Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

 Une semaine à la loupe.


  1. Le XXIème siècle : une nouvelle donne !

Depuis la 2ème guerre mondiale, nous avons vécu 3 grandes périodes : 1. La guerre froide entre 1950 et 1989 ; 2. La chute du communisme et ses conséquences de 1989 à 2001 ; 3. Le 11 septembre 2001, la montée de l’islamisme et la médiatisation des évènements. Durant la première période, le bloc communiste et l’occident se sont mesurés sur les plans militaire et civil. Sur des terrains extérieurs nos armes, de plus en plus sophistiquées, ont été utilisées avec ou sans nos militaires. L’argent coulait à flot et les deux blocs ne cessaient de se lancer des "challenges" ; la conquête de l’univers nous a passionné et le développement des nouvelles technologies n’a pas fini de nous étonner : c’est ce que l’on a appelé les "30 glorieuses" avec son cortège de besoins sans cesse inassouvis et qui ont abouti à mai 1968 en France. A partir de 1989, la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'empire soviétique ont ouvert une nouvelle période qui a mis aux prises le mouvement d'intégration porté par la mondialisation et la révolution technologique avec les passions identitaires et le regain nationaliste des politiques. Durant la décennie 90, nous avons connu l'euphorie des années folles placées sous le signe des illusions et des cycles économiques. En occident, nous avons cru que le monde était à jamais en croissance, que seul le système libéral était viable et que nous pouvions poursuivre notre développement sans prendre la mesure des changements d'une histoire qui s’est accélérée. Dans nos nations libres, nous avons pensé que la fin des idéologies se traduirait par la poursuite du développement du monde occidental et la montée en puissance du reste des autres nations. Mais la montée des risques globaux et des pulsions collectives ont joué sur la dynamique de la peur et de la violence. La désunion des démocraties, l'impuissance des politiques, le développement du fanatisme religieux, les rivalités des puissances, le bouleversement de la hiérarchie des nations et des continents ont entrainé un recul de la liberté et de la raison, y compris dans les nations libres. A cela doit s’ajouter l'hyper croissance des géants que sont la Chine et l’Inde. Le développement d’Internet et de la télévision ont fait disparaitre les barrières du temps et ont donné la capacité à tout un chacun de se faire sa publicité sur un écran de télévision ou d’ordinateur. C’est ainsi que le monde entier a vécu en direct les attentats du 11 septembre. Nous avons découvert que la terre n’était qu’une "petite boule" et que tout était possible pour la détruire, même avec des protections à base des technologies les plus sophistiquées. Tout ceci est en grande partie à la base d’un développement du fanatisme religieux qui va des caricatures de Mahomet publiées au Danemark jusqu'au meurtre d'une religieuse à la suite du discours de Ratisbonne prononcé par le Pape Benoît XVI en passant par la multiplication des spectacles annulés pour cause d'intolérance et la multiplication des atteintes aux libertés au nom de la lutte contre le terrorisme dans nos démocraties. Après ces signaux d'alerte, nous avons vu la montée des violences au Proche-Orient, la multiplication des attentats terroristes, le déséquilibre des échanges mondiaux mais aussi environnementaux avec la multiplication des catastrophes naturelles et maintenant la crise financière et économique. Nos dirigeants sont forcés de prendre conscience des problèmes mondiaux et de l'échec des politiques qu’ils ont conduites pour les résoudre. Nous entrons donc dans une nouvelle ère ou nous devrons redécouvrir les valeurs communes que nous aurons à partager entre les peuples au-delà de la diversité des institutions et des cultures. Il est urgent que les prochains G8, G20 ou Gxx ne se limitent pas à trouver la seule solution financière aux problèmes que nous connaissons mais permettront de doter le XXIème siècle d'instruments et de normes adaptées pour refonder l'unité des démocraties. L'Occident n’a plus le monopole de la démocratie et du marché, ce qui est heureux et logique. Il faut prendre en compte le souhait des autres nations de se développer et il nous faudra partager les biens, sinon elles se révolteront. L’Europe et les Etats-Unis, de par leur développement démocratique, conservent le droit de défendre la liberté en résistant aux empires et aux idéologies qui s’étaient développées au XXème siècle. A eux donc de s'en montrer dignes en assurant le primat de l'intérêt de la liberté et de la raison et en travaillant pour que le gâteau de la croissance mondiale soit le plus gros possible pour que son partage soit équitable entre l’occident, les nations émergeantes et celles qui continuent de s’appeler « pays en voie de développement ». Encore une fois, le gâteau n’est pas extensible à l’infini. Cf.notre récente chronique « La théorie des vases communicants » !

  1. Les cigales et les fourmis !

Tous les budgets des pays européens partent du principe qu'il y aura une légère croissance en 2009. Mais les économies des différents pays ne réagiront pas de la même façon au ralentissement et à la crise financière et économique. L’impact sera différent pour chacun des 15 pays de L’Eurogroupe. Les nations "fourmi" qui ont passé leurs étés à engranger des provisions passeront cette période difficile en les utilisant pour aider leurs populations à atténuer leurs difficultés. Les pays "cigale", comme la France, danseront mais malheureusement pas de joie !

  1. Internet rend-il plus intelligent ?

Tout le monde s’accorde à penser que surfer sur Internet transforme l’activité du cerveau mais ces effets multiples, positifs ou négatifs, restent à mesurer. Une étude des chercheurs de l’UCLA, l’université américaine de Californie, montrerait que le fait de naviguer ou de rechercher sur Internet solliciterait fortement les zones du cerveau qui gèrent le processus de prise de décisions. Internet améliorerait les performances cognitives des utilisateurs. De même il semblerait que l’activité cérébrale des seniors, habitués à surfer sur Internet, serait presque deux fois plus intense que celle des non internautes du même âge. L’utilisation de l’Internet rend-elle intelligent ou débile ? Personne n’en sait rien mais que les chercheurs et les journalistes ne perdent pas "la boule", une utilisation modérée permet de connaître beaucoup plus, mais rien ne vaut un bon bouquin !

  1. Le Synode des évêques : La phase des propositions.

L’assemblée du Synode des évêques devait être essentiellement consacrée aux questions pastorales pour savoir comment mettre la Parole de Dieu au centre de la vie des fidèles. En réalité, de nombreuses interventions des pères synodaux ont porté sur des problèmes théologiques soulevés par une juste compréhension des Écritures. De nombreux évêques ont critiqué les dérives d’une exégèse qui oublierait le sens spirituel ou théologique pour ne faire droit qu’à une analyse scientifique des Écritures. Le rapport intermédiaire se fait l’écho de préoccupations plus pratiques qui ont été soulevées. Au premier rang, on trouve les homélies, qui sont souvent pour les fidèles "l’unique occasion d’écouter la Parole de Dieu" et qui montrent des insuffisances, selon les pères. Le rapport recommande "de dépasser les prédications moralisatrices pour faire des prédications plus missionnaires". Un point pratique est soulevé qui concerne le choix des lectures de l’Ancien et du Nouveau Testament dans le lectionnaire de la liturgie. Une série de demandes porte enfin sur le rapport avec les autres religions, notamment les juive et musulmane.


Henri Pauvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article