Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La mort de Michel Rodriguez.


Je savais Michel Rodriguez très malade, et dans le coma depuis plus d'un mois. Ceci par un ses vrais amis (il n'y en a jamais beaucoup), honnête homme, qui oubliait les disputes qu'il avait pu avoir avec Michel, pour ne laisser parler que son coeur.

J'ai connu Rodriguez vers 1976. Il s'installait à l'époque aux Antilles, et travaillait à Radio Jumbo. Il était accompagné ce jour là, chez moi, d'un autre journaliste alors débutant Dannick Zandronis (qui ne s'appelait pas encore Zandwonis), qui ne put placer un mot, et revint me voir pour me dire ce qu'il avait à me dire. Les années ont passé.

Michel Rodriguez, joufflu, prudent dans son propos, m'avait laissé l'impression d'un grand débrouillard, d'un homme qui, comme un gros matou, se retrouve toujours debout, quelles que soient les circonstances de la vie, qui peuvent être difficiles pour tout un chacun.

De fait, notre journaliste fit parler de lui depuis quelques 35 ans.

Il participa à plusieurs entreprises de presse, écrite et audio visuelle.( Qui ne se souvient de Guadeloupe Roman, éditeur de "romans photos" pur Guada, dont le contenu évaporé, ce dont se moquait Michel, lui valut le succès, et la base financière, dont il ne se moquait pas, qui lui fournirait le socle d'une plus grande réussite).

Initiateur de Radio Bis, il lança la TV Canal X qui fit sa célébrité, et sa fortune, à travers maints avatars.

Je me souviens d'une rencontre avec lui, à la librairie St-John Perse, il y 7 ou 8 ans, et de l'éloge vibrant qu'il me fit d'Ibo Simon, qui lui garantissait alors une écoute record, et lui valut de se retrouver au banc des accusés du procès intenté à ce dernier, par toutes les associations "anti racistes" et de gauche du département et pas seulement du département.

Il y a 3 mois, en revanche, Canal X faisait le beurre de tout ce qu'il y a en Guadeloupe de subversifs, "anti racistes" et "de gauche". Les mêmes (Domota and Co) qui l'avaient voué aux gémonies, naguère,  courent se montrer sur les écrans de canal X pour lui rendre hommage.

Rodriguez avait-il rallié leur cause? Que nenni! Il suivait sa politique, une politique constante, sur laquelle je ne m'appesantirai pas.

Comme dit l'Ecclésiaste "il n'y a rien de nouveau sous le soleil".

Et puis, comme disait le poète "un homme est mort, un ancien enfant".

Michel Rodriguez laisse d'ailleurs une famille, éplorée, et un môme de quelques mois.

Qu'ils reçoivent les condoléances du Scrutateur.

Edouard Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article