Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

25 juillet 2008 : A RFO-Guadeloupe qui nettoiera les écuries d’Augias ?


 

L’Union pour la Libération de la Guadeloupe, (UPLG) parti indépendantiste guadeloupéen, il y 20 ans, voyait quatre de ses militants tués accidentellement, deux à Pointe-à-Pitre, deux à Basse terre, alors qu’ils manipulaient des explosifs destinés à des attentats meurtriers, dans le cadre de la relation tensionnelle qu’entretenait ce parti, avec  son antagoniste séparatiste l’ARC, (Alliance Révolutionnaire Caraïbe), de Luc Reinette. (déjà! dès avant « l’indépendance » espérée!!! Sans autre commentaire !)

 

Vingt ans après, et alors que les Guadeloupéens ont à maintes reprises désavoués les actions de ces gens-là, RFO-Guadeloupe leur donne la parole en toute occasion (voir notamment notre article récent sur Luc (Guévara) Reinette), et ce 25 juillet, notamment, au journal de 19h30, pendant près de trois minutes.

 

Dans cette émission les journalistes nous parlent de décès tragiques, de mort mystérieuse. Me Rodes fait son cinéma habituel en suspectant d’obscurs manipulateurs derrière ces « accidentés » un peu particuliers ? « L’Etat colonial » sans doute pour reprendre le vocabulaire emphatique de cet avocat égrotant.

 

Mais enfin ! Ces hommes, que faisaient-ils dans la rue Delgrès cette nuit de leur mort ? Etaient-ils des terroristes en action, ou non ? Quand de telles personnes dans un pays démocratique ont choisi pour faire prévaloir leurs caprices, (ou si l’on préfère leur point de vue) la voie des armes et du meurtre ; quand ils meurent du fait même de leur maladresse, ou même sous les coups éventuels de leurs adversaires (et l’on sait que l’UPLG ne portait pas l’ARC dans son cœur…. et réciproquement !! ) est-ce que l’on va chigner, vingt ans après, sur toutes les ondes de « l’Etat colonial » (Sic !!) ? Cela manque singulièrement de dignité.

 

Mais il y a une autre question qui se pose, c’est celle de l’opportunité pour un service public comme RFO-Guadeloupe de donner une si importante, et complaisante tribune aux terroristes survivants non repentis, comme il ressort clairement de leurs déclarations.

 

Mais enfin qui dirige cette station ? Laissera-t-on longtemps encore opérer en toute quiétude, ces irresponsables, ou ces complices ? Sommes-nous condamnés aux Antilles à subir un journalisme d "service public" (??) aussi nul que partisan et antifrançais ?

 

Qui nettoiera les écuries d’Augias ?

 

Edouard Boulogne. 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article