Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Demeurons confiants.



Hier matin, je parcourais en voiture, avec ce qui me reste d'essence, Pointe-à-Pitre, et sa proche banlieue, dans la région de Besson, Chauvel, Poucet, le Bas du Fort, à la recherche de pain, de conserves, du minimum nécessaire pour survivre. Ceci en commun avec des centaines d'autres, les mêmes qui sont, depuis un mois, empêchés de travailler, intimidés voire terrorisés par une subversion relayée par les médias, aux ordres du LKP.

Odeurs pestilentielles partout, automobiles, transports en communs renversés et calcinés, arbres coupés, détritus de toutes sortes. Un paysage de guerre civile. Et ceci, me dit-on dans toute la Guadeloupe.

Tout indique que cette désorganisation organisée a été préparée de longue date,  n'est pas l'oeuvre improvisée de petits voyous (victimes du patronat, et de l'Etat "colonial" comme on le répète à satiété) mais bien d'une opération subversive, préparée de longue main, par le LKP, du sieur Domota.

Cette opération destabilisatrice reçoit le soutien des partis de l'extrême gauche française (voyage ici des José Bové, Olivier Besancenot, Daniel Mermet, etc).

Ces gens, viennent ici diviser la population de la Guadeloupe. ( voir ce matin sur RCI, les déclarations de certains contre les blancs créoles et, en Martinique "les békés", qu'il faudrait "éliminer" (sic). La vieille vision marxiste bipolaire de la société ressurgit  : "les blancs, exploiteurs, contre les noirs, exploités". Comme si cette vision n'était pas radicalement fausse.

Les blancs créoles étant une composante de la réalité guadeloupéenne, avec à côté d'elle, avec elle, en osmose avec elle, les indiens (mis en question par la chanson de J.Laville, diffusée à satiété par RCI, entre autres, mais aussi les originaires d'Italie, du Liban, de l'extrême orient, et les métis, les plus nombreux, et dont la bigarure est extrême, de même que leurs positions dans la société guadeloupéenne.

Mais il faut résister à cette bipolarisation sommaire et criminelle.

Résister par l'argumentation, et par les prises de position fermes et courageuses, partout, et à chaque occasion qui nous est encore offerte.

M.Willy Angèle, (mais il est loin d'être le seul), donne un bon exemple de cette attitude, à la fois ferme, lucide, courageuse,argumentative, et même humoristique. Je salue ici, le courage de cet homme jeune, un exemple pour la Guadeloupe.

Hier soir, dans un débat sur la chaine de télévision de la Une-Guadeloupe, il rappelait que l'augmentaion immédiate de 200 £ net de tous les salaires, entraînerait une augmentation de 15 % des charges d'entreprises, alors que, comme le disait récemment le président Sarkozy, une augmentaion de 2,5% du SMIC en métropole entrainerait l'effondrement de l'économie nationale. Alors... l'économie guadeloupéenne!!!

 Mais demeurons fermes, gardons la confiance.

Ceux qui, derrière les revendications salariales cachent en réalité leur volonté d'indépendance de la Guadeloupe (et de la Martinique) qui tomberait dès lors entre leurs mains, savent bien que la majorité de la population n'en veut pas.

 L'un de ceux-ci, proche du président de l'université, sympathisant du LKP, refusait, il y a quelques jours, sur les antennes de RCI,  dans l'immédiat, le réferendum sur la question statutaire dont le président Lurel avait parlé. "Le peuple guadeloupéen,  disait-il n'est pas encore mûr pour cela".

Il voulait dire que la population n'a pas encore suffisamment été mise en condition, par la peur, et le bourrage de crane médiatique et scolaire (n'oublions pas cette revendication des enseigants membres du LKP, sur la nécessité pour eux, d'être maîtres de l'élaboration des programmes scolaires!!!), pour se livrer pieds et poings liés aux macoutes du sieur Domota.

Restons calmes, lucides, déterminés, pour tenir tête, quoiqu'il arrive, aux apprentis dictateurs.

Edouard Boulogne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Karukera 22/02/2009 23:15

Merci de nous redonner le courage de ne pas tomber dans le désespoir et de garder confiance. Moi aussi  je souhaiterai par votre voix, remercier Mr Angèle qui est un exemple et un modèle pour la Guadeloupe "d'aprés" je le souhaite de tout mon coeur. Je souhaite qu'il y ait un aprés où nous retrouverons notre unité grace à notre diversité. Mais je ne peux m'empêcher de me demander comme une mère qui perd son enfant dans des circonstances troubles, pourquoi et par qui? A qui profite vraiment le crime de notre Guadeloupe divisée. Et cette cabale contre les "blancs décendants d'esclavagiste", je suis tellement déçue car depuis quelques années je retrouvais la Guadeloupe de mon enfance où nous vivions les uns avec les autres sans resentir de haine, tout cela sera remis en question dorenavant.  Mon grand père maternelle était un boulanger comme l'était son père, je n'ai jamais connu d'esclaves.Je n'ai rien reçu en héritage et je n'ai pas de terres à léguer à ma descendance...tout ce que j'ai, je le dois à la sueur de mon front. J'ai honte de ce que j'entends dans les médias locaux (mais on connait leur valeur alors!) mais de la part  des nationaux c'est encore pire. Je remercie chaleureusement ce Mr de canal + dont je ne prononcerai pas le nom, probablement que nous lui demanderons des comptes plus tard (pli ta pli trist dit t'on) d'avoir fait un travail remarquable de journaliste en mettant tout le monde dans le même sac et permettre à certains de justifier d'autant plus leur rage d'en découdre avec du "blanc".Et puis ils y vont tous de leur analyse de la situation à 2cts sans connaitre réellement la Guadeloupe et répeter sans vérifier ce que dise une poignée d'imbéciles.5 semaines de siège, plus rien dans les quelques magasins qui ouvrent maintenant 4h par jour, la terreur et le racket sur les barrages, l'essence au compte goutte, la désinformation, les malades qui ne sont pas soignés, les enfants privés d'instruction, j'en passe.Personne bien sur ne débarque en Guadeloupe pour venir défendre les droits de l'homme et les libertés individuelles Mme Yade voilà un bon moment de venir défendre la nécessité de votre secrétariat d'état! Mais je rêve vous n'en ferez rien. Mr le Boa Domota a laché quelque peu son étreinte pour nous permettre de prendre une goulée d'air ce week end à peine de quoi se sentir vivre encore un peu. Mais demain que se passera t'il? Puisque cela fait 5 semaines ou nous attendons tous les jours, demain, avec impatience espérant sortir de ce cauchemard.

Henry Roussel-Dupré 22/02/2009 22:46

Merci, cher Edouard, une fois de plus pour vos mots justes et réalistes.Tout comme vous, je réfute le culte de la pensée unique et de la manipulation des esprits.