Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Lettre ouverte à tous les antillais.



( Au coeur des évènements, au cours desquels la Guadeloupe et la Martinique ont été prises en otage par une minorité d'extrémistes indépendantistes, fanatiques et racistes, monsieur Patrick Coco a écrit à ses compatriotes une lettre pleine de bon sens et de courage, que le Scrutateur a publiée.
Maintenant qu'un certain calme, même provisoire, semble être revenu sur nos îles, il reprend la plume pour ce message plein d'espoir, qui n'exclut pas la plus grande vigilance. Puissent ses paroles être largement entendues. E.Boulogne
).



A  ceux qui pensent que leurs idéologies politiques ont plus de valeur que la vie de deux hommes,  à ceux qui provoquent des tensions raciales, des conflits sociaux, des blocages, à ceux qui massacrent notre économie, nous disons maintenant que notre esprit est plus fort et ne peut pas être brisé. Sachez que vous ne pourrez jamais nous avoir à l’usure, et nous vous battrons.

Parce que nous savons que notre héritage composite est une force, et  non une faiblesse.

Le peuple Antillais est composé de noirs, de chabins, de mulâtres, de coolies, de zindiens, de blancs, de blancs pays, de békés, tous chrétiens, musulmans, juifs ou hindous et non croyants. Nous sommes tous façonnés par notre passé, nos langues et nos cultures, venues de tous les bouts de cette terre.

Et parce que nous avons goûté à la potion amère de l’esclavage et émergé de ce chapitre sombre de notre histoire commune encore plus forts et plus unis, nous ne pouvons que croire que les vieilles haines héritées des fractures tribales se dissoudront bientôt, le monde deviendra alors plus petit, notre commune humanité se révèlera ;  la Guadeloupe et la Martinique devront  jouer leur rôle pour participer et promouvoir cette nouvelle ère de paix.

Aux dirigeants syndicaux et politiques de nos îles qui cherchent à semer le conflit ou à rejeter les maux de notre société sur l’une ou l’autre de sa composante - sachez que les guadeloupéens et les Martiniquais vous jugeront sur ce que vous pouvez construire, pas sur ce que vous aurez détruit.

A ceux qui s’arroge le pouvoir sans y avoir été invité par les urnes, à travers le mensonge, la désinformation, la violence, l’intimidation et le baillonnage, sachez que vous êtes du mauvais côté de l’histoire, mais que nous étendrons la main vers vous si vous voulez desserrer votre poing.

Nos défis peuvent être nouveaux. Les instruments avec lesquels nous les relèverons peuvent être nouveaux. Mais les valeurs sur lesquelles reposent notre succès - travail acharné et honnêteté, courage, humilité, tolérance vis-à-vis de l’autre, curiosité, loyauté et patriotisme - ces choses sont anciennes. Ces choses sont vraies. Elles ont été la force tranquille à la base du progrès tout au long de l’histoire des Antilles.

Ce qui est demandé est de retourner à ces vérités. Ce qui est attendu de nous est une nouvelle ère de responsabilité - une reconnaissance de la part de chaque antillais, que nous avons des devoirs envers nous-mêmes, devoirs que nous ne devons pas accepter avec réticence, mais saisir avec bonheur, ferme dans la connaissance qu’il n’y a rien de plus satisfaisant pour l’esprit, de stimulant pour notre caractère, que de se donner tout entier à une tâche difficile.

C’est la signification de notre liberté et notre croyance - la raison pour laquelle des hommes, des femmes, des enfants de toute race et religion peuvent s’entendre sur ces îles magnifiques que sont la Guadeloupe et la Martinique. Et la raison pour laquelle un homme dont l’arrière arrière grand-père, il y a cent soixante ans n’était pas libre, peut maintenant se tenir debout devant vous et écrire ces lignes.

Alors, mes frères, tournons la page de cette crise avec le souvenir de qui nous sommes et combien nous avons voyagé.

Guadeloupéens,  Martiniquais, en face de nos dangers communs, sous cette pluie de difficultés, avec l’espoir et la vertu, bravons une fois de plus ce cyclone qui nous a ravagé et supportons les orages à venir  quels qu’ils soient. Qu’il soit dit par les enfants de nos enfants que lorsque nous avons été mis à l’épreuve, nous n’avons pas tourné le dos, ni faibli ; et les yeux fixés sur l’horizon et avec la grâce de Dieu sur nous, que nous avons fait gagner le bon sens, la paix et la liberté dans nos îles et les avons transmis en toute sécurité aux futures générations.


Patrick COCO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kemi 21/03/2009 17:19

le débile c est vous eb, vos negres domestique vous les trompez, c est leur probleme , ils comprendront un jour, quand je lis votre cousins esclavagiste willie lynch, je comprend l existence d un tel site pour tropmer le peuple, vous ne pourez pas stoper l histoire

Edouard Boulogne 21/03/2009 18:53


monsieur "Kemi"(?),
Je n'ai pas de "nègres", ni domestiques, ni autres.
En revanche, vous avez des problèmes. Et je regrette de ne rien pouvoir pour vous.
Ce blog n'étant pas une poubelle, je ne publierai plus vos messages. Evitez donce ce perdre votre temps et de me faire perdre le mien.
EB

PS : Bon courage!


kemi 20/03/2009 23:04

hotepvoci sur ce site raciste des békés un négres domestique s exprimentla maat l emporte toujours sur isfet

Edouard Boulogne 20/03/2009 23:23


Tous les troubles sociaux déclenchent chez certains individus fragiles, des troubles de nature psychopathologique.
Que dire d'autre à propos de ce "commentaire" du bel article de M.Patrick Coco?


Arnaud Souquet-Basiège 20/03/2009 14:55

Comment ne pas applaudir à cette lettre pleine de bon sens, valorisante pour la richesse de notre communauté créole multicolore !!!!! C'est exactement l'esprit que je défends depuis la Métropole. Malheureusement, beaucoup ici  se sont braqués sur l'attitude d'une minorité agissante aux Antilles en tenant des propos particulièrement xénophobes à l'égard de nos DOM sur le net. J'en ai eu un aperçu terrifiant hier, en parcourant les commentaires sur la possible participation d'Elie Domota à la journée de contestation de ce jeudi 19 mars en Métropole, sur un  site d'actualité  (le Post.com ou un nom approchant celui-ci). Je crois hélas que la tâche pour convaincre de nombreux Métropolitains qu'il est très dangereux et injuste de généraliser les pensées, elles aussi xénophobes, du leader du LKP à l'ensemble des populations de nos îles sera très compliquée.Les propos de M. Coco sont toutefois un bel encouragement à la poursuivre. Heureusement, les Antilles ont en leur sein des gens de valeur. Et ils ne sont pas les moins nombreux !!!!A. S-B.

Baret 20/03/2009 01:46

Magnifique et combien vrai! J'espère que tous nos compatriotes vont se rassembler autour de ceux qui sont dans la CONSTRUCTION et non dans l'autodestruction. Ceux qui ont choisi de magnifier leurs ancêtres en  s'assumant  en tant que citoyens LIBRES et RESPONSABLES en allant de l'avant, et non en ayant les yeux toujours fixés dans le rétroviseur .Merci, Patrick Coco, la Guadeloupe a besoin d'hommes et de femmes comme vous. Je vous rend hommage.Une Guadeloupéenne  de métropol très attachée à son île.