Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Julien Dray dit "Juju" : un professionnel de la politique, passé de la Ligue communiste au Parti socialiste.



DRAY Julien. Universitaire, né

 

le 5 mars 1955 à Oran (Algérie). Il est le fils d'un instituteur socialiste installé à Antibes. « Moi, c'est bien compliqué, explique-t-il dans Libération décembre 1985). Juif, d'origine pied-noir, et Français par décret. Mes ancêtres étaient arabes d'un certain point de vue, puisqu'ils étaient conseillers du calife d'Alger ». Il a d'abord milité aux Jeunesses communistes. Titulaire d'une licence en histoire, d'une maîtrise de sciences économiques et d'un DEA d'économie industrielle, il est enseignant-chercheur à l'université de Villetaneuse. Gagné au trotskisme et formé par Michel Récanati, il a été un des animateurs de la Ligue communiste révolutionnaire ( l'actuel parti d'Olivier Besancenot!) de 1970 à 1982. Il  y fut chargé de ses deux satellites étudiants le Mouvement d'action syndicale (MAS) et de l'Unef-ID. Cofondateur de ce syndicat étudiant en 1981, il en a été vice-président de 1981 à 1984. Agitateur quasi-professionnel, ce spécialiste de l'entrisme a été à l'origine de la création de SOS-Racisme avec son camarade Harlem Désir. Il en a été vice-président et siège toujours au bureau national. Il peut être considéré comme le véritable fondateur et animateur de SOS-Racisme, si l'on en croit l'histoire secrète de SOS-Racisme, de Malik (Albin Michel, 1990). En mai 1982, il a adhéré au PS avec l'équipe de rédaction de Critique communiste, revue de la LCR proche de l'opposant à Alain Krivine,  Gérard Filoche (qui est l'un de ses proches collaborateurs tout en demeurant à la LCR). Introduit à l'Elysée ( sous Mitterrand) par  Jean-Louis Bianco en 1985, il a été l'un des principaux animateurs des grèves étudiantes de décembre 1986. Ce prototype de la « génération Mitterrand » a été imposé par le président de la République au sein du PS. Grâce à cet appui et celui de l'ex-trotskiste Jean-Luc Mélenchon, il est devenu député de la 10e circonscription de l'Essonne le 12 juin 1988 (55,9 % face au CNI  Pierre Avenard). Il aurait dû entrer au gouvernement comme secrétaire d'Etat à la Jeunesse de Michel Rocard mais sera barré in extremis, par Lionel Jospin, autre ancien trostkyste pourtant. (Dieu et les siens, Catherine Démangeât, Belfond. 1991). Dans ses campagnes, il est soutenu par la secte juive othodoxe des Loubavitch. « Je suis un vrai juif, pas un mélangé, a-t-il expliqué (Actualité juive, 7 octobre 1988). Je ne me suis pas découvert  une nature de juif en cours de carrière. » Animateur de la Nouvelle école socialiste avec Jean-Luc Mélenchon ( grand honnête homme fondateur récent du Parti  de la gauche, tout un programme! qui se réclame de...robespierre tueur républicain patenté) et Isabelle Thomas (avec qui il publie A Gauche), il a également fondé en 1989 l'Institut pour l'égalité avec le journaliste Guy Sitbon et l'avocat  Jean-Louis Bessis. Ses amis de la NES ont pris le contrôle de l'association tiers-mondiste Frères des hommes, dont la secrétaire générale, o Pascale le Neouannic, est l'attachée parlementaire de Dray (Le Monde, 22 octobre 1991). A l'Assemblée, il a été l'un des très rares députés PS à finalement refuser d'approuver a guerre contre l'Irak en janvier 1991. Il a publié SOS-Génération (Ramsay,1987). Lettre d'un député de base à ceux qui nous gouvernent"  où il se prononce en faveur d'une rupture avec le néolibéralisme; et Les clairons de Maastricht (Desforges, 1992). avec Gérard Filoche, où il se prononce contre les thèses « nationalistes » de Jean-Pierre Chevènement.



Depuis lors, ce grand donneur de leçon, et agitateur professionnel, son "honnêteté" en bandoulière comme tout homme de gauche qui se respecte, M.Dray éminence (et conscience du parti socialiste) du clan de Ségolène Royal, et du "parti de honnêtes gens" selon monsieur Mauroy, tuteur de martine Aubry dans la fédération socialiste du Nord, est poursuivi pour détournement présumé, à des fins personnelles, des fonds d'associations qu'il patronne (dont SOS-racisme, et un mouvement lycéen d'agitation) 
De quoi faire réfléchir, s'ils en étaient capables ces chers bambins, et ces "intellectuels" autoproclamés, et vrais puceaux de la politique qui croient, et le proclament à l'envi  que le gouvernement actuel, dont la fragilité est pourtant évidente face au politiquement correct (mis en musique par "juju" et ses comparses), est en train de mettre en place un gouvernement totalitaire et une idéologie raciste.
Désormais, quand SOS-racisme le dira, nous saurons quels honnêtes gens en tirent les ficèles! 

Le Scrutateur.

(Une partie de la documentation de cet article a été fournie par Emmanuel Ratier dans son Encyclopédie politique française).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE :


lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news


En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de
Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du
village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions
hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un
seul aujourd'hui se décide à parler.


 


35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser
le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.


 


Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de
ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi
joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)
Interview du 26 mars 2012
sur radio-alpes.net
Répondre
C
Si j'ai bien lu, Julien Dray est directement issu de la filière de la tolérance, des droits de l'homme, et de la diversité. Peut-être intégrera-t-il celle de la probité, par décret ?

Répondre