Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

La Guadeloupe prise à la gorge.




Sans doute y-a-t-il des problèmes en Guadeloupe, de cherté de la vie, de chomage, etc.

Mais où n'en existe-t-il pas, et autrement plus graves? Partout. En France métropolitaine, en Angleterre, et même .....dans les pays socialistes(!). Ne parlons pas de la première République noire, la pauvre Haïti!!!

On pourrait croire la Guadeloupe privilégiée d'appartenir à un grand ensemble français et européen, à ce que l'on appelle un Etat de droit, un pays riche (même dans la crise économique mondiale actuelle), un pays où les chômeurs ont des droits, et un minimum de ressources garanties.

Les Guadeloupéens le savent. Ils savent aussi qu'ils ont le droit de se plaindre, de s'organiser en syndicats pour faire valoir leurs desiderata, améliorer leur situation, dans les limites posées par la réalité économique et sociale. Tous les peuples n'ont pas cette chance.


Mais il y en Guadeloupe une minorité qui, au mépris de l'évidence, refuse cet état de fait privilégié.


Elle nie la réalité. La Guadeloupe est française depuis bientôt quatre siècles. L'esclavage , cette ancienne plaie, a été aboli depuis plus de 160 ans. Le peuple, et la partie noire du peuple, a passionément voulu l'assimilation totale à la métropole (c'est une constante de son histoire, surtout à partir de 1848), et l'a obtenu en 1946, il y a plus de 63 ans, avec la départementalisation. Cette départementalisation qui nous a procuré l'enviable situation - pour tant d'autres dans le monde - que j'évoquais plus haut.


La minorité dont je parlais (trois à quatre mille personnes tout au plus) nie tout cela. Elle le refuse, au nom et d'une ambition qu 'elle cache, et tente de dissimuler sous des revendications en apparence sociales, et d'un ressentiment qu'elle tente furieusement de développer pour l'utiliser au profit d'une ambition, dévorante, la leur, celle d'une minorité de petits bourgeois plus ou moins intellectualisés, et de vrais macoutes, affamés de domination.


Tous les pays qui ont une histoire, savent que la vie en société est difficile, que l'histoire des peuples comme l'histoire universelle est parsemée d'injustices et de crimes. Les guerres civiles, les formes les plus variées d'exploitation s'y sont succédées. Et pourtant il faut vivre ensemble. Les sages, les grands politiques , de siècles en siècles, se sont attachés à recoudre ce qui avait été déchiré. Le malheur rend plus fort quand il est assumé, dépassé.


Aux USA, pays qui connut l'esclavage des noirs sous la férule des blancs, les espoirs mis en B.Obama, sont suscités, j'espère avec raison, par la hauteur de vue, qu'on lui prète, par sa capacité supposée à composer, à réconcilier. Il est l'élu des américains, des blancs commes des noirs, des métis (comme lui) des latinos, de toutes les catégories ethniques.


En Guadeloupe, nous n'avons pas présentement d'Obama, de personnalités combinant en elles, à la fois, la bonne volonté et la capacité.


Nous le voyons bien depuis trois jours (plus particulièrement) où la minorité activiste a pris la Guadeloupe à la gorge, la paralyse, l'étouffe, la terrorise, sous le fallacieux prétexte d'une « libération politique », d'une libération sociale, la fameuse lutte contre la « pwofitasyon » c'est à dire l'exploitation.


Pour arriver à leurs fins, ces gens ne reculent pas devant les moyens les plus brutaux, et l'intimidation éhontée. C'est la première conclusion que l'on peut tirer d'une observation même rapide de leur comportement. Refus de la liberté de circuler librement pour les citoyens; routes et ponts barrés, entravés de poubelles renversées, d'immondices éparpillées, de voitures brûlées, de clous, etc.

Magasins, commerces divers, entreprises et écoles fermés manu militari. On m'a même parlé ce matin d'une tentative d'incendie d'une pharmacie, à Sainte Rose, dont le patron ne semblait pas vouloir se laisser intimider,

A titre d'exemple, voici la circulaire qu'a dû envoyer aux membres de la communauté scolaire de Massabielle à Pointe-à-Pitre, sa directrice Chantal Auguste :


« Aux membres de la Communauté,

 

Ce jour, 21 janvier, vers 11heures, des représentants des syndicats publics et privés soutenus par un groupe important de manifestants, se sont introduits dans l' enceinte de l'Etablissement.

Le Chef d'Etablissement les a reçus en présence de tous les membres présents de la Communauté . Aprés avoir exposé les motifs de leur mouvement, ils ont demandé au Chef d' Etablissement de fermer l'établissement en précisant que si la direction refusait d' obtempérer, ils prendraient les mesures nécessaires pour nous y contraindre .

Suite à leur venue, la majorité du personnel d'encadrement de l'OGEC s'est déclarée gréviste.

Ainsi, ne pouvant assurer l'accueil et la sécurité des élèves, l'établissement sera fermé jusqu'à nouvel ordre.

Cordialement,
Madame Chantal AUGUSTE ».





Quand nos séparatistes (macoutes) prétendent que la grève s'étend, que le nombre des solidaires s'accroit, il faut bien savoir qu'il ne s'agit pas d'une augmentation du nombre de gens solidaires d'une grève insensée, aux yeux du plus grand nombre, mais de l'incapacité de ces gens de rester sur leur lieux de travail où ils se sont rendus pourtant.

Chacun, comme l'auteur de ces lignes, pense que les problèmes : y a-t-il trop de stations service d'essence en Guadeloupe? La cherté de la vie; le développement du logement social, etc, - dans un pays de droit comme la Guadeloupe peuvent être réglés dans le cadre du droit, et des négociations entre syndicats responsables, et gens civilisés.


Mais nos grévistes ne sont pas des syndicalistes, ce sont des politiciens extrémistes, jusqu'auboutistes, maximalistes qui savent bien que leurs revendications ne peuvent être satisfaites, mais qui les formulent pour « foutre le bordel » et créer, si possible l'irréparable, c'est-à-dire, une bavure policière, qui entraînerait mort d'homme et tout le tintouin, international, qui s'ensuivrait, grâce à leurs relais d'extrème gauche en métropole et ailleurs. Cela c'est leur rêve, ce qui les mettrait en posture de victimes, sur le plan internationnal, à l'heure où la « repentance » est devenue l'exigence absolue dès qu'il s'agit de stigmatiser un pays d'occident.


Inanité de leur programme, dont l'avant dernière proposition, sur 120 environ, « exige la résolution immédiate de tous les conflits en cours ».


Programme qui « exige » tout et le contraire de tout.


Cela va de la première « exigence » sur les salaires : « Un relèvement immédiat et conséquent d' au moins 200 euros des bas salaires, des retraites et des minima sociaux afin de relancer le pouvoir d'achat, de soutenir la consommation des produits guadeloupéens et plus généralement la demande » ».


Deuxième exigence « le relèvement immédiat du SMIC, des salaires du secteur privé, des traitements de la fonction publique, du minimum vieillesse et des minima sociaux ». (Rappelons que le salaire de la fonction publique en Guadeloupe est déjà de 40% supérieur à celui de la fonction publique en métropole. Pourquoi ces messieurs les macoutistes, fonctionnaires pour un grand nombre, ne proposent-ils pas dans un grand et généreux mouvement comparable à l'abolition des privilèges le 4 août 1789, d'abandonner leurs 40% au profit des moins favorisés? Pawol pou ri, ou!).


Autre « exigence » portant sur l'emploi : « Priorité d'embauche pour les Guadeloupéens. Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d'aide publique » (imaginons qu'une telle mesure, inacceptable en France, soit envisagée dans l'hexagone. L'on crierait au racisme! Et l'on aurait raison. Nos macoutes sont racistes. Tout le monde le sait, et ils l'affichent avec cynisme et impudence, mais impunément. C'est là « un détail » sur lequel j'aurai à revenir.  Et si l'on forçait à rentrer dans leur île d'origine, tous les Guadeloupéens travaillant sur le territoire européen de la France, et qui en général s'y trouvent fort bien, avec nos défauts d'antillais, et nos qualités, c'est, au bas mot, 200000 milles personnes, au bas mot, qu'il nous faudrait réintégrer? Faut-il commenter davantage?


Autre exigence, « la création d'un Institut culturel « papa yaya », à Capesterre Belle-Eau. (Sic) « Papa Yaya » en fait Gérard Lauriette, ancien maire de cette commune avait la cervelle plutôt fêlée, c'était l'homme qui se vantait de pouvoir caresser une femme à 2 kimomètres de distance, et se qualifiait « d'aigle planant dans les hauteurs »(Sic). Mais il était séparatiste. Il est donc l'idole de nos macoutes.


Autre exigence, la dernière, sinon dans l'ordre des dignités, du moins des 119 précédentes, celle-ci que je transcris dans sa simplicité biblique : "Arrêt de toute violence faite aux femmes". Comme aurait dit le général de Gaulle, "vaste programme!". Honnêtes Iagos! Sacrés macoutes!

Ces gens demandent des moyens, et des pouvoirs discrétionnaires en matière d'éducation et de confection des programmes (imaginez-en le contenu!), pour améliorer les résultats scolaires. Mais voici une semaine de plus de perdue pour nos jeunes, qui sera suivie, toute une autre semaine, par l'autre carnaval, le « vrai ».


En attendant l'économie de la Guadeloupe va à vau-l'eau. Les touristes désertent, et les compagnies maritimes détournent leurs bateaux vers d'autres îles, plus accueillantes.


A cette heure, je ne sais quand ce charivari se terminera. Il faudra bien qu'il s'achève. Et je crois qu'avec raison, il faudra permettre à ces immatures (voir comme image révélatrice à cet égard l'affiche apposée devant un édifice public fermé d'office par nos romantiques « Prise de la Bastille!!! et bien d'autres, mais je ne veux pas être trop long), de ne pas trop perdre la face.

Mais on ne doit rien céder d'essentiel sauf à perdre, cette fois.....la Guadeloupe!!



Un travail de longue haleine doit être mené ici de main ferme par des Guadeloupéens (peut-être suis-je un rêveur,) courageux, qui auraient pris conscience du danger. Avec l'aide de l'administration et de l'Etat.

Par exemple, il importe de faire en sorte que les entreprises médiatiques (et notamment RFO) cessent d'être, en permanence, des entreprises de désinformation et de manipulation des citoyens par des agents subversifs, amis de nos macoutes, quand ils n'en sont pas eux-mêmes.

Je tiens à la disposition de qui me le demandera, et par exemple du nouveau préfet, dont l'arrivée est, entre parenthèse, bien douloureuse, de nombreuses preuves de ce que j'écris.

Et il n'y a pas que le monde audio visuel a être gangrené, ou menacé. J'ai déjà eu l'occasion de signaler à l'ancien recteur (qui s'est défilé) un cas exemplaire, mais il y en a beaucoup d'autres de manipulations d'esprits juvéniles par des fonctionnaires de l'éducation nationale dans l'exercice de leurs fonctions.


Je tiens d'un ancien membre de la rédaction de France Antilles, que ce quotidien ne peut publier, ordinairement, ce qu'il devrait faire connaître. Car il ne faut pas mécontenter certains membres du personnel d'imprimerie affiliés à.. qui vous savez! Une panne pourrait survenir et empécher la parution du quotidien du matin avant une heure avancée de l'après midi.


Ces jours-ci, c'est pire. Dans une Guadeloupe qui ne voit pas d'un bon oeil cette prise en otage qu'elle subit, on ne lit pratiquement dans France Antilles que des témoignages « solidaires » des « révolutionnaires ». Etrange!


Mais lisons le billet qu'à réussi à faire passer l'équipe rédactionnelle tout en bas de la page deux de l'édition de ce 23 janvier. Le titre , très ironique, repris de l'arsenal macoutiste, et le retournant contre lui, pourrait bien être de... quelqu'un que j'aime bien (quoique...).


Mais lisons :


« Yo pé ké fé sa yo vlé » (ils ne feront pas n'importe quoi),


Comment traite-t-on cette info? Epineuse question pour la rédaction de France Antilles après l'opération commando du collectif Liyannaj kont pwofitasyon, qui a vidé l'entreprise de ses employés hier après midi.

Un commando, le mot est fort et renvoie à la littérature guerrière. Mais comment appeler autrement une quinzaine de personnes qui pénètrent dans les locaux du journal pour prier, le mot est faible, le personnel de quitter son poste de travail. Avec un message clairement menaçant : « Nous sommes l'avant garde, une ligne préventive avant que ne déferlent des « gens moins conciliants » ».

Ces diplomates de LKP ont toutefois permis aux journalistes de rester pour finir leur travail d'information. Mais justement, quelle info? Peut-on discourir de la méthode sans craindre les foudres de nos envahisseurs d'hier? Aurons-nous le droit ce matin de continuer à faire notre travail? Car à défaut de les qualifier, comment expliquer ces agissements qui se sont reproduits un peu partout dans des entreprises ciblées de Guadeloupe?


Une chose est sûre. A nos yeux, ces méthodes ne peuvent que discréditer ce mouvement qui se veut populaire et ne sont pas dignes de responsables qui se positionnent à travers leurs 120 points de revendications comme une troisième voie pour la Guadeloupe. Quel peyi veulent-ils construire? Yo pé ké fé sa yo vlé an péyi an nou!! ". ( Ils ne feront pas ce qu'ils veulent dans notre pays).


Pour empécher les Guadeloupéens de tomber sous la coupe de ces maîtres cruels, il faudra sans doute braver les oukases du politiquement correct.


Ce n'est pas quand un nazisme est installé qu'il faut le combattre, mais avant, dans le cadre de la loi, avec constance, rigueur et fermeté.


Après, il est trop tard.


Edouard Boulogne.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Brigitte MONROUX 06/02/2009 17:44

Mes amis ,
 
Supplions le Seigneur de nous venir en aide, afin qu'Il nous éclaire et nous libère de tout ce qui nous enchaîne et nous prive de notre liberté d'enfants de Dieu, faits pour l'amour; et qu'enfin, nous puissions oser la rencontre entre frères et soeurs d'un même Père.
 
Oui, le moment est venu de nous rappeler la grâce et le sens de notre baptême : Vivre selon l’enseignement et l’exemple de notre Seigneur Jésus-Christ.
 
Nos cœurs sont lourds de ressentiments les uns envers les autres ; seul le Christ veut et peut nous délivrer de cet étau, car Lui seul sait ce qui est juste, Lui seul connaît les cœurs, Lui seul peut nous conduire vers l’unité : Il est la Lumière, la Vérité et la Vie .
 
Pour que demain nos enfants puissent vivre ensemble,  reconnaissons maintenant notre petitesse et revenons vers notre Père par la prière sincère, humble et confiante , pour qu’enfin le Christ puisse agir en chacun de nous et, par son Esprit,  inspirer les pensées et les actions de tous ceux qui portent la responsabilité des négociations entreprises.
 
Ne méprisez pas le poids de la prière ; elle est l’arme la plus puissante face à nos vanités humaines.
 
Notre regretté Saint Père , Jean-Paul II , priait le Rosaire chaque jour et « lui a confié de nombreuses préoccupations… »
Serions nous plus avisés que lui ? 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Seigneur, miséricordieux,
Donne la grâce à tous les peuples de la terre,
Et particulièrement, en ces jours de passions exacerbées ,
A tes enfants de la Guadeloupe et de la Martinique,
Afin qu’ils te rencontrent,
Car, privés de ton Esprit-Saint,
L’homme ne peut te connaître
Ni comprendre ton Amour.
Seigneur, fais connaître à tous les peuples
Ton Amour et la douceur du Saint-Esprit,
Pour que les hommes oublient les douleurs de la terre,
Qu’ils abandonnent tout mal,
Qu’ils retrouvent le vrai dialogue de la charité chrétienne
Et s’attachent à Toi avec amour
Et qu’ils puissent vivre en paix,
Accomplissant pour ta gloire
Ta sainte volonté.
Ô Seigneur, daigne nous accorder
Les don du Saint-Esprit,
Afin que nous connaissions ta gloire
Et que nous vivions sur la terre
Dans la paix et dans l’amour,
Afin qu’il n’y ait plus ni haine, ni guerre , ni ennemis,
Mais que seul règne l’amour.
Seigneur, miséricordieux accorde ta paix à ceux qui sont blessés, ton pardon et ta sagesse à ceux qui ont blessés.
Seigneur miséricordieux,
Ecoute notre prière,
Fais que tous les peuples de la terre
Te connaissent par le Saint-Esprit.
 
 
 
 
 
 
 
« …Prier le Rosaire, c’est se mettre à l’école de Marie pour lire le Christ, en pénétrer les secrets, en comprendre le message…
Le Rosaire « donne le rythme de la vie humaine », pour l’harmoniser avec le rythme de la vie divine… » Jean-Paul II
 
 
 
Mystères douloureux
 
·        L’Agonie de Jésus :
Jésus priait en disant : »Père…que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se réalise ! »…et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre…   Lc22,41…44
 
« Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l’esprit est ardent, mais la chair est faible. »          Mt 26,41
 
Pour que tous les hommes trouvent le motif de leur conversion ou le réconfort à leurs peines dans la souffrance de Jésus à Gethsémani, nous te prions ; Seigneur, écoute nous !
; Seigneur, écoute-nous !
·        Jésus est flagellé :
…De la plante des pieds à la tête, il ne reste que blessures, meurtrissures, plaies vives.                 Is 1,6
 
Maltraité, il s’humiliait, il n’ouvrait pas la bouche, comme l’agneau qui se laisse mener à l’abattoir…        Is 53,7
 
Seigneur, apprends-moi la pureté dans mes regards, dans mes paroles, dans mes comportements. Apprends-moi à maîtriser mes instincts et à me modérer.
Pour que tous les hommes comprennent la loi du renoncement, de la charité, nous te prions ; Seigneur, écoute-nous !
·        Jésus est couronné d’épines :
Ayant tressé une couronne d’épines, ils la placèrent sur sa tête…S’agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant : »Salut, roi des juifs ! » et, crachant sur lui, ils prenaient le roseau et en frappaient sa tête.   Mt 27,29-30
 
Pour que tous les hommes reconnaissent leur petitesse et ne cherchent pas Jésus pour le faire mourir, mais pour le faire régner partout, nous te prions ; Seigneur, écoute-nous !
 
·        Jésus porte sa croix :
Des femmes se lamentaient sur lui…Jésus leur dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants ! «           Lc 23, 27-28
Car la légère souffrance d’un instant nous prépare jusqu’à l’excès, une masse éternelle de gloire, à nous qui ne regardons pas aux choses visibles, mais aux invisibles ; les choses visibles, en effet, n’ont qu’un temps, les invisibles sont éternelles.                             2 Cor 4, 17-18
 
Seigneur, donne moi ta paix malgré les difficultés et les épreuves. Apprends-moi à ne pas alourdir le fardeau de mes frères, mais à les soulager dans leurs peines.
Pour que tous les hommes prennent conscience du devoir d’être une aide pour les aides, nous te prions ; Seigneur, écoute-nous !
 
·        Jésus est crucifié :
Jésus disait : » Père, pardonne-leur ; ils ne savent pas ce qu’ils font. »                         Lc 23, 34
 
Pour que tous les hommes se laissent attirer par ton Amour et pour qu’ils correspondent à tes désirs afin qu’ils puissent dire : »Pour moi vivre, c’est le Christ » (Ph 1,21)
 
 
Ô Marie, Mère de Dieu et notre mère,
Nous te supplions de nous obtenir de ton Fils Jésus, les grâces et les faveurs qui nous ferons grandir dans l’amour de Dieu et de nos frères.
Avec toi, nous voulons faire route dans la foi, dans l’humilité, la paix et la joie.
Sois le guide de nos vies.
Tourne-nous vers ton Fils.
Aide-nous, Ô Mère,
A ne jamais Le perdre du regard .

mi zaffêmi 04/02/2009 23:00

A-6 ° : Me voilà loin de mon île qui tangue.Me voilà happée par les houles des  différentes languesBoulogne qui semble si sage, menaçant parfois dans ses présages, Le manifeste LKP, qui réveille les douleursd'une jeunesse partisante et houleusedont les revendicatins étaient déjà les mêmes.Que revoilà les identiques peines !les espoirs déchus,  les militants perdus, les âmes rebelles, Les mots cruels, éclats tranchants de nos visages souillésprêts à arroser les feux des vexations oubliéesd'un béké pointé et toujours silencieuxface à ses frères réniés et toujours soucieuxde voir chacun, à sa place, plus voulue que dédiée.Nés de la honte et de l'adaptation, Notre peupe n'a jamais épousé la soumission.Il  a choisi de se plier sans se rompre. Maintes leçons a enseignermaintes exemples à donnerdans une avenir qui s'annoncerait volontiers chatoyantA l'heure ou les horizons se confondent hissons nos perspectives à la grandeur du monde.Il nz peut y avoir de Bastille, ni de privilèges

Jules EDWIGES 04/02/2009 20:23

Tout ce que jai pu écrire est la stricte réalité ,la France a engagé son processus de décolonisation après la seconde guerre mondiale en grande partie pour les raisons que j'ai indiqué précédemment.Je pense que vous n'avez pas idée du nombre de Français qui viennent d'apprendre que la Guadeloupe est un département français...l'assimilation elle n'est pas pour demain et encore moins pour la partie noire du peulpe Guadeloupéen , ayant vécu plus de 20 ans à Bordeaux , je peux en témoigner...Jules EDWIGES ... de Rivière Pilote

Edouard Boulogne 04/02/2009 20:55


Comme vous voulez, M.Edwiges EB


Jules EDWIGES 04/02/2009 18:29

"Le peuple, et la partie noire du peuple, a passionément voulu l'assimilation totale à la métropole (c'est une constante de son histoire, surtout à partir de 1848), et l'a obtenu en 1946"N'importe quoi ! La colonie a juste change de nom, après la seconde guerre mondiale, les européens et surtout la France ne pouvaient plus justifier le fait de posséder des colonies après s'être libérer des allemands.La population noire a eu son mot à dire en 1952 et 1967 , en réponse : 91 morts et 4 blessés...

Edouard Boulogne 04/02/2009 18:57


Ce que j'ai écrit est pourtant la stricte vérité historique. D'ailleurs à l'époque Césaire, monnerville, Rosan Girard, etc étaient des partisans de cette vieille revendacation qu'était la
départementalisation. Mais il y a ce que vous ressentez vous monsieur Edwiges, (de Petit-Canal?). Le ressenti n'est pas nécesairement l'expression de la réalité. En tout cas je publie sans hésiter
votre commentaire, en vous respectant comme je veux croire que vous respectez ma personne. edouard Boulogne


tig-la 03/02/2009 03:16

awa c vérit'w mè pa a tout moun !

Guioubly 31/01/2009 14:54

C'est tellement plus facile d'avoir la possibilité de distiller son venin sur internet quand on est soi même profiteur du systême.Les autres,ceux qui n'ont pas les moyens que vous possédez savent contre qui et contre quoi ils se battent.Vous ,vous savez pour qui et pour quoi les combattre.Les grandes phrases et les grandes leçons dont vous vous gargarisez ne résolvent pas leurs problêmes à eux.

Edouard Boulogne 31/01/2009 16:04


Bien cher monsieur,
Je suis un retraité de l'éducation nationale, et je vis de ma retraite, de ma seule retraite. Toute ma famille est finacièrement du même accabit. Et j'ajouterai que 90 % des blancs créoles,
(puisque vous semblez présumer que l'ensemble de ce milieu est nanti)  sont du même niveau.

Il faudrait peut-être un peu en finir avec cette insupportable prétention des gens de votre mouvance politique, dégoulinante de sentiments prétendument humanitaristes, au monopole du coeur;
Compte tenu de cette hypocrisie, et malgré ma volonté d'être consensuel je me sens incapable, monsieur, de vous saluer.
E.Boulogne.


Cyril 31/01/2009 13:49

En réponse à Canard Boiteux. Avant de dire préférence aux Guadeloupéen, il faut alors définir ce qu'est un Guadeloupéen. SI c'est celui qui vit en Guadeloupe, masi là c'est facile, tous ceux qui y travaillent y vive. Celui qui investit en Guadeloupe. Celui qui est né en Guadeloupe... Moi je ne suis pas né en Guadeloupe, j'y suis arrivé à l'âge de 1 an et j'en ai 38. Que suis-je, mes souvenirs, racines sont ici. Je suis Guadeloupéen ou pas. Celui qui vit ici demuis plus de 10 ans, dans ce cas là tous les étudiants qui partent en Métropole perde leur statut?Je suis contre un critère d'embauche en ce sens. Lors d'un entretient d'embauche, un employeur va priviliégier celui qui fera l'affaire du point de vue technique et financier. Celui qui vit syr place à déjà un gros avantage, pas de frais suppélmentaires. DE plus ce ne sont pas les mulitinationales qui représente la le tissus économique de la Guadeloupe, mais bien les TPME de 2 ou 3 salariés. C'est rar de faire venir un cadre métropolitain dans une TPME.Cette mesure ouvertement raciste est simplement un moyen d'empêcher les administrations de recourrir à du personnel métropolitain (ce en quoi je ne suis pas opposé, mais attention à la réciprocité, les Antillais vivant en Métropole sont nombreux, et il ne faudrait pas leur mettre encore plus de bâton dans les roues).Il ne faut pas oublier  que la Guadeloupe encore un département Français, et non un pays; Il n'y a pas de passeport Guadeloupéen.Il est vrais que les prix pratiqués en Guadeloupe n'ont aucuns sens, et que cela devient de plus en plus difficile. Le collectif à mis le doigt sur un problème réel. Lorsque les prix seront plus abordables, nous en profiterons tous. Par contre si cela avait été leur seul et unique objectifs, ils auraient regarder de plus près les propositions du préfet, sans s'arrêter sur la forme. Pour une histoire de forme, de mépris du peuple Guadeloupéen, ils n'ont oas relevé les mesures pourtant fortes de l'état. Mais pendant ce temps, pour des histoire de principe, nous subissons dans notre chair les conséquences de ce blocage.Si ils veulent tellement de bien au 'pep Guadloup", qu'ils offrent généreusement les 40 % de vie chère des fonctionnaires afin de les répartir entre tous les travailleurs du privé qui eux n'en bénéficiient pas. Que les prof passent meurs vacances de Carnavl à rattraper les 2 semaines de blocage. Là nous verrons vraiment que leur démarche est dirigée vers le peuple au nom de qui ils défilent, sacagent et détruisent les efforts des autres.

canardboiteux 31/01/2009 00:39

vous écrivez dans votre blog : "Autre « exigence » portant sur l'emploi : « Priorité d'embauche pour les Guadeloupéens. Embauche obligatoire de Guadeloupéens dans toutes les entreprises qui bénéficient d'aide publique » (imaginons qu'une telle mesure, inacceptable en France, soit envisagée dans l'hexagone. L'on crierait au racisme! Et l'on aurait raison."Les guadeloupéens ne pourrait donc pas bénéficier d'une discrimination positive à l'embauche dans leur propre pays ? Aimé Césaire disait : "la chance des Martiniquais, c'est le travail des martiniquais" de plus que pensez vous de ce qui s'est passé en Angleterre :"Des centaines d'ouvriers sont en grève aujourd'hui dans différentes raffineries britanniques pour protester contre l'embauche de travailleurs étrangers sur un projet d'extension par Total de sa raffinerie de Lindsey dans le Lincolnshire (est de l'Angleterre). Les ouvriers, principalement intérimaires, de Lindsey, troisième raffinerie du pays, ont commencé le mouvement mercredi pour protester contre l'embauche d'Italiens et de Portugais sur un projet d'extension de 200 millions de livres (environ 220 millions d'euros) un chantier confié à la société italienne IREM. "Je vous donne le lien : http://www.letelegramme.com/fil_info/gb-greves-dans-des-raffineries-contre-l-embauche-d-etrangers-chez-total-30-01-2009-228540.phpet aussi un journal plus connue http://www.lesechos.fr/info/energie/afp_00115789.htmceci dit je vois la situation guadeloupéenne de loin avec des supports médias tel votre blog , après les négociations si il y a des améliorations tous les guadeloupéens y compris les non gréviste bénéficieront des avancés. comme la baisse du prix du carburant suite aux blocage en Guyane française ;)La France est un pays qui avance avec des crises depuis 1789 j'avais entendu à la télévision un journaliste dire ça.Cordialement.Un fidèle lecteur de votre blog.

aire 31/01/2009 02:40


L'Angleterre est l'Angleterre, et certains de ses ouvriers se révoltent "contre l'embauche de travailleurs étrangers". Bien!
Mais la Guadeloupe est un département français. Des métropolitains peuvent donc y travailler chez eux, comme nous Guadeloupéens vous avons le droit de travailler chez nous sur le territoire
europérn de la France.
Vous observez les choses de loin. Cela se voit. Venez donc faire un petit déjour dans notre île, vous y serez bien accueilli, sauf par ...les racistes. Nous en avons, il y en a en Europe.
Vous ^étes un fidèle lecteur. C'est bien. Mais je sais en avoir, de très fidèles qui viendraient bien à ma veillée mortuaire, si je venais à trépasser,; pour s'assurer que la "bonne"nouvelle
 est bien vraie. J'espère que vous n'êtes pas de ceux-là.
Sûr qu'il en est ainsi, je vous salue
E.Boulogne


MONTREDON Michel 29/01/2009 23:30

Après lecture, ça fait peur en effet.

S.Winter 29/01/2009 19:41

Bravo Edouard ! Une fois encore tu dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas.... vive le politiquemnt correct ! Et vive l'humiliation...SWD

Polycrate 29/01/2009 04:01

Quel malheur d'avoir reproduit ici des armes de la Guadeloupe qui sont inexactes et héraldiquement incorrectes.. Malheureusement, répandues depuis wikipedia ces armes traînent partout.Ces armes procèdent des armes de Basse-Terre "de gueules au soleil d'or" à qui Charles X concéda, ainsi qu'à Pointe-à-Pitre le "chef de France".Au 19e siècle elles furent utilisées comme armes de la colonie et c'est au début du 20ème siècle qu'on s'avisa d'ajouter derrière le soleil un bouquet de cannes pour symboliser la Grande-Terre.

Un Guadeloupéen avec les valeurs de la Guadeloupe, celles que nous avons tendances à oublier 28/01/2009 13:12

Ca y est, la menace qui couvait est enfin dévoilée. Je pense même que Mr Domota à été déçu de voir que le préfet ne s'est pas laissé emporté par la colère avant, après avoir été traité de la sorte en repoussant systématiquement les réunions afin de pourrir le mouvement. Là enfin, il a pu dire que le problème se reglerai dans la rue. Que les gendarmes allaient être lâché contreles manisfestants, et qu'il y aurai des blessés. Nous y voilà. Ce soir va être le début de ce que ces messieurs en tête du collectif ont voulu créer. Ce genre de remarque ne vient en tête dans un moment où les esprits s'échauffent que si on y a songé auparavant. Quand on voit une "négociation" ou un des côté ne lâche rien, ne propose rien et menace simplement de tuer la Guadeloupe (car faire durer la grève jusqu'au 15 mars va non tuer l'économie de l'île déjà chancellante).Je suis dégouté de voir que le patronnat n'a pas réagit avant en mettant en placeles actions nécessaires pour ne pas alimenter ces conflits, je suis dégouté de voir que les pseudo syndicats arrivent à convaincre les gens qu'en agissant ainsi ils vont retrouver leur dignité. Les seuls qui vont payer dans leur chair, dans leur vie de tous les jours, dans leurs familles ce sont les gens simples, ceux qui savent que si ils travaillent ils obtiendrons quelque chose, que si ils sont droits ils auront le respect auquel tout un chacun aspire. Au lieu de cela, nous avons des bandes de coqs exité par le combat futur, des syndicats et organisations militantes extremistes et ouvertement racistes (depuis quand les "zindiens" ne sont pas Guadeloupéen,), des politiques minables qui essaient avant tout de se défausser de leurs devoirs, des dirigeants d'entreprises qui attendent d'être au pied du mur avant d'agir. Et au milieu, ils y a les "vrais" gens, ceux qui sont simples, avec leurs défauts et leurs qualités, mais qui tous veulent simplement vivre le mieux possible dans notre île qui pourraient être le plus bel endroit. Comment réagir intelligement maintenant?En se laissant emporter par une folie destructrice de l'île, en reprenant le travail coûte que coûte et en faisant respecter nos droits? Attendre que les syndicats se posent en victimes quand enfin ils auront leur (s) blessés? Je ne sais pas, et cela fait peur. J'espère que nous nous en remettrons un peu plus grandi que ce que nous voyons actuellement.Un Guadeloupéen avec les valeurs de la Guadeloupe, celles que nous avons tendances à oublier

mymy de Sainte Rose 28/01/2009 05:44

Sainte Rose, le 28 janvier 09Je souhaite apporter une vision un peu différente concernant la grève générale en Guadeloupe et le contexte dans lequel nous vivons.Il est vrai que l'UGTG, tête de file du collectif est un syndicat connu pour ses méthodes musclés. Si je m'en tiens aux réunions aux WTC, Mr Domota est celui qui élève le plus le ton. Son objectif est d'obtenir des réponses que le Préfet ne peut ou ne veut lui donner dans l'immédiat.Un des problèmes qui se pose en Guadeloupe, à mon sens , c'est qu'une frange importante de la population vit déjà une violence "feutrée". Nous nous sommes laissés enfermer dans une consommation à outrance de produits manufacturés importés dont nous n'avons pas vraiment besoin. Mais la télé cablé, les affiches 4x3 et la pub aidant, nous nous laissons manipulés. Résultat: nous demandons plus de pouvoir d'achat pour consommer des pacotilles vendues à prix d'or par la grande distribution qui applique les mêmes méthodes que les grands groupes de Métropole.Je me suis toujours posée la question suivante: pourquoi il y a t-il autant d'entreprises et d'entrepôts qui se construisent à Jarry? Des zones réputées inconstructibles (dans la Mangrove) sont par magie devenues constructibles. Pourquoi il y a-t-il autant d'investisseurs alors que nous sommes réputée comme étant un pays à risques?Des lotissements se construisent et certaines maisons une fois contruites restent inhabitées un temps jusqu'à ce qu'une pencarte nous indique qu'elles sont à vendre ou à louer.J'ai été élevé en Guadeloupe et certaines valeurs dont j'ai hérité ne sont guère appréciées de nos jours et ne rapportent pas grand chose: le goût du travail bienfait, l'envie d'apprendre, de comprendre, le goût de l'effort, le goût des belles choses. Refuser la vulgarité, la fourberie, la condéscendance, le superficiel et le médiocre est un combat quotidien.Aujourd'hui pour être pris au sérieux, il faut posséder et peu importe qu'il faille pour cela s'engraisser sur le dos de quelqu'un. Ici comme ailleurs on peut être un délinquant pourvu que le col soit blanc, l'important après tout, c'est de ne pas se faire prendre.Et puis que dire des médias nationaux qui ne couvrent pas les évènements actuels . Mr Héraut du parti socialiste a quand même indiqué à la majorité que la grogne monte en Métropole et dans les DOM.Voilà le contexte dans lequel nous vivons; on sent bien qu'un certains nombres d'initiés tirent les ficelles et la majorité ignorante, faute de comprendre ce qui lui arrive, se raliera "au premier Jésus Christ qui passe".

Edouard Boulogne 28/01/2009 11:58


Des remarques parfois justifiées chez cette lectrice. Et même si le Scrutateur tique sur d'autres points, il n'en apprécie pas moins le ton posé, et la courtoisie.
E.B


Teddy 27/01/2009 16:46

Monsieur,Je souhaitais vous tirer mon chapeau pour vos commentaires francs et courageux dans ces heures où même les (soi-disants ou autoproclamés) intellectuels guadeloupéens ne sont plus que l'ombre d'eux mêmes. Je suis un jeune noir guadeloupéen (je tiens à le préciser) et je me retrouve parfaitement dans votre brillante description de la situation. J'aimerais croire que la Guadeloupe retrouvera la raison même si je suis assez réaliste. L'avenir nous le dira.....Bien à vousT...

anonyme 27/01/2009 00:58

Ce discours est une très bonne plaidoirie quoique incomplète. Parce ce que la Guadeloupe n'est pas Haïtie, elle ne doit pas se plaindre contre les injustices, elle doit tout accepter, le racisme dans les entreprises en Guadeloupe même par exemple. Nous devons être éduquer c'est à dire docile et se taire.Si, je suis ta logique, le chômage ce n est pas grave puisque les chômeurs bénéfiecient du smic. Je tient à faire remarquer que la grève à été annoncer depuis le 17 Décembre 2008( cela devrait par ailleurs, apparaître dans ton discours à titre d 'information et que si le pauvre nouveau préfet voulait l'éviter il avait quand même le temps de voir le collectif des syndicats avant le 20 janvier. D'autre part, en Guadeloupe et comme en France on est pas écouter tant que l'on ne mobilise pas les gens, c est bien dommage. De plus, quand les étudiants font grève ou que la gare Saint Lazard ferme sans prévenir qui que se soit on ne parle jamais de l'axphisie de l' économie française. Selon vous, les syndicalistes sont des Macoutes,toujours est-il  que la transparence sur l'origine du pétrole arrivé en Guadeloupe,a été dénoncé par eux, il s'agit, en effet de pétrole, tu trouves normale que le prix du baril de pétrole soit en baisse partout ailleurs sauf en Guadeloupe. Je tiens à vous faire observer que ton discours est très incomplet. Parce que vouloir une meilleure mise en valeur du territoire, vouloir une mise en place de transport plus efficace, un plan pour  résorber l'habitat insalubre, c'est illusoire ou peut être impossible ou encore inutile.  Pour conclure, la question que je me pose, c'est de savoir quel est  ton intérêt? Si ça te gène que le peuple Guadeloupéen tente d'améliorer sa condition au détriment de la majorité silencieuse. 

Edouard Boulogne 27/01/2009 01:52


Je laisse les lecteurs juger par eux-mêmes des contradictions et de l'imbecillité de ce commentaire.EB


C de Montaguere Michelle 26/01/2009 14:25

ce que vous dites est encore loin de la Réalité ...les banques sont fermées ..les frigos commencent à se vider ..(par préc aution on ne les a pas remplis ..à cause ds coupures d'électricité )un fils en France Métropolitaine pour des études ..comment lui faire parvenir son mois de Février.par internet ,comme d'habitude ??cela ne peut fonctionner si ,derrière il n'y a personne pour réaliser le "mouvement de fonds .."les "distributeursde la basse-terre étaient vides ..les crêches ferment faute de sécurité "alimentaire et matérielle .donc en fait TOUT est bloqué ...les 120 propositions sont une utopie VOLONTAIRE.je suis Degoutée de voir la naîveté de ceux qui font les "déboulés" ..de toutes façons on sait sepuis longtemps de VOUKOUM et akyo sont des groupes (entraînés a la marche rapide et révolutionnaire ..)indépendentistes et porteurs de la "bonne parole " ds les quartiers chauds .."on" les a laissés défilés couverts de terre ..et pleins de rage sous prétexte de "liberté " on sème ...et on récolte ce qu"on sème merc i de dire ce que nous pensons  en  majorité .mais comment le faire savoir ???M.C DE M

Françoise Deravin 26/01/2009 14:06

Bravo Edouard, de continuer à lutter ouvertement.  Mes félicitations.F. Bolton

Carine 25/01/2009 20:23

Cela fait du bien de lire cet article ainsi que celui d'Ernest Pepin.Surtout lorsque l'on entend a longueur de journée sur les médias que le collectif parle au nom du "pep" alors que je ne me reconnais pas du tout dans leur combat.Si je suis d'accord sur le fait qu'il y a des reajustements a opérer dans notre systeme et ce tenant compte des spécifités liées aux DOM, je denonce completement la methode de ce collectif.Je me sens révoltée mais impuissante.Mr Boulogne, vous parlez de combattre... quels moyens avons nous pour combattre face a des gens dont la motivation premiere est de foutre le bordel ?

JACQUET Emmanuel 25/01/2009 18:00

Mr Boulogne c'est un plaisir que de lire des propos pleins de sens et de logique .Dans la cacophonie et l'absence de réflexion caractérisant notre environnement cela fait du bien . 

Angelique l'imatriculée deraison 25/01/2009 03:35

Article clair, précis, argumenté, et qui donne enfin une vision réaliste de ce que la majorité des guadeloupéens, sain d'esprit, pensent. Et espérons que d'autres voix s'élèvent pour informer ceux de métropoles, que les quelques énergumènes dans la rue ne représente pas la pensée majoritaire.... ce qui hélas ne ressort pas quand on écoute les médias locaux.

MANUELA 24/01/2009 21:08

BRAVO pour cette chroniquemais que font les media metropolitain? rien ne filtre, juste quelque mots sur RTL, rien sur les TV et radios dites "nationale".... le france antilles sur internet ne parle que des défilés aulé sans vraiment en expliquer les raisonsEncore merci pour votre chronique qui donne des informations aux éloignés que nous sommes mais tres inquiet de cette situation. Il faudrai vous envoyer un Pierre Cardo (ex maire de Chanteloup les vignes) connu pour ses dons de négociations mais ou il a réussi avec les immigrés des dernières décennies, reussirat-il avec ces immigrés de 4 sciècles

toto de bahia 24/01/2009 12:55

je ne suis pas dupe,s'il s'agit pour le collectif de relayer le mecontentement des citoyens actifs appauvrit par les hausses de toutes natures et dont ils n'esperent aucun repit de la part de la classe politique locale et nationale...je suis a cent pour cent avec le mouvements'il s'agit pour le collectif de reanimer une idéologie nihiliste avec pour objectif final de  "prendre" le pouvoir politique en terrorisant  par des coups de force  ceux qui refusent leurs injonctions...je suis resolument opposé a cela nous sommes dans une democratie elective , je puis dire que le moment venu je saurais faire la part des choses!

steve grand 24/01/2009 12:55

Merci de cet article, cela évite de sentire dans le désert "bruyant"

Jean-Claude HALLEY 24/01/2009 00:10

Mon cher Edouard,J'avais prévu que tu reprennes du service et c'est plus tôt que je ne l'envisageais.Notre Guadeloupe a surmonté d'autres obstacles et surmontra aussi celui là.Amicalement Jean-Claude