Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 Guadeloupe et Martinique : La liberté d'information n'existe plus.



( Sur le blog « DOM-Actu » -cf nos liens permanents- parmi les commentaires parus hier, 30 mars, consacrés à l'article sur Mayotte, il en est un, signé Phil, très long, mais tout à fait pertinent, dont j'extrais le passage ci-dessous, que je suggère instamment de lire. Il est consacré au statut dramatique du domaine de l'information dans nos îles. Cet article résume ce que nous disons sans cesse dans Le Scrutateur, avec preuves à l'appui, et le résume parfaitement. E.Boulogne).







Du mensonge pour unique horizon ?
Personne mis à part quelques internautes avisés ne semble trop s’interroger sur la situation réelle de la liberté d’expression aux Antilles Françaises.
Personne mis à part les mêmes, ne réagit aux discours des médias totalement voués à une seule cause et ce sans aucun respect déontologique : défendre par mensonges interposés, manipulations éhontées les exactions et les propos des extrémistes de l’UGTG.
Or considérant la nature même des médias locaux on ne peut que s’étonner d’une telle rente de situation Pro LKP.
France Antilles journal du groupe Hersant (pas spécialement de gauche …) passe son temps à défendre l’extrême gauche de Domota. RFO télévision nationale, normalement astreinte à respecter les indications du CSA, est entièrement Pro LKP, Canal 10 entreprise privée tient les mêmes propos et la situation est identique sur les radios !
Au total l’ensemble des médias antillais est entre les mains de DOMOTA !
Comment en est-on arrivé là ?
Pour France Antilles, le contrôle LKP se fait au niveau de la structure d’impression entièrement noyautée par l’UGTG ! Tout article contraire aux intérêts de Domota entrainera la non publication du Journal !
Pour les télés et radio la pression UGTG est la même. Rien ne peut échapper au contrôle de l’UGTG.
Et lorsque quelques libertés sont prises on en arrive à la situation d’un certain jour où un groupe violent tente de prendre par la force la direction de la télé publique.
Noyautage tragique de la liberté d’expression bien digne de certaines dictatures célèbres.
C’est très grave ! La disparition de la liberté des médias est la porte ouverte aux pires dérives, on vole la parole d’une partie du peuple, on lui ment, on le trahit.
Attention danger !
Mais le pire c’est que cela ne soulève aucune réaction politique ou collective.
Aucun élu ne s’en émeut, où sont passées ici les forces politiques des différents partis (droite et gauche même absence !) où sont passés les associations culturelles qui par leurs structures d’organisation pourraient prendre la parole et comment se fait-il que très peu de voix s’élèvent contre ce qui est en fait une situation de Coup d’Etat dans nos deux iles ?
Le noyautage de notre société par l’UGTG ou la CGTM est presque complet. Aucun secteur d’activité ne leur échappe. Et en un claquement de doigt, ils sont encore en état de réduire toutes les libertés individuelles locales à néant.
Car qu’on ne s’y trompe surtout pas, il n’y a pas eu de Grève Générale aux Antilles mais bien Prise en Otages des populations.
Pourtant ces groupuscules d’extrême gauche n’obtiennent jamais plus de 2 ou 3 % à chaque élection officielle (les seules qu’ils ne peuvent pas truquer !). Et chacun sait qu’ils sont totalement incapables de gérer quoi que ce soit !
Voila donc des sociétés qui acceptent d’être entièrement muselées par des groupes qui ne représentent pas grand monde. Plus d’un million d’Antillais qui tolèrent d’être menés par quelques centaines de syndicalistes non élus et auto proclamés potentats locaux.
Mais le problème c’est qu’ici on ne dit pas toujours la vérité et que la loi du silence est très active. (L’Omertà italienne sous les tropiques …)
Mensonges que ce pathos local exploité à l’envie sur un passé esclavagiste qui soi-disant poserait toujours problème. L’esclavage c’est une évidence historique mais il ne pose problème aujourd’hui que parce que l’on a décidé de s’en servir sans répit. C’est un fond de commerce qui a toujours marché et que l’on ne veut surtout pas mettre de côté car il rapporte gros.
Mensonges encore que cette soi-disant « spécificité Guadeloupéenne » qui justifierait sans cesse des statuts et des avantages particuliers. Les Guadeloupéens sont des gens comme les autres qui n’ont rien de spécial (tant mieux pour eux !). Comme chaque Français, ils sont différents de leurs voisins c’est tout. (…...).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Eric E.G. NOGARD
                                                        Fort-de-France, le 04 Avril 2009
 
 
Réponse à Monsieur Jean-Marie FREDAL.
 
 
Bonjour Monsieur Jean-Marie FREDAL,
 
Votre Communiqué intitulé « Tristes Mensonges » et daté du 31 Mars 2009 a retenu toute mon attention.
 
Le meilleur moyen de vous montrer à quel point votre Analyse rejoint la mienne est selon moi de vous donner connaissance de quelques uns de mes Textes dont la rédaction (pour commencer) n’a pas attendu le déclenchement de la Crise qui vient d’enfiévrer nos deux Départements.
 
 
Ces textes qui, adressés à mes risques et périls à toutes les Autorités Politiques de Martinique, n’ont pas eu le moindre écho.
 
Pourtant ils mettaient clairement en évidence les carences de nos Elus en matière d’Autorité Morale quand les circonstances le leur réclamaient impérativement.
 
 
Plus – Vous voyez en moi un Ex-Commercial de Banque, Excommunié du Monde Salarial, pour avoir refusé d’obtempérer à un ordre non assorti de la Couverture Hiérarchique.
 
Comme vous l’avez compris, cet ordre m’avait paru suspect.
 
D’un seul coup de pied au derrière, je me suis retrouvé à la rue.
 
Son auteur, convaincu d’escroquerie et condamné tant en première instance qu’en Appel par la Chambre Correctionnelle du T.G.I. de Fort-de-France, était Omnipotent en Martinique et nul n’a voulu m’employer.
 
Tel un U-BOOTE au fond des eaux Martiniquaises, il manipule encore, attendant de refaire surface en SAUVEUR de la MARTINIQUE.
 
                                                                                                        … / …
 
Tant de Martiniquais sont encore à sa botte.
 
Aucun Média Martiniquais ne consent à me Publier.
 
En tout cas, mon Calvaire dure depuis une vingtaine d’années, dure encore, et la Martinique se tait, tant elle aime se vautrer dans la boue et pêcher en eau trouble.
Répondre
C
C’est bien connu tout ce qui dérange est censuré, le référendum de Mayotte et surtout le verdict en faveur de la départementalisation,  est un démenti pour ceux qui auraient voulu le contraire, même en métropole le verdict des urnes est rejeté, concernant les Basques et les Corses aux quels on peut ajouter les Bretons
Pour le politiquement correct nous avons l’obligation de subir et de « fermer notre gueule » tout cela pour la paix sociale, que ce soit avec des gouvernants de droite ou de gauche les « mafiosi » ont encore de beaux jours devant eux surtout si le peuple accepte de revenir à un régime de dictature (les cimetières risquent de se remplir à la vitesse grand (V)        
Répondre
B
Ce n'est que la pure vérité ! Hier soir encore, au journal de RFO, en présence d'une journaliste transparente par son peu de professionnalisme, monsieur JM NOMERTIN a hurlé son venin syndicaliste pendant 1/4 d'heure. RFO est une chaine publique, "nom d'un chien". Quand est ce que la loi sera respectée dans ce pays ? Quand est ce que les citoyens de ce pays seront protégés ? Quand est ce que le CSA fera son "boulot" ? Quand est ce que monsieur JEGO s'occupera de la majorité silencieuse ? C'est une honte ! Etat présent pour nous imposer. Etat absent pour faire respecter les libertés fondamentales de la démocratie.
Répondre