Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le remaniement ministériel.
Un assez important remaniement ministériel a été effectué aujourd'hui, 23 juin 2009, à l'intérieur du gouvernement français. On trouvera plus bas la liste complète des membres du nouveau gouvernement dont le premier ministre demeure M. François Fillon.


 (Madame Marie-Luce Penchard).



Si l'on peut déplorer le départ d'une femme de conviction comme madame Christine Boutin, on notera l'arrivée assez bien accueillie, par des personnes de tous bords, de M. Frédéric Mitterrand au ministère de la culture. Le neveu de François Mitterrand dans un ministère de « droite », c'est un de ces « coups » comme les aime le président de la République.



En ce qui nous concerne, aux antilles et dans l'outre mer en général , on appréciera le départ d'Yves jego (le plus nul des ministres de l'outre-mer en cinquante ans, qui sera peu regretté, sauf peut-être par les militants du LKP).

Son remplacement par madame Marie-Luce Penchard (fille de Lucette Michaux-Chevry) laisse les observateurs politiques prudents.

De toute façon madame Penchard sera plus agréable à regarder et à écouter que M. Jego.

Mais la politique ne saurait se confondre avec un concours de beauté. On jugera madame Penchard sur son travail, et ses engagements.

Il est difficile de ne pas imputer sa nomination, pour une part à l'influence politique de sa mère. Mais il faut attendre pour la juger, car on n'est pas responsable de ses parents.

Déjà, dans sa première déclaration, Marie-Luce Penchard a laissé entendre qu'elle n'était pas partisanne des déclarations tapageuses. Ceci juste avant l'interview de Lucette, qui a été fidèle à elle-même.

Nous n'aurons peut-être pas longtemps à attendre pour nous faire un jugement, puisque le « patron » Nicolas Sarkozy sera dans nos murs dans un très proche avenir.

D'ores et déjà madame Carabin député de la Guadeloupe et maire du Moule a démissionné de l'UMP, et l'on ne peut pas dire que ses motivations sont dépourvues de bonnes raisons.

Sur RFO-Guadeloupe, le président du Conseil régional de la Guadeloupe, M. Victorien Lurel, a tenu des propos dignes d'être pris en considération. M. Lurel ces jours derniers n'avait déjà pas caché son peu d'enthousiasme pour une évolution statutaire de la Guadeloupe en dehors de l'article 73 de la constitution.

Et l'on ne peut lui donner tort. Va-t-on vers une alliance Lurel-Carabin et quelques autres de tous bords politiques?

Seuls s'en indignent ceux pour qui, en Guadeloupe, les étiquettes de « droite » et de « gauche » ont encore un sens.

Ce qui compte c'est la Guadeloupe, une Guadeloupe libre et démocratique, c'est-à-dire française.

A l'intérieur du gouvernement ceux qui n'en sont pas persuadés pourraient connaître des surprises désagréables.



Edouard Boulogne.



Annoncé mardi soir par le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant, le remaniement voit l'arrivée de huit ministres. Voici la liste du nouveau gouvernement.

- Jean-Louis Borloo, ministre d'Etat, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat

- Michèle Alliot-Marie, ministre d'Etat garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

- Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

- Xavier Darcos, ministre du Travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité

- Eric Woerth, ministre du Budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'Etat

- Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, porte-parole du Gouvernement

- Bruno Le Maire ministre de l'Alimentation, de l'agriculture et de la pêche

- Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la communication ;

- Michel Mercier, ministre de l'Espace rural et de l'aménagement du territoire

- Henri de Raincourt, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement

- Christian Estrosi, ministre auprès de la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi, chargé de l'industrie

- Valérie Letard, secrétaire d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre de l'écologie et du développement durable

- Jean-Marie Bockel, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Justice et des libertés

- Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services et de la consommation, auprès de la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi

- Rama Yade, secrétaire d'Etat chargée des sports, auprès de la ministre de la santé et des sports

- Hubert Falco, secrétaire d'Etat à la défense et aux anciens combattants, auprès du ministre de la défense

- Nadine Morano, secrétaire d'Etat chargée de la famille et de la solidarité, auprès du ministre du ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité

- Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat chargé des affaires européennes, auprès du ministre des affaires étrangères et européennes

- Nora Berra, secrétaire d'Etat chargée des aînés, auprès du ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité

- Benoist Apparu, secrétaire d'Etat, chargé du logement et de l'urbanisme, auprès du ministre d'Etat, ministre de l'écologie et du développement durable

- Marie-Luce Penchard, secrétaire d'Etat chargée de l'outre-mer, auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

- Christian Blanc, secrétaire d'Etat chargé du développement de la région capitale auprès du Premier ministre

Par ailleurs, sont confirmés dans leurs fonctions:

- Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes

- Christine Lagarde, ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi

- Patrick Devedjian, ministre auprès du Premier ministre, chargé de la mise en oeuvre du plan de relance

- Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

- Hervé Morin, ministre de la Défense

- Roselyne Bachelot, ministre de la santé et des sports

- Eric Besson, ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du développement solidaire

- Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Economie, de l'Industerie et de l'emploi, chargé de l'emploi

- Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat auprès du premier ministre, chargée de la prospective et du développement de l'économie numérique

- Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat auprès du ministre d'Etat, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, chargé des Transports

- Fadela Amara, secrétaire d'Etat auprès du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, chargée de la Politique de la Ville

- Alain Marleix, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales, chargé de l'Intérieur et des Collectivités territoriales

- Anne-Marie Idrac, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi, chargée du Commerce extérieur

- Alain Joyandet, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de la Coopération et de la Francophonie

- Chantal Jouanno, secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie auprès du ministre d'Etat, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer

- Martin Hirsch, Haut-Commissaire auprès du Premier ministre aux Solidarités actives contre la pauvreté, à la Jeunesse et à la Vie associative.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian-Bernard Vidal 25/06/2009 20:58

Pour faire simple, Mr Theometis nous somme d’accord, seule l’interprétation diffère, je ne vois pas dans quel but les différentes régions de France accèderait à l’Independence, que ce soit la Corse, qui entre nous est toujours à la recherche de sa véritable identité ou une quelconque autre région et pourtant ce n’est pas l’envie qui manque à certains, au 21ème siècle la seule façon de s’en sortir c’est l’union et non la désunion   

Jeko 25/06/2009 20:57

Je ne sais pas si elle sera "pire que sa mère" en tout cas elle ne peut pas etre pire que Jego. D'aillleurs elle me parait etre bien plus digne que lui de notre confiance. Elle est digne tout simplement, l'autre est simplement indigne.

theometis 25/06/2009 18:29

A supposer que vous ayez raison,monsieur VIDAL,lorsque vous avancez que c'est l'antériorité de peuplement qui confere le statut d'autochtone et le pouvoir de se gouverner soi meme.Je vous dis chiche, allons jusqu'au bout de votre raisonnement et posons nous la question:  A quand un gouvernement pour les Corses? les savoyards ou les bretons?... seraitce parcequ'ils sont tous Gaulois autochtones avec un gouvernement autochtone pour considérer que la question ne se pose pas?ou seraitce parceque sur le territoire "metropolitain" de l'hexagone,la regle n'est pas la meme? Vaste debat, n'estcepasMoi, j'ai une lecture politique de la realité en guadeloupe, c'est a dire en terme de rapport de force et d'iidentité socio linguistique et culturel avec plus ou moins de variantes -selon son horoscope et ses affinités existentielles par exemple- comme partout ou la question de la gouvernance se pose aux citoyens.Les Etats Unis est un exemple tres explicite de ce que j'avance: les colons européens ont bien décimé les indiens autochtones avant de s'ériger en nation dotée d'un gouvernement .Qui aujourd'hui oserait penser que c'est les indiens qui doivent gouverner ?Toute proportion gardée,le parallele est vite fait dans mon esprit , s'agissant de l'Archipel des Saintes ou mes ancetres se sont installés depuis 1687 en s'alliant avec des caraibes autochtones pour chasser l'occupant Anglais. Alors la question de savoir mon anteriorité de peuplement pour deternimer si je suis un  occupant colonisateur ou  un autochtone  ne se pose pas ? Par ailleurs , je vois mal les 4000 saintois domiciliés dans l'archipel accepter d' etre gouvernés par les quelques centaines de caraibes de la Dominique?..De la meme façon je n'accepterais pas que le sort des Saintes soit lié a celui d'une guadeloupe  érigée en pays dotée d'un gouvernement autochtone par le jeu d'un rapport de force: la Guadeloupe décide que... les Saintois décideront 'eux memes  de leur avenir et il me semble que  pour l'instant il n'y a pas d'autres voies que celles d'une communauté liées  visceralement A la France. 

Christian-Bernard+Vidal 25/06/2009 14:56

Je comprends les préoccupations de THEOMETHIS et les questions qu’il se pause, cependant il convient de ne pas mélanger les genres et les situations en présences, concernant la Polynésie il y a une énorme différence par rapport aux Iles de la Réunion, de la Martinique et de la Guadeloupe, la situation n’est pas tout à fait la même. La Polynésie est peuplée majoritairement de peuples Autochtones « originaires de l’endroit ou ils habitent ou étant considérés comme étant les premiers habitants» ce qui n’est pas le cas des « DOM » hormis Mayotte. Il est tout à fait normal que ces Territoires puissent se gouverner eux-mêmes (ce qui est prévu dans la charte des Nations-Unies)
 
L’article 73 de la Constitution dit entre-autre – Dans les départements et les régions d’outre-mer, les lois et règlements sont applicables de plein droit, ils peuvent faire l’objet d’adaptations tenant aux caractéristiques et contraintes particulières de ces collectivités.
 
Il y a cependant des contraintes qui s’appliquent, alinéa 4 de l’article 73 : Ces règles ne peuvent porter sur la nationalité, les droits civiques, les garanties des libertés publiques, l’état et la capacité des personnes, l’organisation de la justice, le droit pénal, la procédure pénale, la politique étrangère, la défense, la sécurité et l’ordre publics, la monnaie, le crédit et les changes, ainsi que le droit électoral.
Dans l’article 74, qui donne un peu-plus de pouvoir il est écrit : alinéa 2 §4 – les compétences de cette collectivité ; sous réserve de celles déjà exercées par elle, le transfert de compétences de l’Etat ne peut porter sur les matières énumérées au quatrième alinéa de l’article 73.
 
La question est la suivante : l’article 74 s’applique-t-il à la Martinique et à la Guadeloupe étant donné l’absence de peuple véritablement autochtone ? Le vote des élus Martiniquais pour l’adoption de l’article 74 sans avoir consulté la population (ce qui est anti-démocratique) vat-il être entériné par le Conseil d’Etat et le Conseil Constitutionnel ? Dans tous les cas, faite l’analyse de ce qui reste comme pouvoir après application de l’alinéa 4 de l’article 73, il ne reste pas grand-chose, la souveraineté de la France s’exerce pleinement.
Dans le cas contraire cela voudrait dire un abandon progressif des Antilles, en ce cas je pense que le peuple a son mot à dire et doit être consulté.            

theometis 24/06/2009 14:23

Des fauteuils illégaux on en trouve partout...le sarko nouveau a un gout de picrate .La nomination de madame Penchard au poste de secretaire d'etat aux Dom ne changera rien aux conditions des saintois.Je prends le paris que leur situation va continuer a se degrader par la hausse du cout de la vie, la baisse des revenus et la déterioration du climat social.Du reste pour qui connait la methode Sarko,elle n'est qu'une devanture pour appater les naifs qui croient encore aux pouvoirs ministeriels;comme Dati ,elle sera secondée par un conseiller de l'Elysée et c'est ce mentor qui lui dira" koupé raché".Enfin, je soupçonne l'ump de manoeuvrer pour un changement statutaire de la guadeloupe .Le but est de maintenir le pays guadeloupe sous la tutelle des élus Martiniquais .Lesquels viennent de voter pour l'application de l'art 74 (autonomie legislative et creation de postes ministeriels comme pour la polynesie)... Un detail d'importance,Madame Penchard est la fille de son pére, un martiniquais nommé Michaux.Questions: que signifie les propos de madame Carabin sur rci ,quand elle declare: "elle (Penchard)est pire que sa mère".De quel coté va se retrouver le prévot ?, art 73' la ligne Lurel ,Carabin ou l'art 74 la ligne Gillot ,Ump ,Lkp et leurs satellites :verts,parti communiste, toribio etc etc.Une chose est sure, les saintois ont interet a demeurer vigilant car dans les mois a venir ils devront choisir entre les partisans du maintien des liens avec la France (art 73)et les partisans de l'aventure de l'independance et des déchirures de la mendicité '(art 74).
Commentaire n° 3 posté par THEOMETHIS aujourd'hui à