Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.


1.                      Comme chaque année, Shangai classe les universités françaises

Chaque année, en pleine torpeur estivale, les universités tricolores attendent le classement de Shanghai qui évalue les performances des meilleurs établissements d'enseignement supérieur dans le monde. La France se classe au septième rang des 37 pays et rétrocède une place à la Suède. Les résultats sont décevants car en légère baisse par rapport à 2007. La France ne parvient pas à rattraper son retard sur ses homologues allemands et britanniques qui classent une quarantaine d'universités parmi les meilleurs établissements. Elle ne classe que trois universités dans le top 100,4 en 2007 et 23 dans le top 500, 22 l'année dernière. Les États-Unis s'offrent le luxe de placer huit universités parmi les dix premières et le Royaume-Uni prend les deux places restantes. Ce mauvais score "confirme l'urgence de la réforme des universités", a estimé le ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse. Le gouvernement vient de donner aux universités deux instruments supplémentaires pour améliorer leur situation : une enveloppe de un milliard d'euros par an et une loi sur l'autonomie qui doit leur permettre de définir des priorités scientifiques et de recruter davantage de jeunes cerveaux. Souhaitons qu’elles puissent en profiter et que les étudiants s’attachent à travailler sans passer une partie de leur temps en grève.

2.                     La LME devrait aider à une reprise de l’économie.

Ce texte économique, publié au J.O. le 4 août dernier, s'applique immédiatement dans la grande distribution avec la négociabilité des prix. Les grandes enseignes peuvent ainsi demander à leurs fournisseurs de rediscuter librement des tarifs déjà en vigueur, sans les marges arrière qui faussaient systématiquement les négociations. L'objectif est bien entendu de soulager le porte-monnaie des consommateurs Français. Dans les communes de moins de 20.000 habitants, les maires pourront néanmoins saisir la commission départementale d'aménagement commercial pour les projets compris entre 300 et 1.000 m² alors que le seuil à partir duquel une autorisation administrative est nécessaire pour ouvrir un commerce va passer de 300 à 1.000 m². La LME va surtout changer la vie quotidienne des PME avec un allègement de la trésorerie puisqu’à partir de 2009, les délais de paiement entre entreprises seront plafonnés à 45 jours fin de mois, ou 60 jours nets, à compter de la date d'émission de la facture. Les sociétés dont les comptes annuels sont certifiés par un commissaire aux comptes devront publier les délais de paiement pratiqués avec les fournisseurs. Une nouveauté très attendue par le patronat est le gel des seuils sociaux. Concrètement, lorsqu'une PME franchira les seuils de dix et/ou vingt salariés, soit parce qu'elle embauche, soit parce qu'elle achète une autre société, elle ne subira les pleines conséquences financières qu'au bout de sept ans. De même, la loi fusionne le chèque emploi TPE et le titre emploi entreprise. Baptisé TEE, titre emploi service entreprise, le nouveau dispositif facilite le recrutement et le paiement des salaires dans les entreprises de moins de neuf salariés, contre cinq auparavant. Autre simplification, les SAS, sociétés par actions simplifiées, seront dispensées d’avoir à nommer un commissaire aux comptes quand elles emploient moins de vingt salariés et qu'elles réalisent moins de deux millions d'euros de chiffre d'affaires. De même, le coût de rachat d'une entreprise est réduit avec des droits de mutation qui passent à 3% et un abattement de 300.000 euros est créé pour les transmissions dans le cadre familial ou à des salariés. Enfin à partir de 2009, la LME encouragera les travailleurs indépendants. Ainsi le régime de la micro-entreprise s'appliquera jusqu'à des plafonds de chiffre d'affaires de 80.000 euros pour le commerce, 32.000 euros pour les services et les seuils seront ensuite indexés chaque année sur l'inflation. A l'avenir, ce régime, sera cumulable avec un salaire, une retraite ou une allocation chômage et donnera droit à un prélèvement unique et libératoire de 13% dans le commerce et de 23% dans les services, ainsi qu'à une exonération de TVA et de taxe professionnelle durant trois ans pour cette dernière accessible, sous conditions, aux professions libérales.

3.                     Le patron de France Télévisions déclenche la tempête mais resterait en poste.

Patrick de Carolis, avait estimé sur RTL que "le compte n'y était pas" concernant le financement de la suppression de la publicité dans l'audiovisuel public. Il avait aussi déploré les propos très critiques du Président de la République sur la qualité des programmes du service public lors d’une intervention sur France 3. Il a reçu un soutien indirect du comité d’entreprise de groupe de France Télévisions qui dit redouter "une crise financière et sociale majeure" avec la fin prévue de la publicité. Bien qu’il ait évoqué à mots couverts son possible départ, il semblerait que la tension soit retombée et qu’il ne serait plus envisagé de le remplacer. A suivre…

4.                     Le FMI s’alarme de l’inflation & relève ses prévisions de croissance mondiale.

Le Fonds monétaire international a révisé en légère hausse ses prévisions de croissance mondiale pour 2008 à 4,1% au lieu de 3,7% annoncé en avril car le ralentissement du premier trimestre a été moins prononcé qu'anticipé Mais il s'alarme de la poussée de l’inflation ! Il continue cependant à penser que l'économie mondiale traverse une mauvaise passe et que la croissance devrait "accuser un net ralentissement au second semestre de 2008, avant de se redresser peu à peu en 2009". Il maintient que l'inflation est devenue "un problème important du fait de la flambée des cours du pétrole et des matières premières". Le FMI a fortement révisé ses prévisions d'inflation pour 2008 à 3,4% pour les pays industrialisés, au lieu des 2,6% initialement prévus. La France, quant à elle, devrait connaître une croissance économique de 1,6%, un peu plus soutenue que les 1,4% prévues il y a trois mois.

5.                     Plus d’un milliard de PC dans le monde.

Un milliard d'ordinateurs sont actuellement en service dans le monde. Selon une étude de l'institut d'analyse Gartner, 2 milliards pourraient l'être en 2014 si le marché poursuit sa croissance actuelle d’environ 12% par an. Le doublement du parc sera évidemment favorisé par le boom des machines "low cost". Près de 75% des PC installés dans les années à venir le seront dans les marchés émergents. Un gros problème devra être résolu très rapidement car environ 180 millions d'ordinateurs du parc actuel seront remplacés d’ici la fin de l’année 2008, dont près de 35 millions seront jetés dans la nature, sans prêter attention à leur toxicité. Soyez vigilants !

 

Henri Pauvert.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article