourent subtils, inconnus, de près ils vous

entourent tous… Plus près est Jésus. Sois confiant en Lui, car Lui seul détient la vérité.

Voilà ce que je tenais à partager avec vous. Encore une fois, merci pour notre Eglise ! »

Jean Hamot.


Réponse :


  1. On notera que M.Hamot diggère mal que « Sept-Magazine » « se soit senti obligé » de faire écho à ma position dans cette affaire. On voit bien que si cela eut dépendu de.M l'administrateur une censure vigilante se fut abattue sur tout ce qui en Guadeloupe est en désaccord avec le LKP. Mais, passons!

  2. Puis il est dit qu' Edouard Boulogne est Lefebvriste, intégriste, etc, etc. Une fois de plus cet homme ment. Je le dis sans précaution oratoire particulière, et sans ambage, parce que c'est ainsi. Il ne se trompe pas, il MENT dé-li-bé-ré-ment! Moi, Edouard Boulogne, je suis catholique Romain de stricte obédience, et le pape Jean-Paul II est, à mes yeux, le plus grand pape du 20ème siècle.

    Hamot! Tann pou konprann! OK!

  3. Mais au cas même où j'aurais été « intégriste », on aurait pu concevoir une tendresse particulière pour moi à l'instar de celle du berger qui pour sauver une seule brebis égarée, laisse en plan les 99 autres, ou comme celle de Benoit XVI à l'égard des intégristes, mal récompensé il est vrai, par ces hommes à la nuque raide, alors qu'il leur avait tendu la main de la réconciliation.

Mais M. Hamot n'aime guère ces histoires de bergers.

Le bon berger, pour lui, est le fonctionnaire qui conduit les brebis à la tonte, avant de les conduire au sacrifice.


( Moutons prêts pour le tonte! En attendant le sacrifice!).


Il faut bien vivre n'est-ce pas! Et je n'en disconviens pas. Mais je ne suis pas décidé à me laisser tondre ( et à payer pour ce faire!) puis conduire au couteau du grand sacrificateur LKP, Elie Domota, que les Chérubin-Céleste et autres Plaucoste, vos électeurs, et qui vous tiennent, ont couvé et formé. Ces gens forment, en Guadeloupe, le camp des « zélotes » ces religieux juifs qui firent tout pour faire assassiner Jésus, lequel refusait de se laisser transformer en messie politique, ennemi de Rome, et chef révolutionnaire. Dois-je rappeler que Judas fut de ces zélotes, et qu'il livra aussi le Christ pour une histoire de deniers? !!!




3.M. Hamot réitère ensuite son plein soutien au LKP. « Errare humanum est; perseverare diabolicum » : l'erreur est humaine, mais y persévérer est diabolique. Je ne reviendrai pas sur la démonstration de son erreur que j'ai déjà faite, préférant livrer, à cet égard, le commentaire d'un lecteur du Scrutateur, que je ne connais pas, et qui signe Albert. Ce commentaire est lumineux :



   

23/06/2009 16:03:15
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire


 
 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Albert sur l'article Misérable petite vesse sur le site officiel de l'Eglise en Guadeloupe, par Edouard Boulogne., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:

« Chrétien de bonne foi, je l’espère, Guadeloupéen bon teint (puisqu’il faut hélas maintenant le préciser) et catholique pratiquant, je paie sans rechigner mon denier du culte à l’Église de Guadeloupe. Je lis aussi régulièrement le bulletin diocésain. Or, c’est peu de dire que j’ai été quelque peu « étonné » de trouver sous la plume de Jean Hamot, administrateur provisoire de notre Église,  à la suite des événements que nous connaissons, le passage contesté par Édouard Boulogne à savoir que « le LKP, comme le bon samaritain de l’Évangile, a relevé sur le bord de la route, la Guadeloupe malade... »
C’est vrai, notre Guadeloupe souffre de beaucoup de maux dus à toutes sorte de profitations, comme le sont tous les pays du monde en ces temps de crise mondiale, y compris la France métropolitaine et d’autres nations plus avancées que nous. Certes, beaucoup de chrétiens de Guadeloupe, et heureusement, se sont sentis concernés par cette souffrance de leurs frères et ont emboîté le pas aux revendications et manifestations du LKP. Moi-même, pourquoi ne pas le dire ? sans descendre dans la rue, j’ai supporté certaines de ces revendications et ai été heureux de constater qu’une réponse positive leur avait été apportée.
Mais en mon âme et conscience, je me suis vite désolidarisé de la tournure raciste, vindicative injurieuse, intolérante et gratuitement violente prise par les événements. À mon sens, aucune fin, si juste soit-elle, ne saurait justifier les violences verbales et physiques employées par les membres de ce mouvement par ailleurs en réalité très politisé  - c’est une évidence - et qui ne veut pas dire son nom.
Discutant avec de nombreux amis, je me suis rendu compte que finalement, ces événements dits « sociaux » avaient divisé profondément la Guadeloupe et qu’il y avait au moins autant de chrétiens de « bonne foi »  comme moi des deux côtés de la barrière. J’ai supposé alors que, à moins d’être aveugles et sourds, nos pasteurs avaient dû faire la même constatation. 

Devant une telle situation, quel doit être le rôle des responsables d’Église ?
Sans vouloir donner de leçon, je me pose la question : Ont-ils le droit de jeter de l’huile sur le feu au sein de la communauté dont ils ont la charge en prenant ouvertement parti pour un camp plutôt que pour un autre, s’appuyant qui plus est sur une parole d’Évangile ?  Ou bien ont-ils le devoir d’analyser sereinement les faits, de faire la part des choses et d’éclairer aussi bien les uns que les autres sur leurs droits et devoirs ?
 Si au lieu de comparer si légèrement le LKP au bon samaritain, jetant ainsi le trouble dans l’âme et la conscience de beaucoup de chrétiens Guadeloupéens, Jean Hamot, avait relevé objectivement dans son analyse les aspects positifs aussi bien que négatifs de ces événements, mettant chacun en garde, sans parti pris, contre les dérapages qu’aucun esprit chrétien ne saurait  cautionner, il aurait été à mon humble avis, nettement plus dans son rôle de pasteur et de rassembleur.
 Qu’Édouard Boulogne ait jugé bon de relever publiquement, à sa manière, cet étonnant « dérapage » de notre Administrateur diocésain non seulement est de « bonne guerre », mais relève du devoir de l’observateur attentif qu’il est et on ne saurait lui en faire le reproche.
Par contre, que la réponse des Responsables de l’Église de Guadeloupe aux interventions d’Édouard Boulogne soit ce qu’elle est aujourd’hui, me choque profondément.
 J’avais cru comprendre en effet que dans notre Église Catholique le pouvoir d’excommunication n’était dévolu qu’au seul Souverain Pontife ».  

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

 
 

© 2009 over-blog.com. Tous droits réservés



Voici qui est fort bien vu et dit.


Faut-il désespérer de Jean Hamot?


Il ne faut jamais désespérer.

Les responsables, politiques, mais aussi religieux, sont comme les autres hommes. Il y a chez eux, parfois, un côté femelle qui explique bien des choses (je n'ai pas dit féminin. J'entends par cet adjectif, rare, le comportement soumis, sensible à la force, avec des attitudes, évoquant des postures de femelles en rut. Postures qui, il faut le reconnaître se retrouvent, au sens figuré, dans maints comportements humains, laïcs, ou religieux).

Jeanne d'Arc fut brûlée vive grâce à l'activisme onctueux, de l'évêque Cauchon (et la caution, de notre Sainte mère l'Eglise, alléguée scandaleusement, par ce collabo, de triste mémoire).

En 1940 Des évêques en France devinrent non point nazis, il serait injuste de le dire, mais sensibles à ce qu'ils croyaient être des « signes du temps » (la défaite française fruit de toutes les pwofitasyons de la 3è République!). Ils firent amende honorable par la suite.

En mai 1968, alors que de Gaulle semblait éliminé du champ politique, et que la Révollution soixante-huitarde paraissait irrésistible, ce bon Mgr Marty, archevêque de Paris, tout suant et blème cria au micro de l'ORTF : « Dieu n'est pas conservateur! Mes frères ». Ce qui ne l'empêcha pas, de Gaulle ayant retourné comme on sait la situation, si magistralement,  d'aller présenter ses voeux le 1er janvier 1969, au général, avec son si délicieux, et rocailleux, accent bourguignon!

Lui aussi s'était trompé dans la lecture des signes.

Alors faut-il désespérer de Jean Hamot?


Il ne faut jamais désespérer.


Car, comme chantait je crois Bob Dylan, au cours des sixties « le monde et les temps chaaangeeent »!


Les temps et les rapports de force.


Et puis pour une raison moins réaliste et presque cynique, une autre raison, plus mystique mais non moins réelle, parce que « tout est grâce »! comme disait Bernanos.


Edouard Boulogne.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antoine de Panou 01/07/2009 17:07

Autant en emporte les vents ? Je crains le pire. Car je sens comme un odeur de souffre dans les émanations de M. Hamot, ci-devant prêtre, paraît-il, mais dont le ton ne me paraît pas celui de la douceur évangélique. Je ne vois la trace de nulle béatitude ; je ne vois celle de la moindre référence à la prière de Saint-François d'Assise quêtant la grâce d'être un artisan de paix, et le décalogue me paraît même quelque peu bafoué dans le faux témoignage manifeste du sieur Hamot accusant le scrutateur d'être un "levebvriste", mensonge dont il ne peut ignorer qu'il est un mensonge. À moins qu'il ne soit le fruit de l'ignorance. Auquel cas, que M. Hamot confesse son péché, et qu'il confesse sa double ignorance, l'ignorance que le LKP n'est pas la parousie qu'il prétend. Maintenant, cher Scrutateur, ne considérez plus Hamot comme un simple pétomane, puisque ses gaz d'échappement peuvent échapper à son entendement. Tenez-le plutôt pour un menteur, un faux témoin et, en définitive... un faux pasteur. En tout cas pour quelqu'un qui ignore que le Christ aurait certainement dit de rendre à Domota ce qui est à Domota et à Dieu ce qui est à Dieu. Par ailleurs, le Christ aurait certainement chassé les marchands du temple, vous savez, ces pwofiteurs à qui il aurait dit que celui qui n'a jamais pwofité dénonce en premier la pwofitasyion. Enfin il aurait soufflé à Hamot : tu aimeras Édouard Boulogne comme toi-même, même s'il est blanc, car il est ton prochain. Au fait, Scrutateur, entre deux jets d'encre, n'oubliez pas de prier pour ce pauvre Hamot. Vous voyez bien qu'il s'égare, vous voyez bien qu'il a perdu le sens de la vérité. Priez pour lui... Les péchés de prêtres sont encore plus douloureux pour le bon Dieu que ceux des simples énergumènes non consacrés.

Dissident 01/07/2009 13:20

Si Hamot confond la Haine Pure et puis la destruction qu'elle a engendrée dans la division, avec l'Amour Pur de Dieu que doit refleter l'Eglise Catholique dont il se réclame - et qui doit entrainer derrière lui et elle l'UNITE - et bien il est au mieux un IMBECILE. C'est ce que je lui souhaite d'etre pour son bien amen.

Vidal 01/07/2009 10:37

Mr Boulogne, j’ai parcouru avec attention la totalité de votre réponse  à Jean Hamot  ainsi que les messages qui l’accompagne, étant moi-même chrétien- catholique, je ne suis pas du tout étonné du comportement de certains Ecclésiastiques Antillais et d’ailleurs, qui sous couverture de la foi chrétienne en arrivent à des dérives qui n’ont rien à voir avec ce que Jésus a prêché jadis.
Quand au risque peu probable de menace d’excommunication vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, même si en théorie cela relève de la seule volonté du Pape, rien ni personne ne vous enlèvera votre foi, seul le céleste a le pouvoir de vous juger en conséquence, je peux vous dire qu’en la matière l’Eglise elle-même a beaucoup à ce faire pardonner et cela vu les exactions commises autrefois par des gens et non des moindres, qui ont confondu sacerdoce (prêcher la parole de Dieu) et non la Tyrannie, les exemples sont nombreux en la matière ainsi que les mensonges de l’église catholique (vous êtes  chrétien), si tel est votre volonté rien ni personne n’a le droit et le pouvoir de vous obliger à changer de conviction
 Christian-Bernard Vidal         

Chantal Etzol 01/07/2009 01:47

L'association diocésaine n'est qu' une TKL ou Ti kominoté Légliz (i pé pa pli piti ki sa!),dans  laquelle un TSS, ou Trissotin Sans Soutane, décrète : hormis nous et nos amis, point de salut...En français, cela s'appelle du CLERICALISME. La lettre au nonce apostolique n'a exprimé quemodérément le mécontentement d'un nombre croissant de catholiques,qui continueront de prier pour que la providence divine donne à la Guadeloupe de "SAINTS PRETRES" et un évêque.                                                                                                                    Chantal Etzol

Francky 30/06/2009 20:39

" tout est grâce "Tout, sauf l'émission de vesses! De telles productions, endogènes ou pas, condamnent leur émetteur à ne pas quitter ce monde en "odeur de sainteté".L'apôtre Francky