Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 

Les SS à l'école? Au loup! Au loup? Petit délire enseignant de gauche.


 (Ci contre le lycée de Baimbrige, Pointe-à-Pitre Abymes en Guadeloupe, où les faits décrits ci dessous auraient aussi pu se dérouler°





L 'on s'inquiète, à juste titre, de la montée de la délinquance juvénile. Sans doute est-elle liée à la dégradation des valeurs morales de base, consécutive elle-même aux suites du grand séisme libéralo gauchiste de mai 1968, dont nombre de leaders, et Daniel Cohn Bendit lui-même continuent à parader au hit parade de la politique française et européenne.

L'une des grandes "conquêtes" des soixante-huitards fut la banalisation de l'usage des stupéfiants.

Le « grand » théoricien de la révolution de ces années là fut l'universitaire marxiste H.Marcuse qui dans son opuscule « Vers la libération » écrivait : « la révolution devra être aussi une révolution dans la perception... La libération est liée à la décomposition de la perception ordinaire et vulgaire (celle de l'homme en bonne santé, note du Scrutateur). Dans le « voyage » ( voyager, pour ces messieurs, c'est délirer, se "défoncer"; rave, en anglais = délier, divaguer)  s'effectue une semblable décomposition du moi tel qu'il est façonné par la société établie » (sic).

Evidemment le succès de ces théoriciens de la « libération » de l'homme par le délire psychédélique a été depuis longtemps dépassé, et récupéré, par des « commerçants » d'un genre très particulier, les mafieux internationaux, qui sont à l'oeuvre partout, y compris en Guadeloupe (à une échelle inquiétante), aux portes, et de plus en plus à l'intérieur, de nos lycées.

Ils financent un certain nombre de publications aussi diverses dans leurs « looks » que les publics auxquels ils s'adressent (toutes les classes de la société sont menacées).

Ils bénéficient aussi de la simplicité d'esprit de certains enseignants, parfaitement abrutis, qui du haut d'idéologies, respectables, peut-être, en 1900, mais totalement inadaptées au contexte de la génération internet, s'opposent à l'action publique anti drogue dans ce qu'elle a de moins contestable.

Ainsi, ces jours derniers, une action de la police dans certaines écoles de la ville d'Auch, en métropole, dans le sud ouest, soulève la colère de nos pseudos humanistes. A les en croire, l'action de ces gendarmes, sous la présidence du dangereux « nazi » que serait monsieur Sarkozy, annonce, pour la France des jours dangereux, et ces gendarmes s'apparenteraient aux SS hitlériens de sinistre mémoire.

Tout cela est en train d'être monté en épingle, dans les médias traditionnels, et dans la blogosphère.

C'est la raison pour laquelle Le Scrutateur réagit en publiant d'abord la lettre d'un ami qui m'a tenu au courant des débuts de cette histoire, ensuite le communiqué, signé de son nom, du major de gendarmerie qui a conduit l'opération de santé publique.

Faites connaître cette version des faits, et faites connaître, par la même occasion, Le Scrutateur à tous vos amis.

Mais que l'on prenne garde! Chacun connait l'histoire de ce petit paysan qui pour faire endêver les grandes personnes, dans son village criait chaque soir « au loup! Au loup! ». Il n' y avait pas de loup, et la population finit par devenir insensible aux criailleries du petit bonhomme. Le jour où celui-ci fut en butte à l'attaque d'un véritable prédateur, ses cris n'eurent aucun effet, et il fut mangé.

Aujourd'hui ce sont des « adultes », les uns par esprits subversifs, les autres par crétinisme profond, qui crient au nazisme, au racisme, à propos de tout et de n'importe quoi.

Ce sont les fossoyeurs de l'esprit public.

Edouard Boulogne.).









Bonsoir,

 J'ai réussi à me procurer la version écrite  du major qui a conduit l'opération antidrogue dans un établissement d'Auch (affaire similaire au collège de Marciac) ; sachant que cette dernière faisait partie elle-même d'une opération d'ensemble de recherche de produits stupéfiants dans les écoles et lycées du Gers. Action consécutive à  l'explosion de la consommation de drogue auprès de la  jeunesse et dans les établissements scolaires de ce département (même la France profonde !). La drogue c'est du « bizness » et chaque dealer a besoin de se créer un réseau pour assurer sa propre consommation, et avec de jeunes adolescents souvent confrontés à cet âge à des problèmes existentiels, se sont des proies tellement faciles.  C'est pourquoi, cette opération d'envergure avait été  décidée par le procureur de la République et autorisée par les chefs d'établissement.

 Tout ceci finalement a provoqué l'ire des certains enseignants et de parents d'élèves, colère bien complaisamment relayée par les médias (enfin une affaire pour déstabiliser la Droite, d'autant que les gendarmes ne peuvent se défendre).  Encore aujourd'hui, sur la 5 et dans d'autres médias, nous avons entendu des journalistes l'air horrifié, dirent que nous vivions désormais dans un climat d'insécurité Étatique à cause de « la politique répressive de Sarkozy » ( ?). Il est dommage que l'on n'entende pas aussi l'avis des nombreuses personnes qui sont actuellement victimes de cambriolages et d'agressions de toutes natures ! Je pense qu'au contraire nous vivons dans un pays dont les valeurs sont en complète déliquescence. Et, en ce qui concerne les écoles, puisque nous suivons toujours ce qui se fait de mieux aux USA, nous verrons bientôt des professeurs armés dans les classes, car déjà  dans certains établissements de notre pays,  il est fortement  envisagé l'installation de portiques de contrôle  et de fouilles de sécurité).

N'hésitez pas à faire circuler sans hésitation le document joint, son auteur ayant donné son autorisation.

 Gardons le moral !

Et voici le témoignage du major qui a conduit l'opération en question :


"""""Je vous autorise à retransmettre et à diffuser sans restriction aucune et
> sans masquer mon nom les faits relatés et mon commentaire sur l'intervention de
> ce professeur. En outre, je voudrais dans un premier temps que vous inondiez le
> forum gendarmes et citoyens de mon mail, toujours sans rien masquer. Dans un
> second temps, je vais m'abonner au forum.
 
> Bonjour, avant d'écouter l'intervention de ce professeur sur les ondes de FRANCE
> INTER, je tiens à préciser les points suivants. Les faits dénoncés sont
> totalement faux et je vais vous dire pourquoi je suis bien au courant de ces
> faits.
>
> --Le lundi 17 novembre 2008 de 10 h 30 à 12 h 00
sur la demande du directeur de
> l'école des métiers de AUCH/PAVIE (lettre à l'appui) et sur réquisition de
> madame le Procureur de la République à AUCH
, une recherche de produits
> stupéfiants est organisée dans cet établissement. 18 classes sont prévues (274
> étudiants âgés entre 17 et 30 ans) sont concernés. 14 gendarmes + 2 maîtres de
> chiens sont en charge de ce contrôle. Je suis à la tête de ce groupe et
> responsable de ce contrôle (c’est pour celà que je connais bien ce dossier ).
>
> Je suis le Major TRIBOUT, Jeannyck, commandant la brigade territoriale autonome
> de AUCH ( vous voyez, moi je n'ai rien à cacher ).
>
> -----Lorsque nous entrons dans la classe de ce professeur, nous sommes 4
> gendarmes et un chien de recherche STUP. Nous avons été précédé du directeur de
> l'établissement qui rentre le premier et explique le but de la visite. Lorsque
> nous rentrons, nous disons bonjour ( nous attendons toujours la réponse du
> professeur ) . Nous indiquons aux étudiants comment nous allons opérer et leur
> demandons de ne faire aucun geste brusque, ne pas regarder le chien dans les
> yeux et de le laisser travailler. A ce moment là ce professeur ouvre la fenêtre
> et déclare " en 50 ans de carrière je n'ai jamais vu çà, nous sommes dans un
> Etat policier ".....Ce professeur à la cinquantaine !! Nous refermons
> effectivement la fenêtre. Pendant toute la durée du contrôle, le professeur
> tourne le dos à la classe, regarde par la fenêtre, il ne verra rien de cette
> intervention proprement dite et il n'adressera à aucun moment la parole à qui
> que ce soit............même pas pour soit disant défendre ses élèves. Le chien
> n'a agressé personne et n'a démoli aucun ordinateur ou vêtement. Il y a eu des
> fouilles/palpations de personnes qui ont été "marqués" par le chien avec leur
> accord. Aucune personne ne s'est retrouvée en caleçon. Lorsque les gendarmes ont
> quitté la classe l'un d'eux a effectivement dit " au revoir messieurs dames "
> car dans les classes précédentes il y avait des femmes, dans celle-ci il n'y en
> avait pas, mais il n'a jamais été dit "salut les filles". Ce que le professeur
> oubli de dire, c'est que lorsque nous avons quitté sa classe il a dit aux élèves
> " ouvrez vite les fenêtres çà pue "......çà c'est pédagogique !!!!!
>
> ---Il faut savoir que lors de ce contrôle 6 étudiants ont été trouvés porteur de
> STUP dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la
> revente. Si ce professeur accepte çà...........l'avenir de nos enfants est bien
> sombre.
>
> ---Il faut savoir également que 1 mois 1/2 auparavant deux gendarmes ( formateur
> relais anti drogue ) sont intervenus dans cet établissement pour faire de la
> prévention, c'est à dire informer du danger de la drogue sur la santé, sur les
> conséquences pénales, et ont averti les étudiants qu'il y aurait des contrôles.
>
> ----Ce professeur soixante-huitard sur le retour et défenseur des causes perdues
> est surtout un " GROS MENTEUR " et par contre lui, ne fait pas honneur à sa
> profession, car je connais bon nombre de professeurs qui ont de vraies valeurs
> pédagogiques et qui font de la prévention en étroite collaboration avec les
> gendarmes...........mais lui il retarde d'une " révolution".
>
> ---Maintenant, vous pouvez écouter ce tissu de mensonges, mais moi Major
> TRIBOUT, Jeannyck, commandant la BTA AUCH et responsable de cette opération
> certifie que tous les propos de ce professeur sont mensongés.
>
> ------Signé Jeannyck TRIBOUT"""""""



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

haltla 20/12/2008 23:56


Il y sans doute des "délires enseignants de gauche". Cela s'est vu, meme s'il ne faut pas généraliser. Le ton de l'article d'EB donne à penser qu'il existe des délires enseignants de droite.
Quant au major gersois, normal qu'il donne sa version. C'est bien le moins, meme si c'est parole contre parole. Je suis plus gené par sa petite excursion rageuse sur les soixante-huitards attardés. Ce n'est pas la formule qui m'inquiète, c'est son auteur : n'y aurait-il pas des "délires gendarmesque de droite" ?
Enfin, je veux bien admettre tout ce qu'il raconte. Il y a ici et la du petit deal, bien plus rarement du grand, et il faut combattre fermement ces trafics. Mais je reste persuadé que sauf cas de grande urgence (une attaque dans l'établissement, etc), il faut continuer à "sanctuariser" les établissement scolaires. Vous imaginez, si on généralise les irruptions de chiens gendarmesques partout ? Vous imaginez si une de ces betes attaque, éventuellement provoquée par un gamin énervé (ce qui pourrait se comprendre  ;-))  
Je ne suis pas un "enseignant de gauche délirant". Je ne vote pas et ne voterai jamais Sarkozy. Pour autant je ne le traite pas de nazi, et je n'ai entendu personne le faire. Les délires de l'anti-délire sont parfois inquiétants. Lisez René Girard.

Edouard Boulogne 21/12/2008 03:23


J'apprécie plutôt le ton taquin et plutôt modéré de "Haltla".Peut-être parce qu'il me fait penser à quelqu'un que j'ai bien connu, et qui est quelqu'un de droit, même si la droiture (sans jeu de
mots; inutile de s'étrangler!) ne préserve pas, nécessairement, de l'erreur.
Les écoles "sanctuaires"? Pourquoi pas. C'est gentil, mais parfaitement irréalistes aujourd'hui. Les portables des élèves sont le parfait symbole de cet irréalisme, entre autres choses.
Et puis, je lisais récemment sur ce sujet, émanant d'une haute autorité enseignante, la fière déclaration selon laquelle elle n'autoriserait l'irruption de nulle autorité dans "sa" classe, ni celle
d'un proviseur, ni d'un inspecteur, d'un ministre ou de quelque autorité que ce soit! Quelle assurance, quelle présomption! Nous ne sommes que poussière, cher...Haltla!
J'ai le souvenir d'une autre autorité, celle d'un professeur de philo, un monsieur qui portait le nom de France (comme Anatole), qui jouait avec ses élèves au jeu séduisant des "gages". A chaque
question posée en classe, celui qui calait devait se dépouiller (les élèves, comme le prof)  qui d'un vêtement, qui d'une chemise, d'un maillot de corps, d'un pantalon, d'un soutien gorge,
d'un slip. A ce "jeu", M.France se trouva un jour, bien dépourvu, et...tout nu, comme le roi fameux.
Il fallut bien que l'autorité intervint, et viola le .... sanctuaire.
Et puis nos partisans de la sanctuarisation des écoles, et même des classes, trouvent bien naturel de jeter, par dizaines de milliers, des adolescents à peine pubères dans les rues de Paris, et
d'ailleurs, comme instruments de leurs passions politiques et syndicales partisannes, de la bastille à la République, du quartier latin à l'assemblée Nationale, où en Guadeloupe de Baimbrige à la
sous préfecture. Oh! que voilà un vaste sancctuaire! Il y a de quoi s'y perdre!
Oui, Haltla, les enseignants pour être des "maîtres" ne sont que ce que nous sommes, bien peu de choses, à droite comme à gauche. Un peu de lucidité je vous prie.
Mais je ne désespère pas. Un homme qui lit René Girard ne peut pas être tout mauvais. Il n'est pas loin de redécouvrir  les vrais sanctuaires, c'est-à-dire les églises (inviolables au
moyen âge) si pourchassées, souvent détruites, rasées par la République (au sens que l'on donne à ce mot en France, depuis 1792, qui proclame les "droits de l'homme" en les violant sans cesse
dès le début.
 Ce n'est pas là un délire (gendarmesque ou non) d'homme de droite, mais une espérance d'ami (l'amitié ne postulant pas que l'on soit toujours d'accord sur tout).
Sur Sarkozy, je pourrais comprendre mon interlocuteur, étant loin d'être d'accord avec ce cher Président sur toutes choses. Mais je le trouve imprudent de dire "jamais". La vie réserve des
surprises, oh oui, bien des surprises.
En tout cas je ne trouve pas dans ce propos critique, les signes évidents, et calamiteux, d'un passage par l'IUFM. L'auteur signifie ainsi son âge, en même temps que sa négligence envers la
génération d'après.
Qui est sans péché?
Cordialement.
EB


Archimede 16/12/2008 01:42

L'art de tout mélanger.Et ça se dit philosophe ?-> J'espère quand même que vous n'avez jamais enseigner, ça expliquerait certains problèmes locaux d'appréciation ...

Edouard Boulogne 16/12/2008 01:54


"..n'avez jamais enseigner" (!!!!). Il s'agit d'un participe passé  et non pas d'un infinitif. Il fallait donc écrire
"enseigné". Mais le courageux anonyme est probablement un jeune enseignant formé à l'IUFM. Cela explique donc tout, à défaut de l'excuser.
En tout cas la bête écume.
C'est bien. EB