Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le métissage en politique française est-il un faux débat?

(Hier, 3 décembre, le journal Ouest-France a publié ce court entretien très suggestif pour nous Français des Antilles, que le Scrutateur reproduit intégralement).

mercredi 03 décembre 2008

Bertin Destin ne croit pas à un effet Obama


Bertin Destin, nouveau sous-préfet de Lisieux.

Le nouveau sous-préfet de Lisieux, né à Fort-de-France en Martinique, estime que le métissage à la tête des institutions est un faux débat.

Votre nomination comme sous-préfet de Lisieux est-elle liée à l'Obamania ambiante ?

Je ne suis pas le premier sous-préfet noir de France. Pierre N'Gahane n'est pas non plus le premier préfet noir de France. Il est le premier préfet noir issu de l'immigration. Moi, je ne suis pas né de l'immigration, mais en Martinique. Et j'ai occupé ce poste pour la première fois en Ardèche, en 2000.


N'êtes-vous pas tout de même le symbole, malgré vous, du métissage à la tête des institutions ?


C'est un faux débat. Il faut plutôt regarder les institutions elles-mêmes et voir qu'il n'y a pas de volonté d'écarter les personnes noires ou d'origine étrangère. Nous avons un service public qui chercher à gommer ces différences, qui d'ailleurs n'en sont pas. Il vise à ce que tous les concitoyens soient regardés avec le même oeil. Il faut aussi regarder du côté des intéressés, ces personnes noires ou d'origine étrangère. Parfois, ce sont elles-mêmes qui expriment certaines réticences à prendre un poste à responsabilité. Tout simplement par manque de confiance.


Vous avez pris vos fonctions à Lisieux lundi. Que savez-vous de cet arrondissement ?


C'est un arrondissement contrasté, entre la Côte fleurie et le Bocage authentique, dans le sud. Cela sous-entend des richesses énormes. C'est aussi un arrondissement qui commence à souffrir. La conjoncture est difficile. Je travaillerai au soutien des entreprises qui vont mal, aux côtés des élus et de l'ensemble des partenaires économiques et sociaux. L'État peut mobiliser des fonds, mais aussi des services, notamment ceux du ministère du Travail et de l'Emploi.


Recueilli par

Angélique CLÉRET.

Ouest-France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article