Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Hommage à Loganadin Saminadin.

( Je reçois ce faire part de mon ami, Jean Sahaï. Je m'associe au deuil des amis de M.Saminadin, ce pédagogue, et ce maître émérite. EB).


   (Loganadin Saminadin).


22 DECEMBRE LE CGPLI REND HOMMAGE A LOGANADIN SAMINADIN

Hier soir une vingtaine de personnes était réunie au Centre Guadeloupéen pour la Promotion des Langues Indiennes (CGPLI) pour rendre hommage à la mémoire de M. Loganadin Saminadin, décédé la semaine dernière à Nice à l'âge de 77 ans. Une grande partie des personnes présentes ont été des étudiants de celui grâce à qui l'enseignement du Hindi et surtout du Tamoul ont enfin pu exister aux Antilles Françaises.

Après un touchant diaporama préparé par Fred Négrit, président du CGPLI, un beau texte de Gerry L'Etang
a été lu, puis une série de témoignages émouvants ont évoqué la grande humilité dont a toujours fait preuve 'Loga', contrastant avec le savoir immense qu'il était toujours prêt à partager, son rare respect (chez un "Indien de l'Inde") pour les manières culturelles, cultuelles, culinaires, festives... et la personne des indo-guadeloupéens, sa grande compassion pour nos pertes et oublis ancestraux, son souci d'une pédagogie attrayante et efficace, ses encouragements à ses étudiants à aller le plus loin possible dans la connaissance.

 

Né à Pondicherry, enseignant retraité de l'Education Nationale française en Algérie puis en Guadeloupe, M. Loganadin a passé la plus grande partie de sa vie en Guadeloupe, pays d'adoption auquel il était très attaché et où il revenait toujours. Son œuvre inestimable (dont un livre et des cassettes pour l'apprentissage du Tamoul par les francophones, et diverses contributions pédagogiques à la LCR) est maintenant aux mains de ceux qu'il a formés, et qui enseignent aujourd'hui le Tamoul et le Hindi au CGPLI.

La soirée s'est achevée par un chant de mantras à la mémoire de M. Loganadin.

Incinéré à Nice le 23 décembre, ses cendres seront dispersées sur le Gange à Bénarès. Il sera dans toutes les mémoires lors de la commémoration de la première arrivée indienne le 24 décembre de 9h à 11h au monument de la Darse.

J. S. Sahaï




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article