Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Vers l'indépendance?




[Je répère depuis le début de la crise en cours quelques vérités simples, aveuglantes, pour ceux qui ne veulent pas se voiler la face. Nos îles ne sont pas en grève générale, elles sont BLOQUEES par des minorités actives, et bien organisées, séparatistes, jouant avec le feu du racisme et de la guerre civile.
Il y a dans le LKP des "idiots utiles" c'est à dire des gens qui prennent pour argent comptant ce que disent les leaders indépendantistes du Liyannaj (c'est à dire les gens de l'UGTG, les Domota, Clavier, Mounien, etc) : "notre revendication est uniquement sociale, non politique. Ce que nous voulons, c'est plus de pouvoir d'achat, plus de justice". C'est ce thème répété par Domota, qui a donné au mouvement, au début, du moins, un semblant de popularité. Ce discours, et surtout le comportement de ceux qui le tiennent, s'effrite de jours en jour. Mais il a fait des ravages, qu'il faudra de nombreuses années pour réparer. Les chefs du LKP s'y tiennent toujours, cependant, car ils savent que les populations de la Guadeloupe et de la Martinique ne veulent ni de l'indépendance, ni de l'autonomie, "première étape d'une indépendance à contenu socialiste" (leitmotiv du Parti communiste guadeloupéen). Mais pour comprendre ce qui se passe, ne faudrait-il pas avoir recours à d'autres paramètres que ceux, strictement locaux? N'y aurait-il pas en France métropolitaine, certaines tendances au largage de la France d'outre mer?
Je n'affirme pas qu'il en est ainsi. Je souhaite qu'il n'en soit rien. Mais face au réel, il importe de regarder les choses en face . Foin de la naiveté, et des "bons sentiments", si l'on veut gagner.
Sur un blog, assez connu, plutôt de gauche (mais pas du Besancenot!) "Rue 89", j'ai lu cette réflexion, que je publie ci-dessous. Elle émane d'un Français métropolitain. Elle ne connaît sans doute pas très bien notre sensibilité antillaise. Elle n'est pas très favorable (à tort ou à raison) avec la philosophie fondatrice de la Vè République, ni avec celle du général de Gaulle. Nous la considérerons donc, avec prudence, avec le plus d'esprit critique qu'il nous sera possible de mettre en oeuvre. Mais il me semble qu'il nous faut la prendre en considération, l'intégrer à nos perspectives d'action et de combat, pour rester Français.
N'oublions pas que seul un réferendum pourrait décider, normalement d'un changement de statut, et d'un réferendum, où ce seraient les Guadeloupéens et les Martiniquais qui auraient à décider de leur sort. Encore faut-il qu'ils soient lucides sur les choix à opérer, et sur les hommes, pas nécessairement ceux qu'on croit, qui leur proposeraient des changements, drapés d'oripaux éventuellement séduisants, mais trompeurs.
C'est pourquoi, sans alarmisme, mais au contraire dans la perspective d'un combat à venir, et pour qu'il soit gagné, je publie l'analyse de "Rue 89", malgré les réticences qu'elle suscite en moi dans ce que j'ai de plus honnête, et de plus loyal.

Edouard Boulogne.).



L'analyse de "Rue 89".

Ces temps-ci, difficile de dire si la Ve République blanciste agonise, ou si, sous prétexte d’en finir avec ses vieux démons, elle s’apprête à connaître l’une de ses innombrables métamorphoses afin de mieux poursuivre ses objectifs fondateurs…
Le régime nous a habitués, depuis un demi-siècle, à trop de duplicité, pour que nous n’appréhendions pas aujourd’hui avec la plus extrême méfiance ses nouvelles déclarations d’intention.
A l’occasion de l’embrasement de la Guadeloupe sous la houlette d’un collectif dont le leader, Elie Domota, se trouve être aussi indépendantiste, voici qu’affleure çà et là, y compris dans la bouche du chef de l’Etat, la question de l’indépendance.
Bien sûr, pour le moment, le mot en tant que tel reste tabou et n’est pas prononcé. On préfère parler d’une très honorable révision du "statut" des DOM dans de très opportuns "états généraux"…
"Plus de responsabilités, moins d'Etat ou mieux d'Etat"
Yves Jégo, secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, déclarait sur le plateau de Ripostes (France 5), le 22 février:
"Qu’est-ce que dit le Président (Sarkozy)? Il dit (…) "gouvernance" au sens large... Alors autonomie, décentralisation… Posons-nous les questions. (…)
Je pense qu’effectivement, dans des régions aussi éloignées de la métropole, il faut que les formes de gouvernance locale permettent aux acteurs locaux d’avoir plus de responsabilités.
La Constitution le permet, le président de la République est prêt à ouvrir ce débat, mais il faut qu’on ait aussi le courage de dire que plus de responsabilités ce sera, quelque part, moins d’Etat ou mieux d’Etat(…)"
L’histoire de la France colonialiste enseigne que, sur le chemin du largage déguisé en indépendance, l’autonomie fait souvent office d’étape, voire de tremplin. Or, tantôt à mots couverts, tantôt ouvertement, c’est bien d’autonomie qu’il est aujourd’hui question tous azimuts. En attendant "mieux"…
Certains objecteront: "Comment voulez-vous que, d’ici quelques années et après quelques très démocratiques tables rondes, les Antilles, Guadeloupe, Martinique, voire la Guyane, puissent devenir indépendantes, alors que l’écrasante majorité de leur population y est largement défavorable?"
Il y a cinquante ans, dans les colonies françaises en Afrique
A quoi je répondrai: et pourquoi pas? Il y a cinquante ans, les territoires de l’Afrique dite française ont bien accédé à l’indépendance alors même que l’écrasante majorité de leurs populations et de leurs leaders n’y étaient pas favorables…
Un aspect de la décolonisation
que j'avais déjà décrit sur Rue89, et que je développe dans mon blog (lire aussi Samuel Mbajum et Louis Sanmarco, "Entretiens sur les non-dits de la décolonisation", éd. de L'Officine).
Certains objecteront encore: "Comment voulez-vous que les Antilles, voire la Guyane, deviennent indépendantes au nom d’un mieux-disant économique et social, alors que leurs populations savent très bien qu’à ce petit jeu-là, elles risquent de connaître une vertigineuse dégringolade économique et sociale?"
A quoi je répondrai: et pourquoi pas? Il y a cinquante ans, malgré des réserves exactement analogues, les territoires de l’Afrique française connurent bien une pareille trajectoire… Aux sons de cors joyeux et triomphants, on fit avaler aux populations africaines chutes, douleurs et drames…
Décennies après décennies, de beaux esprits français, africains et internationaux justifièrent les souffrances du petit peuple d’Afrique, au nom des "passages obligés de l’histoire", prix à payer sur le glorieux chemin de la liberté nationale et des lendemains qui chantent…
Certains diront enfin: "Ainsi donc, les Antilles, voire la Guyane, deviendraient indépendantes, avec le risque d’être désormais la proie de petits dictateurs nationalistes plus ou moins illuminés jouant la carte du bourrage de crâne et du lavage de cerveau, sur fond de répression sanglante et d’intrigues états-uniennes, chinoises, voire, plus simplement, françaises?"
De pseudo-indépendances, désastreuses pour les populations
A quoi je répondrai: et pourquoi pas? Il y a cinquante ans, les territoires africains devenus indépendants s’engagèrent, pour beaucoup, dans des voies similaires, entre dictature, corruption et nationalisme, avec la bénédiction et l’appui de la Ve République, et sans que qui que ce soit, finalement, y trouve grand-chose à redire…
D’ailleurs, depuis, nul ne songe à rappeler que ces pseudo-indépendances, désastreuses pour les populations africaines, furent voulues par l’ancien colonisateur avec la complicité de ses grands rivaux internationaux, officiellement pour le plus grand bien de l’Afrique, dans les faits afin de prolonger l’exploitation de populations désormais sans défense…
Mais foin de ces jérémiades! Après tout, pourquoi s’opposer à ce nouveau grand bond en avant de l’Histoire, inscrit dans le droit fil de l’idéologie de la Ve République blanciste et de la merveilleuse idéologie mondiale issue de la guerre froide, dont on observe, depuis cinquante ans, les indiscutables splendeurs, et les fabuleuses conquêtes sociales?
La Ve République blanciste, incapable de s’opposer à l’immigration dans l’Hexagone de cohortes d’anciens indigènes accablés de misère, trouverait là le moyen de se débarrasser d’un seul coup d’un seul de quelques millions de citoyens nègres de plus en plus excités, de moins en moins dociles, de plus en plus coûteux, et, c’est bien connu, comme toujours les nègres, incapables de la moindre compétitivité économique.
Le dernier projet de réforme du statut des Antilles a été rejeté
De leur côté, les gentils nationalistes locaux verraient leur grand soir s’accomplir, et leurs populations invitées, sous les confettis et les serpentins, à payer l’addition, en monnaie de misère, de narcissisme débilitant, ou de coups de bâton sur la tête -cette fois, évidemment, pour la bonne cause…
Car aujourd’hui, comme au beau temps de la décolonisation, de nombreux camps voient leurs intérêts immédiats converger…
Il y a six ans, le dernier projet de réforme du statut des Antilles, porté à l’époque par l’UMP et le PS sous les applaudissements des indépendantistes, fut rejeté le 7 novembre 2003 par les populations guadeloupéennes et martiniquaises, qui y virent une entourloupe destinée à les pousser subrepticement vers la sortie de la République. Les événements actuels offriraient-ils une occasion d’accomplir tout de même cette superbe réforme?
Mais je m’égare. Nicolas Sarkozy ignore la duplicité. Il n’est pas homme à imposer au peuple, par des chemins de traverse, un statut ou un traité rejeté démocratiquement quelques années plus tôt. Chacun sait qu’il entend rompre, et qu’il rompra, avec les fâcheux penchants du régime.
Le peuple sera écouté. Les populations antillaises seront écoutées. Elles cesseront d’être méprisées et prises par l’Etat pour des Français de seconde zone, reléguées dans un assistanat condescendant et pervers.
Elles ne seront pas caressées dans le sens du poil identitaire et racial au gré d’une stratégie visant à les pousser à prendre le large. Les indépendantistes ne seront pas instrumentalisés pour négocier adroitement un nouveau largage des territoires ultramarins, et par trop nègres, de la France, qui a bien d’autres chats à fouetter…
 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

EDINVAL 08/02/2014 02:56


Bonjour,


J'ai lu et relu votre blog qui est très bien fait. Je trouve facile de s'en prendre aux "gens" qui défendent ceux que l'on met très facilement à la porte.


 

une souris verte 07/03/2009 23:39

arrivée ici par hasard. Entre nous, en métropole, ce qui se passe aux Antilles, on s'en tape complètement. Tout ce que je sais, c'est que vous nous coûtez un fric fou et que ne vous rapportez rien, si ce n'est que des emmerdements. Normalement en 2015 la Nelle Calédonie devrait voter son indépendance, pitié, faites en de même, et qu'on en parle plus. On a plus les moyens de nos "territoires" et on va pas se battre pour 3 palmiers idiots, deux litres de rhum et 4 régimes de bananes. Que vous le vouliez ou non, l'indépendance n'est plus si loin, pas demain bien sûr, mais d'ici 20 ans ce sera tout bon. Et 20 ans, à l'échelle de l'histoire, c'est rien. Les grévistes n'ont peut être pas raison sur tout, mais ils n'ont pas tort sur tout non plus. Si c'était vraiment le paradis, ça partirait pas en live comme ça. A tout vouloir garder pour soi sans vouloir jamais partager, voilà ce qui arrive. Il est presque trop tard de toutes façons.

Edouard Boulogne 08/03/2009 02:37


Nous avons affaire ici à une "philosophe" et même à une "philosophe de l'histoire§
Oui, c'est vrai, "le niveau monte".
Allez petite bourgeoise des beaux quartiers, heureusement la france ne se limite pas à ton petit cerveau étroit.
Va coucher!


ANDRE JASMIN 07/03/2009 22:24

ANNIE RAMIN FELICITATIONS POUR VOTRE ARTICLE PARU DANS FR.ANTILLES DU 3 MARS.COURAGEUX ET REMPLI DE TACT ET D' INTELLIGENCE.VOUS PARLEZ AVEC VERITE ET RIGUEUR.IL SERAIT BIEN UTILE QU'IL SOIT REPRIS EN METROPOLE DANS LES GRANDS QUOTIDIENS ET HEBDOMADAIRES.JE VOUS INVITE A ENTREPRENDRE CETTE DEMARCHE ET JE POURRAIS VOUS Y AIDER SI VOUS LE SOUHAITIEZ.CORDIALEMENT.ANDRE JASMIN. 

François 02/03/2009 17:18

Plus d'autonomie de gestion ?toutes les communes de Guadeloupe sont dans le rouge, et Baie Mahault, la plus riche, n'est pas fichue de gérer correctement ses administrés (vous avez vu la voirie à Jarry?)On se souvient du faste versaillais de l'époque Chamougon.On peut imaginer la dérive si les collectivités locales deviennent plus autonomes donc à même de lever plus d'impôts...

Jean-Claude HALLEY 02/03/2009 00:01

Cher Scrutateur,Oui ! Ce sera donc notre éternel combat ! Celui de la Guadeloupe Française ! mais nous le mènerons comme les autres. Souvenons de ce soir d'élection de 1981. Avec la victoire de Monsieur François Mitterrand, nous avions tous le moral au cinquième dessous et attendions le largage en quelques mois. Pourtant d'affaire FAISANT en Cyclone HUGO, d'attentats en bombes, de nuits d'émeutes en grèves très dures, nous nous en sommes sortis : la Guadeloupe s'en est sortie et de belle manière. Guadeloupe 2000 en sait quelque chose et le mérite lui revient d'avoir été un fer de lance efficace Oh ! Combien.Sur un autre aspect de ce problème : Je doute que Monsieur Yves JEGO soit Gaulliste. Visiblement il ne connaît pas l'Histoire des Quatre Vieilles Colonies. Ses comparaisons systématiques avec l'Afrique sont parfaitement ridicules. Je ne comprends pas qu'il ne soit pas rappelé à l'ordre par le Chef de l'Etat. De toutes manières il le sera par nos amis Réunionnais dignes fils de Michel DEBRE. Le Général (je l'évoque encore) l'aurait déjà réprimandé ou simplement démissionné.Les LIENS (affectifs, professionnels, économiques, structurels) de la Guadeloupe avec la France sont d'une telle vigueur, d'une telle complexité, d'une telle ampleur que je ne peux qu'être confiant. Autres signe particulièrement remarquable le fait que le LKP et ses Experts  (ils sont à Paris nous a-t-on dit), comme si en Guadeloupe nous n’avions pas aussi nos intelligences)  se réfèrent systématiquement à la Bible Française c'est à dire la LOI de notre Pays. Je passe rapidement sur le rêve très sympathique des 9 intellectuels Antillais proposant des produits de haute nécessité. Mais à l'évidence les dits produits de HAUTE NECESSITE sont déjà à disposition de la Guadeloupe Française.  Haut les Cœurs ! Ce combat n'est pas gagné ! aucun combat ne l'est d'avance ! Ce combat mérite d'être mené. Et nous le mènerons !Jean-Claude HALLEY

Edouard Boulogne 02/03/2009 01:27


Que personne n'en doute, je suis à 150% dans l'état d'esprit de jean-Claude Halley.
Un combat décisif pour la Guadeloupe se joue présentement, que nous devons gagner. Telle est, telle ne peut qu'être ma conviction le plus profonde.
Edouard Boulogne