Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Eric E.G. NOGARD

Courriel : eric.nogard@orange.fr

                                               Fort-de-France, le 30 Mai 2009

 

Contribution aux Etats Généraux Martinique-Guadeloupe 2009.

Assainissement des Mentalités.

---

 

Département Français,

Ou,

Qu’est-ce que c’est au juste.

===

 

Selon Frantz SUCCAB dans son « Tout Moun Gran » qui nous interpelle,

Depuis l’érection des colonies Françaises au rang de Départements Français (1946),

La Guadeloupe n’existe pas encore, c’est pourquoi il reste Indépendantiste.

Autrement dit, la Guadeloupe n’existera pour lui que lorsqu’elle sera Indépendante.

Et pour qu’elle le devienne, Frantz SUCCAB en appelle de ses vœux à un vrai débat démocratique.

 

Frantz SUCCAB a bien le droit de voir les choses à sa façon et on doit le comprendre.

Sans compter que chacun peut se tromper, l’erreur étant humaine…

Mais il y a de sa part une invitation à débattre démocratiquement du statut de son Île.

Qu’il s’agisse de son Île, qu’il s’agisse de la nôtre, de la Guadeloupe, de la Martinique…

Le débat est le même, nous sommes partie prenante et en toute conscience.

 

Parler d’Esclavage, parler de Colonies, de Colonisateurs, de Forces Coloniales, Volontiers.

Faut-il au moins qu’on ait été témoins ou qu’on fasse témoigner ceux qui ont connu ces DEMONS.

Les Générations Coloniales ont bien vu, ont bien approuvé leurs enfants en 14-18 et en 39-45…

Qui se sont engagés de tout cœur, engagés fièrement pour défendre la France et au prix de leur sang.

Dirons-nous à leurs survivants qu’ils étaient des Lèches Q, des traitres infantiles, des sans identité.

 

Ces mêmes générations Coloniales (nos grand’mères, nos grand’ pères) n’ont-elles pas librement demandé

Qu’au Nom du sang Versé pour elle, la France nous légitime, faisant de nous ses fils à part entière,

En ce temps là on se contentait de peu, en ce temps là on était libre, en ce temps des Colonies !..

C’est en ce temps là, que la Martinique et la Guadeloupe ont mis au Monde tant de Gens Honorables.

En ce temps là où l’on savait ce que veulent dire lire, écrire, compter, penser avec éthique.

 

Et la France a dit OUI, Vous êtes Départements, Citoyens, Egaux en Droit… Miracle.

Mais l’Homme est ce qu’il est, le Crucifix nous le rappelle, si nous savons encore ce qu’est un Crucifix.

Martiniquais, Bretons, Guadeloupéens, Landais, Alsaciens, Basques… Tous Français.

Chacun avec ses joies en même temps que ses peines, avec ses Députés, ses Maires et Sénateurs,

Tous élus pour porter nos moindres doléances à la Connaissance de la Nation…

 

Nous voilà passés du temps où porter un soulier, et seulement le Dimanche ou par Extraordinaire,

Le temps où pour descendre en Ville était celui des examens ou du « Service Armée », privilège des garçons…

Nous voilà passés de ce temps à ce jour où à chacun sa bagnole, à chacun son portable,

Où chacun peut s’offrir de faire le Tour du Monde, rien que d’une signature !..

Et ce temps est maudit, comme la France est maudite au nom de l’Esclavagisme et de la Profitation.

 

On nous vole, on nous dépouille, on nous contraint, nous ne sommes pas nous-mêmes.

Alors STOP, c’est en ceci qu’est tout le désaccord, c’est ceci qui fait la cassure.

Nous sommes bien nous-mêmes, nul ne nous « DEMOUNE », nul ne cherche à le faire.

                                                                                                                                    … / …

Voir grand, c’est nous. Tout avoir, c’est nous. Etre plus que le voisin, c’est nous.

La robe sans couture, c’est nous. Le Pharaon qu’on enterre, c’est nous. Le papa du Bon Dieu, c’est nous.

 

Et en plus de tout cela, nous voulons le paraître, il nous faut le paraître, que le Diable nous l’accorde.

C’est ainsi que, damnant notre âme pour obéir à notre propre nature,

C’est ainsi que, sans attendre ceci, sans attendre cela, fermant les yeux sur notre médiocrité,

Nous fonçons chez nos Marabouts, nous filons chez nos Marchands d’apparence, toujours prompts à signer.

Et quand nous voilà pris, c’est les Békés, c’est la France, c’est les Profiteurs-Voleurs, c’est jamais nous.

 

Être Département, ce n’est pas avoir l’Elysée place Félix Eboué à Pointe-à-Pitre,

Ni cour Perrinon à Fort-de-France, pas plus que allée de Tourny à Bordeaux…

Aimer la Martinique, n’est-ce pas vouloir pour elle, une manière d’Edit de Nantes,

Qui fasse qu’on se taise sur l’Esclavage comme on a pu le faire sur les Guerres de Religion.

Plutôt que nos prometteurs de Paradis, que le Vert Galant nous inspire.

 

Eric E.G. NOGARD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Si le dénommé KEMI a eu le courage, et surtout s’il est un humain doté d’un minimum de bon sens, a lu le commentaire de Chantal ETZOL, je pense qu’il doit avoir des difficultés à s’endormir avec la conscience tranquille.
Merci à Chantal pour la leçon de science sur les réalités du métissage, je suppose que le dénommé KEMI a du fréquenter l’école buissonnière plus souvent que l’école de sa commune    
Répondre
C
Commentaire à la remarque de "Kémi" sur le métissageLes mots métis,métissage,métissés,viennent d'un mot latin qui signifie "mélange".Désolée de vous le dire,cher monsieur, mais les enfants que vous avez eus avec votre épouse sénégalaise sont "métissés". Ils ne sont identiques ni à vous, ni à votre épouse; mais les fruits d'un heureux mélange,des patrimoines génétiques de vos deux familles.  La couleur de la peau n'est que l'un parmi les centaines de milliers de caractères qui constituent chaque être humain et font qu'il est UNIQUE.Si vous aviez besoin,un jour, d'une transfusion sanguine,on vérifierait la compatibilité du groupe sanguin A,B,O ou AB avec le votre, mais certainement pas la couleur de la peau du donneur. Et dans le cas ( ce que je ne souhaite pas) où l'un de vos enfantsaurait besoin d'une greffe d'organe, il y aurait plus de chance de trouver un tissu compatible avec les siens chez un étranger à votre famille,fut-il blanc de peau que chez vous,son propre père.Les découvertes génétiques et moléculaires actuelles sont suffisamment poussées pour que les connaissances acquises conduisent à affirmer qu'il y a plus de points communs qui nous rapprochent que de différences qui nous distinguent.Le critère principal d'interfécondité permet de préciser clairement et définitivement qu'il n'y a, sur TOUTE la planète qu'UNE SEULE ESPECE HUMAINE. La diversité des caractères,au sein de cette espèce, est ce qui a permis aux populations humaines (et leur permettra encore) de faire face aux contraintes qu'elles ont subies (ou subissent) dans leur environnement.  La méconnaissance de cette grande diversité naturelle a,peut-être, conduit historiquement les Hommes à distinguer des races à partir seulement de quelques caractères visibles extérieurement (et très peu nombreux, au regard des 100.000 évoqués précédemment). Mais il est aujoud'hui certain que les races n'ont AUCUN FONDEMENT GENETIQUE, BIOLOGIQUE OU PHYSIOLOGIQUE. Nous sommes TOUS des METIS, et heureusement pour nous!!!                  chantal etzol   
Répondre
C
*Hé ben ! C’est quoi ces propos Mr Kemi ? (à tendance raciste et plein de haine) Mr Kemi, vous semblez ignorer que ce sont les Africains eux-mêmes qui sont les premiers responsables de la traite de leurs propres congénères « les petits rois et chefs de tribus qui n’ont pas hésités à vendre leurs sujets aux Arabes qui à leurs tour les revendaient aux négriers (l’esclavagisme est né en Afrique et au Moyen-Orient.) il existe toujours et est même exporté en Europe actuellement sous une forme moderne par les Africains eux-mêmes qui font payer au prix fort le passage de l’Afrique vers l’Europe avec les intérêts en plus    
Rien qu’à la lecture de tels commentaires on comprend tout de suite de quel bord ce monsieur se trouve, en traitant Eric Nogard de « con » je suppose que Mr Kemi, si toutefois c’est son nom, prend son cas pour une généralité, il juge les autres d’après sa propre image. Si l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme autorise chacun d’entre-nous d’avoir une opinion et de l’exprimer, cela ne doit pas pour autant donner droit à des propos incitant à la haine et à caractère raciste, je ne puis que vous conseiller d’adopter une certaine réserve dans vos propos Mr Kemi, qui sont plus que tendancieux.
Quand aux hiéroglyphes dont vous faite allusion, en prétendant que l’origine de l’écriture est Egyptienne, cela me parait prétentieux, que ce soit en Afrique, en Asie, ou en Europe nos ancêtres ont depuis des temps incontrôlables, gravés leurs émotions, et la vision de tout ce qu’ils voyaient, que ce soit pour la communication ou pour le simple plaisir, à moins que vous ne soyez en mesure de prouver la véracité de vos allégations.
J’en suis désolé mais devant des propos inacceptables je ne peux que soutenir Eric Nogard et Edouard Boulogne         
Répondre
K
mr boulogne, vous qui etre un fin connaisseur, vous deviez savoir que l ecriture est née en afrique, avec les hiéroglyphe appelé médou neter ( parole divine) et la pensée symbolique à Azania actuel afrique du sur, allez voir les grottes de blobos. oui les français nous ont appris à écrire leur langue française et à détuire la notre.  vous etes avec mr nogard dans la linié de l esprit coloniale, je vais finir par croire que c est génétique.   au fait vous aimez se genre de nègre ignorant , esclave mentalement, qui n est pas capable d analyser le systeme de la suprématie blanche sur tout les peuples de couleur, sachez mr boulogne les africains martiniquais ne sont pas comme le bounty mr nogard. je suis fiere d etre un noir et pour finir sachez que ma femme est sénégalaise et nos enfants sont tres foncés de peaux, car je détestes le metissage qui provient de viole physique et mentalevive madafricaaaa 
Répondre
E

Voiçi au moins un Martiniquais qui n'a pas manifesté contre les propos de M. Alain Huyghues-Despointes.
Sans autre commentaire!!!
E.Boulogne.


K
mr nogard vous un parfait bounty et sousseur de blanc, puisque l écriture est née en europe, la civilisation tout quoi, c est bien pour vous mes idiots comme vous finira en enfer, car vous racontez que des conneries et dire que vous etes martiniquais qu elle honte pour la martinique d avoir de tel con
Répondre
E

Monsieur Nogard ne m'en voudra pas de lui conseiller de ne pas répondre à de telles inepties.
Dans les années 1930, ces inepties n'étaient pas écrites par des "mads" d'Afrique, mais  par leurs homologues d'Europeaux yeux bleus,  par exemple dans des villes qui portaient des
noms comme Munich, Nuremberg, ou Berlin.
Même structures mentales, même coeurs rabougris; même complexes d'infériorité, les portant à une dégoutante tentation de surrestimation de soi, corrolaire nécessaire du doute profond qu'on a de sa
propre valeur.
Adieu! mon pauvre monsieur,
Edouard Boulogne.


H
Département Français,  Ou, Qu’est-ce que c’est au juste.
Le mot de Monsieur E.G. NOGARD répondant au mots de Monsieur Frantz SUCCAB est nécessaire.
Mais nous ne jouons pas tous dans la même cour.
D'un côté ceux qui veulent et respecte la démocraie. C'est la majorité des Guadeloupéens qui vote après scrutin confirment leur sagesse. Cette majorité sait parfaitement ce que la décision de 1946 a apporté à tous et à chacun.
De l'autre côté ceux qui veulent le pouvoir peu importe son origine, même si c'est celui de la rue. Et justement ne pouvant obtenir ce pouvoir par les urnes, ils ont une stratégie de remplacement dont on connait maintenant l'efficacité et le pouvoir de nuisance.
Je ne pense pas pour autant que le Guadeoupéens soit celui que décrit Monsieur E.G. NOGARD. Le Guadeloupéen a des défauts comme tous les autres d'ailleurs, mais aussi tant de qualité et de richesse. Serait-elles émoussées par les contraintes du monde moderne ! quoi de plus normal ! Mais elles existent ces qualités et ses richesses dont sans doute les principales la patience, le courage, la détermination, la vision du futur.
Mais en 1946 il n'y a pas eut de référendum... la décision est venue de Paris... Relisons par exemple un texte de Monsieur Lucien Bernier qui s'interrogeait sur le bien fondé de cette mesure de Départementalisation venue plus de Fort de France (Aimé CESAIRE) que de Basse-Terre. Je crois aussi savoir qu'une délégation de Guadeloupéens négociait avec les caraïbéens pour restructurer politiquement la zone au sortir de la guerre.
Ma conclusion en forme de feuille de route si je peux me permettre ! Au delà des épiphénomènes que nous vivons, nous nous devons pour nous et nos enfants et la Guadeloupe Primo : faire tout ce qui est en autre pouvoir pour que se maintiennent en Guadeloupe la démocratie unique garante de nos droits et nous contraignant à des devoirs, et secundo surveiller comme du lait sur le feux nos dirigeants nationaux pour qu'ils ne prennent pas à contrario de la volonté de nos populations des décisions irrémédiables et nuisibles à l'outre-mer et donc à la France.
Jean-Claude HALLEY
Répondre