Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.



 

  1. Guadeloupe : Belle ile en cours de destruction par des antillais cruellement irresponsables !

La Guadeloupe est une ile merveilleuse qui pourrait être très riche par son tourisme. La Basse-Terre peut attirer ceux qui sont à la recherche du tourisme écologique avec des sentiers balisés qui permettent des marches majestueuses. La Grande Terre offre à tous ceux qui le recherchent, du soleil, des plages, des criques et une mer sans pareille pour réaliser tous les sports nautiques à la mode. Dans les années 60, l’état a investi des sommes colossales pour développer le tourisme haut et moyen de gamme. Qu’en est-il aujourd’hui de ces infrastructures ? Tout est à l’abandon : Plusieurs hôtels ont disparus, les autres ne reçoivent plus que des touristes peu fortunés car les "riches", ceux qui consomment d’avantage, sont partis vers d’autres iles plus accueillantes. La faute à qui ? Quelques irresponsables antillais, fonctionnaires de cette métropole qu’ils exècrent et grassement payés pour "foutre le bazar" !! Certes, les temps sont difficiles, pas pour eux les nantis, mais pour ceux qui sont au chômage ou au RMI. Alors sous couvert de soutenir "le bon peuple Gwada", et de lui obtenir du pouvoir d’achat ils mettent notre belle ile à feu et à sang. Et qui souffre ? Pas les "riches" blancs et noirs qu’ils exècrent, mais qui donnent des emplois aux vrais guadeloupéens, pas eux, les nantis fonctionnaires ! A l’échelle mondiale, quelle publicité donnent-ils par télévision interposée !! Mais quand on veut faire la révolution et que l’on se dit exploité, que veulent dire les mots client ou travail ? Plutôt que de se prendre en charge, "On" se tourne vers "la mère patrie" sur qui "On" crache ! Vous les guadeloupéens, les vrais, pas les irresponsables, prenez votre destinée en main et ne vous laissez pas martyriser par ces faux-frères. Sachez que quel que soit ce qui sera obtenu, il faudra bien que quelqu’un paye. Je peux vous garantir que ce ne seront pas vos faux-frères irresponsables : Ils ont la sécurité de l’emploi. VOUS serez les dindons de la farce ! Vous en paierez d’une façon ou d’une autre les conséquences avec plus de chômage, moins de pouvoir d’achat et plus de difficultés. Alors, il est temps de vous ressaisir et de remettre à la place qu’ils méritent ces "cruellement irresponsables" qui veulent la ruine de notre île aux belles eaux et aux paysages paradisiaques.

  1. Vrai et/ou Faux !

L’Etat est venu au secours des banques. Est-ce vrai ? Oui, l’Etat a prêté un peu plus de 10 milliards d’euros à six banques moyennant un taux d’intérêt de 8,2%. Une deuxième ligne de crédit d’un même montant est ouverte jusqu’au 31 août 2009. De même l’Etat garantie les prêts ce qui permet aux banques d’emprunter sur les marchés financiers. Il y avait une autre solution pour aider les banques. C’est faux, car les banques ne se faisaient plus confiance entre elles et ne se prêtaient plus d’argent. Il s’agissait donc pour l’Etat de leur donner les moyens d’accorder à nouveau des crédits aux entreprises et aux particuliers. L’objectif du gouvernement était d’augmenter les encours de crédits. Cela ne coûte pas d’argent aux contribuables. C’est vrai : Les banques paient des intérêts pour l’aide financière apportée par l’Etat. Le Président de la république a précisé que ces prêts auront rapporté à l’Etat, fin 2009, 1,4 milliard d’euros. Les banques ont augmenté leurs tarifs. C’est faux : Malgré la crise, les grilles tarifaires sont plutôt à la baisse. Le fait de prêter de l’argent aux banques n’est pas sans conséquences sur la dette publique. Est-ce vrai ? Oui car dans son rapport annuel, la Cour des comptes estime que "les mesures destinées au renforcement des fonds propres des banques pèseront à hauteur d’un point de PIB sur la dette publique". Le non soutien des banques par l’état aurait été une catastrophe pour les français. C’est vrai, car le risque était un une perte de crédibilité des banques avec demande de récupération des liquidités de la part des clients.

  1. Le Web offre aux pirates un terrain de jeu sans frontières. !

L'internaute risque gros en surfant sur le Net. Comment peut-on protéger son ordinateur contre les dangers d'Internet ? Doit-on utiliser un pare-feu ou un l'antivirus ? Est-ce mieux d’avoir les deux ? L’antivirus surveille l'intérieur de l'ordinateur, il repère les virus et les place en quarantaine et les détruis quand c'est possible. En plus des virus qui se propagent par le Net, il surveille aussi les autres sources potentielles comme les clés USB, les CD-Rom et les diskettes sur lesquels peuvent traîner des logiciels malveillants. Le Pare-feu, quant à lui, surveille les tuyaux d'Internet à la recherche du moindre signe extérieur de mauvaise intention. Chacun des deux est donc nécessaire pour la protection de son ordinateur. Toutes les attaques ne sont pas arrêtées par cette petite forteresse de filtres car elle a des failles que des pirates peuvent exploiter. De même le danger vient très souvent de l'internaute lui-même qui ouvre un fichier sans vérifier sa provenance et donc ouvre la "porte" à un pirate en acceptant sa demande d’entrée. Quand un nouveau virus est détecté, quelques heures plus tard, une fiche descriptive est prête avec la marche à suivre pour le neutraliser. Il est donc indispensable mettre à jour les "portraits-robots" des virus. Il faut se connecter à Internet fréquemment pour télécharger les définitions des nouveaux virus et mettre à jour très régulièrement son pare-feu et son anti-virus. Alors comment se protéger ? Très souvent le pourvoyeur Internet vous proposera cette protection pour un coût modique. N’hésitez pas à le faire, vous vous éviterez bien des désagréments comme la perte de fichiers ou l’effacement de votre disque dur. Mais sachez qu’antivirus et pare-feu ne neutralisent pas 100% des logiciels malveillants : Il reste toujours 1% à 2% de risque de contamination possible. Alors n’ouvrez jamais un mail dont vous n’êtes pas absolument sûr de la provenance.

  1. Plan automobile français et débat sur le protectionnisme en Europe !

La Commission européenne s'interroge, les gouvernements et les industriels de plusieurs pays européens dénoncent les subventions anticoncurrentielles. Le plan français d’aide de 7,8 milliards d’euros au secteur automobile pose problème surtout à cause de la condition posée pour obtenir l'argent à savoir le maintien des usines en France. Bruxelles attend d'avoir le détail des propositions françaises avant de rendre un jugement. Mais la présidence tchèque de l'Union Européenne, plutôt europhobe et francophobe, y voit une mesure protectionniste qui va à l’encontre de ses intérêts, terres de prédilection depuis une dizaine d'années pour les délocalisations des constructeurs automobiles français ! La Suède y voit un problème pour son industrie automobile. L’Allemagne a aussi critiqué à demi-mot l'initiative française tout en disant "comprendre" le souci de Paris de veiller à la manière dont sont utilisés les deniers publics. La vive critique de Prague sur le retour du protectionnisme en Europe met plus en évidence les difficultés des vingt-sept pays de l’Europe à se mettre d'accord sur une approche commune face à la crise. La République tchèque entend faire du sommet anticrise, qu'elle veut convoquer d'ici la fin février, une réunion pour dire non au protectionnisme. Sous couvert de libre concurrence, peut-on interdire à un pays de prendre des mesures pour limiter le chômage de ses concitoyens alors que dans l’autre cas, il s’agit de développement qui permettra la croissance du pouvoir d’achat des siens.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

toto de bahia 17/02/2009 20:36

Depuis 5 semaines le pays vit une situation inimaginable auparavant, les hommes et les femmes sont dans un etat d'autisme aigu ;personne n'ecoute personne ,du plus simple citoyen jusqu'au sommet de l'etat.L'école, les entreprises ,les rues et les esprits sont bloqués et chacun se renvoi la responsabilité à l'aune de son égoisme repu de bonne conscience.DAns ce fatras de neurones endoloris ,il ne me reste que l'introspection et l'écriture pour garder le fils d'une esperance violentée .La guadeloupe  "kalbandée" comme on dit en creole pour désigner un chavirage!