Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 Une semaine à la loupe.

  1. Martine Aubry a dévoilé le contre-plan de relance du PS.

Ce plan d'un montant de 50 milliards d'euros, dont près de la moitié pour des mesures qui concernent la consommation, devrait être le premier symbole de la contre-offensive des socialistes. Il servira d'ailleurs d'argumentaire à une motion de censure qui doit être discutée le 27 janvier à l'Assemblée nationale. Intitulé "Agir vraiment contre la crise", ce document d'une cinquantaine de pages et d'environ autant de mesures a été adopté mercredi dernier par le Bureau national du parti, avec les seules "réserves" de Malek Boutih. Martine Aubry qui l'a dévoilé officiellement en vantant "un plan concerté, global, massif et adapté aux enjeux", a indiqué : "Notre plan mobilise 50 milliards de crédits dont 10 milliards en capital, ce qui se situe dans la fourchette de 2 à 3% du PIB préconisée par les experts et par le FMI". Elle a justifié ce plan en indiquant que c’était quasiment le double de celui du gouvernement qui est de 26 milliards d'euros. Négligé par le plan gouvernemental, le volet consommation constitue la principale originalité de la relance socialiste. Cependant son financement reste imprécis car la seule suppression du "paquet fiscal", un symbole socialiste, ne semble pas suffisant pour financer une large partie de ce contre-plan. Peut-on croire en ce plan ? Pas plus qu’en celui du gouvernement car il est impossible de prendre en compte les mesures qui seront prises de façon désordonnées par tous les partenaires de la France et les autres pays du monde. L’économie est globale et, bien que nous ayons des "super experts" à droite comme à gauche, il parait impossible de croire qu’ils aient pris en compte tous les éléments exogènes dans leurs modèles de simulation économique. Personnellement, il me parait plus normal de privilégier la recherche et l’investissement que la consommation. Les premières préparent l’avenir en prenant en compte le long terme, la seconde favorise le court terme en aggravant les déficits déjà bien creusés par les 30 années de Mitterrandisme et de Jospinisme "déjantés" ! Une anecdote, en même temps que Martine Aubry présentait son contre-plan, Jean-Marc Eyraud, le président du groupe socialiste à l’assemblée nationale, lançait sa bronca contre le gouvernement concernant la limitation des droits de l’opposition. Peut-être était-ce voulu car le PS ne croit peut-être pas à son plan ! Souhaité ou pas cela fait désordre et c’est ce qu’on appelle se tirer une balle dans le pied : Les socialistes sont friands de ce genre d’action.

  1. Faire passer Internet par les prises électriques !

Grâce au CPL, Courant Porteur en Ligne, il est possible de faire passer Internet par les prises électriques. Cela consiste à superposer au courant électrique du domicile un signal à plus haute fréquence qui transporte des informations numériques. Le CPL se propage alors sur l'installation électrique et peut être reçu par tous les récepteurs qui s'y trouvent reliés. Il est donc possible de créer un réseau local Ethernet dont les informations transiteront par les prises électriques. Le CPL et le Wifi peuvent être utilisés sur le réseau électrique domestique. Mais attention le CPL n’est pas totalement sécurisé car le compteur électrique n'est pas un pare-feu. Peut-on connaitre si le CPL fonctionne chez soi ? Il est impossible de le savoir sauf à être un spécialiste et bien connaitre son installation électrique. De plus les fils électriques n'ont pas été conçus pour véhiculer des données numériques et peuvent donc être perturbés par des flux électromagnétiques. En conclusion c’est sans doute possible mais n’oubliez pas de faire appel à un spécialiste pour éviter tous soucis.

  1. Premier plan social chez Microsoft !

Microsoft a annoncé jeudi dernier vouloir supprimer 5.000 postes dans les prochains 18 mois, dont 1.400 immédiatement. Les licenciements représentent plus de 5% des effectifs et des économies annuelles d'environ 1,5 milliards de dollars. Microsoft est confronté au ralentissement des ventes d'ordinateurs. L'activité économique et les dépenses informatiques ont ralenti durant le dernier trimestre 2008 de même que la vente des logiciels qui ont reculé de 8%, en raison de la faiblesse du marché et de la pression sur les prix. Dans les années 90, IBM avait été soumis au même traitement dans un contexte économique différent et nous avions découvert que le monde de l’informatique n’était pas à l’abri de ce type de mesure. Microsoft y est soumis aussi, tout un symbole !

  1. Baisse du taux du Livret A à 2,5% au 1er février.

Le taux de rémunération du livret A va passer de 4% à 2,5% à partir du 1er février prochain. D'après le Premier ministre, le gouvernement n'a fait que suivre "le gouverneur de la Banque de France qui vient de recommander de porter le taux du Livret A à 2,5 %". La règle veut que ce soit la Banque de France qui calcule chaque 15 janvier et 15 juillet de l'année en cours le taux du Livret A en fonction de l'inflation et du niveau des taux sur le marché monétaire. Le gouvernement décide ensuite de la nouvelle valeur du taux sur proposition de la Banque de France. Le nouveau taux du Livret A entre alors en vigueur le 1er du mois suivant. Cette baisse arrive à un mauvais moment puisque le livret A se banalise et est proposé par toutes les banques depuis le 1er janvier. Les taux d'intérêt reculent et l'inflation baisse : Ce sont de bonnes nouvelles pour les Français et pour l'économie française en pleine crise économique, mais c’est psychologiquement difficile à accepter.

  1. Les recrutements de cadres vont-ils échapper à la crise ?

L’économie française a bénéficié d’une demande interne vigoureuse et de la bonne tenue de ses marchés à l’exportation. L’emploi cadre a enregistré une performance record avec des embauches qui ont augmenté de 14% au cours de la période juillet 2007 à juin 2008. Tous les secteurs, mais surtout les services et l’informatique, ont participé à la hausse des recrutements. Même si l'avenir s'annonce moins favorable, le marché de l'emploi cadre reste particulièrement dynamique avec des recrutements à haut niveau. Les jeunes cadres ont toutes les faveurs dans un marché de l’emploi dynamique où la mobilité reste importante. Ceux qui ont quelques années d’expérience sont les grands bénéficiaires de la hausse des recrutements et représentent près de 4 embauches sur 10. De même, les cadres confirmés qui ont plus de 5 ans d’expérience professionnelle restent majoritaires. Le recrutement de jeunes diplômés pour des postes de cadres se tasse légèrement, même si la France reste l’un des pays européens où leur part est la plus importante par suite du départ en retraite des "baby boomers". La crise économique aidant, on va vers un tassement du nombre des recrutements. Cependant, le nombre de cadres recrutés restera parmi les plus importants enregistrés car la demande reste nécessaire.

  1. P.S.

Post Scriptum. Ce message ne s’adresse pas au comité de coordination contre l'exploitation de la Guadeloupe mais plutôt à tous ceux qui ont voté en 2005 "NON" au référendum. Je lis avec beaucoup d’intérêt les infos données par le Scrutateur, je regarde le journal télévisé de RFO sur mon ordinateur et je suis triste de la situation dans notre Guadeloupe. Certes la situation est difficile mais ne vous laissez pas embobiner par ces fauteurs de troubles. Regardez la situation des iles qui ont pris leur indépendance sans avoir des moyens de développement. Notre ile n’a aucune ressource naturelle pour pouvoir permettre son développement. Votre pouvoir d’achat est rogné mais que serait-il si vous n’étiez plus un département français ? Relisez les dernières "semaines à la loupe" et vous verrez que la France et l’Europe, dont vous faites partie, restent encore une région riche par rapport à d’autres. Pensez-y, réfléchissez à ce que serait votre situation si vous étiez indépendants comme les Haïtiens, les Dominicains et autres habitants d’iles proches de vous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article