Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Nou pèd fil en nou !





Blanc métropolitain, mais guadeloupéen depuis 1970 (j’avais 7 ans), ma scolarité :

Anquetil, Raizet, Carnot puis Baimbridge pour le bac. Ensuite direction Lyon pour des

études d’ingénieur et ensuite un 3eme cycle de management et Marseille ; puis 10 ans

dans une PME marseillaise pour acquérir de l’expérience professionnelle.

En 1998, je suis revenu « au pays » pour créer une entreprise dans le domaine du tourisme

 

et dans le secteur des nouvelles technologies. Ma motivation : « Prouver qu’il est

possible de créer de la valeur en Guadeloupe, créer de l’emploi guadeloupéen,

développer une entreprise dans les nouvelles technologies, et ne plus parler du

tourisme antillais en terme de potentiel, mais en terme de richesse créée ».

Aujourd’hui cette entreprise a développé un savoir faire unique au monde.

En 1999 j’ai obtenu le prix de l’entreprise innovante du Ministère de la Recherche (Ministre

Monsieur Claude Allègre) parmi 3.000 candidats ; en Octobre 2008 le jury du magazine

« Inter-Entreprises » me faisait l’honneur de m’élire manager Antilles-Guyane de l’année.

Commentaire de Mr Arconte de la Direction du travail en Guadeloupe « je n’ai jamais lu un

rapport de mes services aussi élogieux sur une entreprise guadeloupéenne ». Il faut dire

qu’avec mes équipes, nous avons toujours été fier de porter haut les couleurs du tourisme

antillais, de créer des emplois directs et indirects, et de créer de la richesse de la valeur

ajoutée partagée par tous. Il faut dire que nous appliquons toute la convention collective

des agents de voyages, et que les salaires de l’entreprise sont en moyenne 30% plus

élevés que ceux de la métropole ; il faut dire que nous avons distribué au titre de l’exercice

2007 près de 70.000 euros de participation aux salariés…et pourtant nous allons mourir !

A cette date l’entreprise comptait 65 salariés à Saint-François, et en janvier 2009 nous

avons réalisé 30% de croissance par rapport à l’an passé. Je m’apprêtais à embaucher 5

personnes de plus, à investir encore plus car le tourisme guadeloupéen repartait après 10

années de galère.

En 5 semaine nous avons annulé plus de 2.000 touristes en Guadeloupe et Martinique,

nous avons remboursé plus d’1 million d’euros à nos clients, nous avons perdu plus de 3

millions d’euros de chiffre d’affaires, plus de 500.000 euros de marge brute ; le nombre de

clients nous sollicitant pour des séjours aux Antilles est passé de 700 par jour à moins de

200 jours. La haute saison touristique est désormais derrière nous, et nous abordons les

ventes de la basse saison (de Mai à Septembre). Il est désormais certain qu’au-delà des

pertes accumulées depuis 5 semaines, les 6 mois à venir seront catastrophiques ; non

seulement l’entreprise ne s’en remettra pas, mais des centaines d’emplois vont être

supprimés dans les hôtels, restaurant, loueurs de voitures, loueurs de bateaux,

excursionnistes … (combien parmi les 12.000 salariés du tourisme ? il suffira de regarder

les chiffres ANPE entre Mars et Septembre prochain).

Alors cette semaine je m’apprête à licencier les 10 premiers salariés de l’entreprise, parmi

eux les contrats de formation, professionnalisation, les CDD que nous aurions dû et pu

embaucher si on nous avait laisser faire notre métier de créateur de valeur et de richesse.

Je sais aussi que ce sont les 10 premiers et que je serais contraint de continuer pour

préserver le reste, puis continuer …etc jusque la fin !

Oui je pleure, je pleure d’incompréhension fasse à un suicide collectif, je pleure de voir la

classe politique locale muette, invisible fasse au désastre social qui s’annonce, face aux

milliers de chômeurs qui vont grossir les rangs de l’ANPE et les bureaux de pleurs de leur

collectivité. Je pleure de voir tous ces politiques venir donner des leçons. Madame Royale

vous qui affirmez « …ne me dites pas que les entreprises ne peuvent pas augmenter les

salaires de 200 euros ! » alors montrez nous l’exemple du haut de votre poste de

Présidente de la Région Poitou Charente, « ne me dites pas que la Poitou Charente ne

peut pas le faire ! » et d’ailleurs que toutes les régions socialistes de France nous montrent

l’exemple puisque c’est si facile. Votre inconséquence et démagogie récupératrice privent

les guadeloupéens de la fierté de créer leur propre développement et générer leur propre

richesse. Il est de la responsabilité du politique de légiférer sur la juste répartition de la

richesse ! cela passe par les textes de toutes natures (et il en existe de nombreux) , mais

non par les accusations généralisantes, infondées, irresponsables et par de l’émotion à 2

euros.

Je pleure de voir que la seule façon que nous avons de distribuer de la richesse, c’est

d’emprunter, c’est par la dette des collectivités locales, de l’état; dette dont nous allons

‘courageusement’ léguer à nos enfants.

Dans mon métier qu’est le tourisme, je rappelle que la Barbade, état indépendant située à

600 kilomètres de la Guadeloupe, étant 4 fois plus petite que la Guadeloupe, ayant 2 fois

mois d’habitants, accueil chaque année 1,2 million de touristes générant 1,2 milliards de

recettes par an !

La Guadeloupe accueillent à peine 400.000 touristes générant à peine 400 millions d’euros.

Alors voilà 800 millions d’euros par an, qui sont ni des subventions, ni de la dette, ni

de l’emprunt, ni du RMI, ni du RSA, ni « déchoukage » d’une communauté, ni de

l’appauvrissement des entreprises, ni des bons sentiments, ni des « y a qu’à, faut

qu’on ». Il s’agit de travail, de réflexion, de compétence, d’ambition, de stratégie, de

qualité, de management et de motivation de salariés…. Mais face à cela nous offrons

les carcans administratifs aussi bien de l’état que de la région, et le dogmatisme

syndical.

Au lieu de cela nous en Guadeloupe fermons des hôtels depuis 10 ans : (Anse de Rocher,

Marissol, Kayé-Là, Domaine de Malendure, Petite Anse, Plantation sainte-Marthe,

Callinago, Méridien/Kalenda, Hôtel Tropical, Royal Caraïbes, Village Raisin Clair, Le

Hamak,…), et plus récemment pour des périodes provisoires ou définitives : Le Manganao,

le Club Med, Pierre et Vacances !

Alors oui je pleure face aux licenciements que l’on m’impose alors que je pourrais créer des

dizaines d’emplois et générer des dizaines de millions d’euros de richesse à distribuer,

parce que les Hommes modernes (tous tant que nous sommes, chef d’entreprise,

politiques, syndicalistes, journalistes, simples citoyens !) préférons la médiocrité, la facilité

de lieux communs au travail, à la compétence, au dialogue, à la réflexion, à l’innovation !

Mr Patrick Le Lay et autres «gaded-zafè» de la TV ont gagné, il nous ont tous lavé le

cerveau :

Le Lay (TF1) vend « du temps de cerveau humain disponible »

" Il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation (...) de le

divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages publicitaires. »

Notre société est capable de créer ses nouvelles idoles en la personne de nos footballeurs

multimillionnaires, mais « jette aux chiens » avec une seule formule lapidaire

« pwofitasyon » les entrepreneurs, créateurs de valeurs, de richesses, d’emploi alors qu’ils

prennent des risques financiers pour eux et leur famille.

Messieurs les syndicalistes fonctionnaires, hommes et femmes politiques biens pensants,

vous voulez distribuer de la richesse, hors vous la détruisez ; vous voulez moins de

chômeurs, hors vous les créés ; comment pourrais-je ne pas pleurer de colère,

d’incompréhension et d’impuissance !

Je veux me battre pour créer de la richesse et je suis enchaîné, je veux me battre

pour créer des emplois et je suis enchaîné, je veux me battre pour la Guadeloupe,

mon pays (« sé ten mwen .. . » aussi!), et l’on me suicide !


François BENARD

Nouvelles Antilles

Manager Antilles Guyane 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

PH DUMOULIN 26/02/2009 09:45

Amoureux de la Guadeloupe depuis longtemps j'étais présent sur place la première semaine du conflit et j'ai pu mesurer la radicalisation qui montait (du côté de Deshaies)...Je suis "malade" de voir la tournure des évènements ( je ne suis pas le seul en métropole) et malheureusement la seule issue que nous imaginons au train où vont les choses est....l'indépendance, avec les conséquences catastrophiques pour l'économie de l'ile que l'on peut imaginer.De tout coeur avec vous, continuez à vous battre contre ces révolutionnaires aux petits pieds....PHD

PH DUMOULIN 26/02/2009 09:31

Amoureux

Odile Proust-Bourdelat 25/02/2009 13:57

   Monsieur,Habitante de Pointe-à-Pitre depuis 2 ans par choix, métropolitaine et animée d'une force non seulement pour m'intégrer mais aussi pour participer à l'enrichissement de la ville que je fais mienne, je sais le travail accompli pour le tourisme en amont.J'étais fière de m'iimpliquer modestement et je commençais à voir cette année les bateaux de croisière venir, les commerçants qui s'organisaient, des commerces qui ouvraient, une vie qui reprenait sa place et plein de projets dans la tete. De grace, Monsieur, continuez à vous battre, la richesse de la Guadeloupe se trouve dans ses paysages et dans les hommes comme vous.La crise passée, nous envisagerons une formule plus attractive et originale, on peut créer un nouveau style Antilles et proposer un art du tourisme propre à la Guadeloupe. Le principal n'est pas de tomber mais de se relever !Le tourisme n'était pas si florissant alors débarrassons-nous du passé, relevons les manches et c'est un nouveau défit qui s'ouvre. Votre expérience et votre savoir-faire vont etre mis à l'épreuve, vous n'etes pas seul à vous battre, l'avenir nous appartient.                   Odile Proust-Bourdelat              secrétaire du Regroupement Pointois    

diane 25/02/2009 13:18

Message privé au Médiateur : Le scrutateur.
Bonjour et MERCI, car chaque jour, je passe par votre site pour y puiser des informations. Toujours soucieuse de VERITE je vous joins le mail, qui circule en métropole, afin que vous me disiez s’il est le reflet de ce qui se passe réellement sur le terrain. Je ne souhaite pas faire courir des faux bruits, dans un sens comme dans un autre.

Je puis me tromper Monsieur Bénard, mais à travers ce que, j’écoute, je lis, j’entends, je ressens l’odeur acre du vécu familial en Tunisie. Nous en étions nous, à la cinquième génération, bien intégré parlant même l’arabe, amoureux fous de cette terre, pas des exploiteurs et pourtant !
Bon courage.
Bien cordialement.
Diane
Encore une autre vue des choses. Bien réelles mais dont on ne parle peu de nos copains gendarmes en Martinique et en Guadeloupe... le racisme anti-blancs fait fureur

Voilà ça aussi faut en parler....merci de diffuser un maximum...car il ne faut pas compter sur Sarko ou la presse. Voila ce qui se passe en Guadeloupe actuellement et qui n'est pas du tout le reflet des infos qu' on veut bien nous transmettre compte rendu qui me remonte d'entreprises qui subissent les actions du LKP

Compte rendu d'après le témoignage d'un chef d'entreprise
1. Groupes du LKP qui passent dans les entreprises les obligeant à fermer
2. Gérant du Moving qui s'oppose à la fermeture frappé + menacé avec des sabres
3. Patron de l'entreprise Plume molesté alors qu'il tente d'ouvrir son bureau dont la serrure a été condamnée avec de la colle (Nouvelle technique pour empêcher l'ouverture des entreprises)
4. Groupe de 40 personnes qui investissent le Restaurant Piscine Café avec des mégaphones en imposant aux clients de quitter les lieux et en les insultant
5. Sur Canal 10 : Discours de Naumertin à l'encontre des médecins : « Nous n'avons pas besoin de médecins blancs en Guadeloupe - il doivent tous rentrer chez eux - Et notamment tous ceux de la Clinique des Eaux Claires »
6. Sur canal 10 : Domota qui met en garde = C 2 ceux qui s'aviseraient de toucher un cheveu d'un membre du collectif »
7. deux crèches prises d'assaut en grande Terre par le LKP, le personnel a été sommé de fermer la crèche et la personne qui tentait de joindre la directrice par téléphone a été frappée.
8. Envahissement de l'hôtel maison Créole et renversement des poubelles dans l'hôtel par Mr Charly Lando à la tête d'une dizaine d'individus.
9. Fermeture de force 3 à 4 fois par jour des restaurants KFC Abymes et Pointe a Pitre ou il n'y a aucun gréviste ( une cinquantaine de salariés qui travaille) par environ 50 manifestants conduit par Alex Lolia syndicat CTU .
10. Fermeture de force par le LKP tous les jours de tous les commerces de pointe a pitre et de jarry et de St Anne station touristique.
11. Un collectif de chefs d'entreprise se crée pour tenter d'ouvrir une procédure de justice commune contre ces exactions ci après des déclarations inquiétantes vérifiées 57 - Appel ordinaire à la guerre civile Domota: « Si quelqu'un blesse un membre du LKP ou un manifestant guadeloupéen, il y aura des morts. Il faut qu'on se le mette dans nos têtes. et je le redit solennellement : si quelqu'un blesse un membre du LKP ou un manifestant guadeloupéen dans le cadre des manifestations actuelles, si quelqu'un blesse un membre du LKP ou un manifestant guadeloupC3en, il y aura des morts. »
Journaliste : « Et si quelqu'un du LKP blesse un chef d'entreprise ? »
Domota : « Je le redis encore : si quelqu'un blesse un membre du LKP, il y aura des morts ! »
Journaliste : « Et à l'inverse? »
Domota : « Je le redis encore : si quelqu'un blesse un membre du LKP, il y aura des morts! On n'a rien d'autre a dire la dessus. (...) Aujourd'hui il faut que l'on respecte les guadeloupéens en Guadeloupe. Nous disons aux békés, nous disons a Willy Angel, nous disons a Madame Koury que nous ne ferons pas marche arrière sur ce dossier et que si aujourd'hui ils veulent faire de la Guadeloupe un Mai 67, nous allons le faire. (...) Et si c'est ce qu'ils veulent, si c'est la guerre civile qu'il veulent il peuvent compter sur nous !!! »