Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Ecole : On essaye de repartir.



Excellente et vibrante déclaration, ce matin,  de M. Alice, proviseur du lycée de Baimbridge. Le proviseur insiste sur les dégâts, peut-être irréparables, commis contre la jeunesse de Guadeloupe par la folie criminelle du LKP.

Ce sont, dit-il douze mille heures de cours perdus, l'impossiblité de s'inscrire l'an prochain pour les meilleurs dans les classes préparatoires des grands lycées de France.

Il déplore également les inconséquences de certaines associations de parents d'élèves, politisées à outrance, et qui ont fait passer leurs passions politiques avant l'intérêt de leurs enfants.

Il signale enfin les dégâts causées au lycée Jardin d' Essai par des irresponsables sous la direction d'un professeur de l'établissement. Plainte a été déposée.

Il y a déjà quelques jours, les professeurs des classes préparatoires du Lycée de Baimbrige, avaient déjà tiré la sonnette d'alarme.

Mais un "universitaire", M.JP Sainton, s'en était pris à la jeunesse qui protestait contre sa prise en otage, en lui reprochant dans une lettre publique, de ne pas comprendre que le sacrifice qu'on lui imposait n'était finalement que peu de choses au regard de la Guadeloupe grandiose que lui préparait le LKP!

Ladite jeunesse n'a pas très bien reçu le message. Quelle ingratitude!

Edouard Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lionel BOULON 04/03/2009 21:08

la folie criminelle du LKP permettra à tous les guadeloupéens de payer le carburant moins cher, à des milliers de salariés modeste de gagner plus à une majorité d'habitants de voir leur pouvoir d'achat augmenter substantiellement. Soyez entiers dans vos opinions, le crime paie parfois, et la révolution française doit^être pour vous une triste histoire ?

Edouard Boulogne 04/03/2009 21:38


Il n'était pas nécessaire de mettre la Guadeloupe à feu et à sang, pour faire baisser le prix de l'essence. Il y a autre chose derrière tout cela, et vous ne le savez peut-être pas.
Le ton avec lequel vous vous adressez à moi (qui ai bien le droit d'avoir un avis différent du vôtre. Non?), le prouve.
E.B


Emma 04/03/2009 03:21

Je suis écoeurée. Je ne suis qu'une prof métro. Rien sur l'échelle de valeur du LKP. Rien qu'une prof métro qui ne pouvait pas rester dans sa région une fois réussi le concours et qui est venue travailler pour le service public en Guadeloupe. Une jeune prof qui aime son métier, qui aime faire de son mieux pour les élèves, pour leur apporter du savoir, du savoir faire. Plusieurs fois déjà mon collège a essayé de rouvrir, j'ai passé des matinées dans mon établissement, attendant l'arrivée des élèves. J'ai modifié plusieurs fois déjà les progressions pour m'adapter à la situation.J'attends les élèves. Je suis chaque jour plus démotivée.On vient me dire que je dois rattraper, que je dois sacrifier mes vacances, que je dois faire des heures supplémentaires qui ne seront pas rémunérées, que je dois prendre mes responsabilités. J'étais là les dernières semaines, j'étais à mon poste quand les parents n'envoyaient pas leurs enfants à l'école. J'étais là ce matin, à essayer de jongler avec 5 élèves par classe.J'ai beaucoup de peine pour ces élèves sacrifiés, et j'ai envie de me battre, de rattrapper, pour ceux qui en veulent. Pour ceux qui ont envie d'apprendre. Le savoir ne s'absorbe pas comme de la nourriture, on ne peut pas gaver les élèves de connaissances comme on gave des oies, si les élèves ne font pas d'efforts, si les parents continuent à être démissionnaires, permissifs je ne pourrais pas faire de miracle. Nous ne sommes pas des supers héros, nous ne sommes pas Superprof!