Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe. 





  1. Des communications de fixes à mobiles, toujours aussi chères !

Depuis l’année 2005, différentes baisses de prix ont été appliquées mais téléphoner d’un appareil fixe vers un mobile reste toujours aussi cher. La réduction du prix des terminaisons d’appel c’est-à-dire le prix payé par un opérateur pour acheminer un appel passé en direction d’un autre opérateur qui a baissé de 18% par an aurait dû entrainer mécaniquement une réduction d’environ 30% sur le prix à la minute. Mais cela n’a pas été le cas. L’immobilité des prix s’explique par la politique tarifaire des opérateurs fixes qui ont tout simplement augmenté leur marge sur un service qui leur coûte pourtant moins cher. Pour accompagner une baisse effective des communications de fixes vers mobiles, les pouvoirs publics et le régulateur devront se montrer très convaincants. Concrètement, l'Arcep, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes, va imposer aux opérateurs une baisse au 1er juillet 2009 du tarif de terminaison d’appel mobile de 6,5 à 4,5 centimes d’euro la minute, puis une nouvelle baisse au 1er juillet 2010. Reste à savoir si cette baisse sera répercutée sur les factures des abonnés !

  1. Plus de 200.000 auto-entrepreneurs en 2009 !

Ce statut "permet de développer une activité à titre principal ou complémentaire, pour augmenter ses revenus avec des démarches simplifiées", a indiqué Hervé Novelli, le secrétaire d’Etat aux PME. L’auto-entrepreneur est un nouveau statut fiscal et social qui est en vigueur depuis le début de l’année. Il n'est accessible qu'aux entreprises ayant un chiffre d'affaires maximum de 32.000 euros HT pour des prestations de services relevant de la catégorie des BIC, bénéfices industriels et commerciaux, ou des BNC, bénéfices non commerciaux, ou encore 80.000 euros HT pour des activités de vente de marchandises, d'objets, de fournitures, de denrées, des activités de fourniture de logement. Il dispense d'inscription au Registre du Commerce et des Sociétés. Par ailleurs, les 400.000 micro-entreprises qui œuvrent en France seront invitées à "revendiquer" le statut d’auto-entrepreneur et profiter ainsi des mêmes avantages. 62.000 demandeurs d’emploi ont déjà choisi ce statut. Bercy se réjouit de savoir que l’objectif des 200.000 auto-entrepreneurs sera dépassé d’ici à la fin de l’année. Souhaitons que ce nouveau statut permette à ces entrepreneurs un développement harmonieux sans avoir à subir les foudres de l’administration fiscale et sociale !

  1. La crise est une occasion d'apprendre, pour les jeunes managers.

Les entreprises n’ont pas le choix et doivent utiliser cette période difficile pour préparer la reprise tout en gérant cette période de tempête. Il faut donc lutter contre la démobilisation des troupes et prendre en compte les nombreux départs en retraite des "baby-boomers" qui sont déjà programmés. L’encouragement des talents et la rétention des compétences passent par un effort pédagogique qui doit prendre en compte la stratégie de l’entreprise mais aussi la gratification par le mérite. Il est donc important de privilégier la promotion interne qui coûte beaucoup moins cher que le recrutement externe. La crise peut alors être une bonne école pour de nouveaux talents et c’est une opportunité pour développer toute une nouvelle génération de managers. Un moyen d’acquérir des compétences pour ces jeunes futurs responsables.

  1. Silentale, le "central personnel" des communications électroniques.

Silentale va bientôt proposer un service qui permettra de retrouver dans un seul endroit ses mails, ses SMS et tous les messages électroniques envoyés ou reçus sur n'importe quel type d’appareil. Grace à Internet, une discussion pourra débuter sur un réseau social, se poursuivre via des SMS avant de se terminer sur une messagerie. Il est alors parfois difficile de retrouver le détail de tous les échanges écrits. Cette start-up a eu l'idée de réunir tout ce "dédale communicant" en un seul endroit. L'internaute, utilisateur de ce service, y retrouvera au fil de l'eau tout l'historique de ses conversations électroniques, classées et séquencées. Mais ce service, très pratique, ne sera pas disponible avant plusieurs mois.

  1. Les bourses au plus bas : Comment sortir de ce marasme ?

La bourse de Paris glisse, d’une séance à l’autre à la baisse, tout comme les autres grandes places européennes et Wall Street. Cet accès de faiblesse sur les marchés-actions peut être attribué à une grande incertitude quant à l’évolution de l’économie. La menace de nationalisation qui pèse sur les banques n'est pas faite pour rassurer les marchés financiers qui craignent des faillites. De même les actionnaires ont peur de se voir dilués au fil du temps. Ainsi les investisseurs ne sont pas tentés par des placements qu’ils qualifient d’hasardeux. Comment envisager l’avenir alors que l’on voit une bonne partie des entreprises du CAC 40 valorisées à des niveaux inférieurs à leurs fonds propres ? Comment peut-on rebondir ? L'espoir pourrait venir des indicateurs américains à la condition que l'économie réelle soit restaurée dans les différents pays et notamment aux Etats-Unis. Tout dépendra des mesures prises par le Président Obama et de l’impact qu’elles auront sur l’économie et le moral des populations.

  1. HP propose des baisses de salaire pour ne pas licencier !

Gagner moins pour que l'entreprise licencie moins : Tel est le message que le PDG d’Hewlett-Packard a proposé, par mail, aux 100.000 salariés de son groupe dans le monde et donc en France. Si ces actions de réduction de la masse salariale devraient avoir un impact quasi immédiat sur les salaires aux Etats-Unis car la législation sur ce sujet y est très souple, il n'en est pas de même en Europe où les salariés sont beaucoup mieux protégés par le droit du travail. Un second mail envoyé par la direction Européenne laissait entendre que l'Europe allait être relativement épargnée et seuls les "managers de managers" seraient touchés par ce programme. Mais il semble que tous les salariés européens seraient sollicités pour accepter une baisse de salaire sur la base du volontariat. Il est certain que la mesure aura du mal à passer en France, y compris dans les rangs des syndicats, puisque la situation entre les organisations syndicales et la direction reste très tendue. De plus l’exemple de Continental est trop proche.

  1. Le jambon-beurre : Star de la restauration !

"La France est le seul pays au monde où le sandwich tient tête au hamburger", indique Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil. Une étude de ce cabinet montre que pour un hamburger acheté, il se consomme huit sandwiches et la star française reste la baguette avec jambon-beurre. Plus de 2,2 millions de jambon-beurre se vendent chaque jour en France. Le sandwich baguette est le préféré des Français. Si, historiquement, le sandwich s'achetait et se consommait au café du coin, les bars n'utilisent plus désormais le sandwich que comme un produit d'appel. On le trouve dans les grandes surfaces, les supérettes, les boulangeries et les sandwicheries. A l'image de l'indice Big Mac de l'hebdomadaire américain "The Economist", qui mesure à travers ce produit phare mondialement connu les écarts de pouvoir d'achat d'une capitale à une autre, l'European sandwich and snack show et le cabinet Gira Conseil ont décidé de créer "l'indice jambon-beurre" pour mesurer les écarts de prix dans chaque circuit de distribution et dans chaque région de France. Il apparaît que c’est à Paris que le jambon-beurre est le plus cher et que c’est à Corte, en Corse, qu’il est le moins cher. De même c’est dans les sandwicheries qu’il est le plus cher, mais avec du pain et du jambon de meilleure qualité, et dans les grandes surfaces qu’il est le meilleur marché.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Le Micro-Crédit, ça marche, mais plutôt en faveur des pays du Tiers-Monde...Voir http://www.babyloan.orgEt NON, vous ne pouvez pas utiliser le micro-crédit pour changer de 4x4 !
Répondre
C
Monsieur bonjour,Béotien en matière boursière et malheureusement pas investisseur, La Bourse vient de nous démontrer une fois de plus ses limites et ses perversions traumatisantes.Vous dites les investisseurs timides devant l'éventualité de nationalisation des banques !Si le micro crédit permet de tirer du néant des idéees novatrices, pourquoi ne pas relier par le biais des structures en places, CCI et autres, les micro entreprises à la recherche de fonds propres avec des investisseurs de tous calibres, très déçus par des placements à fortes rentabilités... mais très hasardeux !Tope là, + contrat ! me parait plus humain que la touche ON d'un ordinateur, et peut-être plus efficace... mon utopie me perdrait-elle ?
Répondre