Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Opinions : 



over-blog.com
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par XAMONES sur l'article Crise en Guadeloupe : Gardons-nous des provocations., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:
Bonjour Mr Boulogne,vous avez raison, il y en a qui s'écoute et d'autres qui se regarde parler. ce Levy est un inculte caractéristique à ce pays qui croit savoir mais ne sait rien... je vais lui répondre sur son blog et lui faire un cours d'histoire au sujet des cagoulards de 1918 jusqu'au procès de 1937. lui expliquer qui était le duc Pozzo di Borgo.lui faire un rappel sur le nazisme. le gars apprend les définitions du dictionnaire...pitoyable. je vais lui montrer que l'on peut-être haineux & intelligent. avec plaisir j'échangerai avec vous sans violence et haine dès que le temps sera plus calme.ma tante adorée décédée il y a 2 ans amie de A.Césaire me comparait souvent à lui car mes propos (non violents) se rapprochaient de sa vision. elle s'appelait Marie-Olga ANCET (martinique) et a beaucoup fait pour le 3ieme âge en Martinique. je vous raconterai pouquoi je n'aime pas la france. sachez quand même que mes meilleurs amis sont blancs et français. je ne suis pas raciste.Une bonne journée également.finalement, on ne voit pas les choses pareils mais je vous aime bien car vous êtes apparemment quelqu'un d'entier...comme moi. 

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

over-blog.com © 2004 - 2009 JFG Networks
Réponse du Scrutateur : Nos relations sont, disons musclées, depuis quelques jours. Elles vont en s'apaisant , et je m'en félicite, malgré nos divergences de vue. Je vous avais demandé de ne pas répondre au commentaire de monsieur Lévy (voir la rubrique des commentaires). Vous voulez le faire sur son propre blog. Mais si vous voulez bien me faire confiance, faites-le je le souhaite, avec courtoisie. M.Lévy, que je ne connais que depuis quelques jours, et par les commentaires qu'il veut bien adresser au Scrutateur, n'est pas un inculte. et s'il utise le mot de "cagoulard", au sens courant du dictionnaire, ce n'est pas par ignorance du mouvent politique de l'entre-deux guerre, mais avec un peu d'ironie, par référence à votre utilisation d'un pseudonyme pour envoyer vos messages (ce qui est votre droit le plus strict).
Selon moi, puisque vous voulez lui répondre, utilsisez aussi les ressources que nous offrent la langue et   la rhétorique . Ferraillons donc, mais prenons de la distance avec nous-mêmes. Faisons attention à ne pas commettre l'irréparable. respectons nous, même dans la polémique. La Guadeloupe, la Martinique sont des îles plurielles, comme on dit. Notre diversité (negs, blans, zindiens, milatts, chinois), peut être et doit être une richesse. Ne saccageons pas tout.
Votre adversaire, dans le débat en cours, mais pas votre ennemi.
Edouard Boulogne.



 
over-blog.com
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par LNG sur l'article Deux premières réactions à l'émission sur les "maîtres" de la Martinique., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:
L’écrivain Marie-Reine de Jaham, présidente du Cercle Méditerranée Caraïbe,Chevalier des Arts et des Lettres, avait été interviewée en août dernier par l’auteur du reportage sur Canal Plus « Les derniers maîtres de la Martinique »Sur l’avis de son conseiller, Me Yvon Thiant, président de la FADOM, Marie-Reine de Jaham tient à exprimer publiquement son indignation devant ce film aussi révoltant que mal documenté.   Ci-joint : la lettre adressée par MR de Jaham à l’auteur du reportage, M. Romain Bolzinger.  La Présidente : Marie-Reine de JAHAM                                 Nice, le 12 février 2009 M. Romain BOLZINGER        Monsieur,        Il existe un point commun entre le journaliste, l’écrivain et le magistrat : la poursuite du Vrai- qu’on appelle cela objectivité, authenticité ou simplement justice- ; le travail humble et sérieux pour cerner au plus près une vérité toujours complexe.               Au nom de cette fraternité spirituelle, je vous ai accueilli l’été dernier à Nice où vous souhaitiez m’interviewer sur les « békés », sujet délicat entre tous. Vous vouliez, disiez-vous, tracer un portrait objectif de ce petit groupe au lourd passé.  Et il y avait tant à dire…                     Qui sont exactement les békés ? Qui sont leurs hommes et leurs femmes, leurs penseurs, leurs artistes, leurs entrepreneurs, leurs honnêtes gens déterminés à résoudre les problèmes au lieu de les envenimer ? Quels rapports entretiennent-il avec les autres occupants de l’île? Quelle vision ont-ils de l’avenir ? Et les jeunes ? Comment réagissent-ils dans un monde en mutation? Qu’est-ce qui est en train de changer chez les békés ?                    Ma surprise et mon indignation sont grandes en découvrant votre film documentaire tendancieusement intitulé « Les derniers maîtres de la Martinique ». Non seulement vous n’apportez pas les éclairages annoncés, mais surtout, vous faites preuve du plus grand mépris pour l’équité, qui vous commandait de donner la parole à l’ensemble des forces afin que chacun puisse faire son opinion.            Au lieu de peindre le groupe béké dans sa diversité, vous focalisez sur une infime minorité, dont vous montez en épingle les pires travers, dans le but évident de faire de vos « Békés » de vieilles crapules cyniques et racistes, passant sous silence les honnêtes gens qui oeuvrent patiemment pour la justice, pour le partage et pour la paix.                     Vos « Noirs » ne sont pas mieux lotis. Ces dockers furieux peu différents en somme de ceux de Marseille, ces consommatrices épuisées et soucieuses, comme leurs soeurs de métropole, les croyez-vous suffisamment représentatifs du tissu social de l’île ?                 Non, Monsieur. Votre film n’exprime pas la réalité béké, pas plus qu’il ne reflète la société créole plurielle que je connais et que j’ai chaque année le bonheur de mettre en scène au long du Festival Créole que j’ai créé sur la Côte d’Azur.                     Vous n’avez pas servi la vérité. Vous l’avez manipulée. Pourquoi ? Surtout, pourquoi maintenant ? Que ce soit par naïveté ou par calcul, vous portez une lourde responsabilité.                                                                                      Marie-Reine de Jaham                                                                                             Ecrivain                                                                              Chevalier des Arts et des Lettres

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

over-blog.com © 2004 - 2009 JFG Networks
over-blog.com
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Jean-Claude HALLEY sur l'article uadeloupe : Christian Viviès répond à Eric Jalton., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:
Eric n'est pas le fils de Frédérick ! Un point s'est tout ! 

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

over-blog.com © 2004 - 2009 JFG Networks

 
over-blog.com
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Jean-Claude HALLEY sur l'article Guadeloupe : Le premier mort, par Edouard Boulogne., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:
Nous prions tous pour qu'il soit le dernier.

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

over-blog.com © 2004 - 2009 JFG Networks
over-blog.com
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Bernard DEUMIE sur l'article Lettre au président Victorin Lurel (Très urgent)., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:
j'ai transmis votre lettre au president LUREL. Il serait temps que nos élus s'opposent avec un peu de courage à des actes qui ne visent qu'à détruire notre Guadeloupe, à saboter le tourime en faisant fuir les visiteurs et à accroitre le désespoir de nos compatriotes Gpéens les plus pauvres. Soyons sérieux face à un problème économique réel ne l'utilisons pas pour satisfaire des visées séparatistes que les guadeloupéens ont toujours rejetées.Je soutiens Edouard BOULOGNE, guadeloupéen courageux loyal et sincère qui se bat contre la vraie tyrannie, celle des nostalgiques des goulags et des tontons macoutes... Guadeloupéen en métropole, je suis désespéré de voir vers quel chaos on veut conduire notre petit pays.

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

over-blog.com © 2004 - 2009 JFG Networks
over-blog.com
over-blog.com : Vous avez reçu un commentaire

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Didier LEVY sur l'article uadeloupe : Christian Viviès répond à Eric Jalton., sur votre blog lescrutateur

Extrait du commentaire:
Jalton, il me fait penser aux Hébertistes !Extrait de Wikipedia :Les Hébertistes, appelés les « exagérés » pendant la Révolution, sont pour un grand nombre à l’administration de la Commune et du Département de Paris, et étaient en relation avec Jacques-René Hébert qui, lui-même, n’avait pas de parti à proprement parler. Le grand mouvement de l’exagération révolutionnaire auquel Danton puis Robespierre cherchèrent à s’opposer, fut le principal artisan de la chute des girondins qu’ils haïssaient (31 mai et 2 juin 1793). Impliqués dans des affaires troubles qui n’ont pas fini d’être élucidées, portant sur des détournements de fonds publics depuis le 10 août 1792, sur leurs liens avec la bande noire et des distributeurs d’argent étrangers - tous représentants des milieux de banque et leurs agents : Laborde de Méréville, Jean-Frédéric Perregaux, les Walckiers etc. - et sur leur refus de s’expliquer ou de présenter des comptes, les Exagérés avaient de grandes ambitions. Maitrisant parfaitement les rouages de la démagogie la plus sophistiquée, ils s’appuyèrent sur « le peuple » à destination de qui on fabriqua une presse sur mesure, celle de Jean-Paul Marat ou de Jacques-René Hébert, qui participèrent, en pleine lumière pour ce qui les concerne, aux entreprises destinées à terrasser les Girondins puis à « épurer » la Convention.

voir le commentaire

L'équipe de over-blog.com

over-blog.com © 2004 - 2009 JFG Networks
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Cher scrutateur,Ci-dessous un souvenir qui me parait parfaitement de circonstance et en phase avec les commentaires que vous publiez dans cet article.Bien à vous.
La plantation d'un courbaril !
Voici le texte lu par Aimé CESAIRE le 17 décembre 2001, à l'occasion de la plantation du courbaril historique à l'habitation Clément, à l'invitation de Bernard HAYOT.
La plantation d'un courbaril !
Un des plus beaux arbres martiniquais, menacé et sans doute en voie de disparition.
Merci à vous d'essayer de le sauver et d'en rappeler toute l'importance.
Importance réelle, économique sans doute.
Importance sociale, mais à mes yeux, plus encore importance symbolique.
Le courbaril, c'est à dire l'enracinement dans le roc s'il le faut, mais vainqueur grâce à l'entêtement et au vouloir vivre.
Le courbaril : l'appui sur la profondeur du sol pour l'élan médité et patient.
Le courbaril, la démarche lente, mais résolue vers l'avenir.
Ce sont toutes ces valeurs que nous rappelle la cérémonie que vous avez organisée ce matin.
Ce qui est valable pour l'arbre est valable pour l'homme.
Merci de le rappeler à notre communauté, elle aussi en péril.
Mais pourquoi être pessimiste ?
Le courbaril est là pour nous l'interdire.
Avec ses feuilles. Non. Avec sa feuille, une feuille double et pourtant une.
Regardez-la.
Ici la bi-foliation se fait intime et partenariale.
Une particularité botanique sans doute, mais dans laquelle je me permettrai de voir un symbole.
Le symbole de la solidarité indispensable à notre peuple, en cette époque de survie.
Aimé CESAIRE
Fort de France, le 17 décembre 2001
Répondre