Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Toujours en lisant la presse gabonaise...

 




  flux rss gaboneco
 

Jeux Olympiques : Les Noirs interdits de bistrot à Pékin.




( Les lecteurs du Scrutateurs sont des gens formidables. L'un d'eux lecteur infatigable de la presse africaine nous envoie cet article de Gabon-Eco. La lecture de l'article est édifiante. Heureusement que les athlètes des diverses délégations sony protégés par leurs nationalité. Mais ils seront vraisemblablement obligés de rester enfermés dans l'enceinte de leurs délégations. On attend les protestaions des porte-paroles habituels de l'antiracisme. Finalement il n'est pas si mauvais d'être Français, malgré les vitupérations habituelles des Raphaël Confiant, Claude Ribbe, et autres écrivaillons sur la France ce pays si aboniablement raciste!!!!).

A quelques semaines du lancement de la grand-messe olympique, la lutte contre les "fauteurs de troubles" potentiels s'amplifie. A Pékin, des propriétaires de bars viennent de recevoir l'ordre de ne plus servir les Noirs. Une humiliation pour toute une race et surtout pour ses représentants à ces jeux. Les chefs d'Etat africains invités à Pékin sont avertis.
 

© D.R
 
En contradiction avec le slogan officiel des Jeux- One World, One Dream –, les autorités chinoises préparent secrètement l'interdiction d'entrée dans les bars de la capitale aux Noirs et aux autres populations "socialement indésirables". 
Les propriétaires de bars situés dans le centre de Pékin ont déclaré au quotidien South china Morning qu'ils avaient dû, sous la contrainte du Bureau de la sécurité publique, signer un document dans lequel ils promettaient de ne pas laisser entrer les Noirs dans leurs établissements.
"Des responsables du Bureau de la sécurité publique sont venus ces jours-ci, en civil, pour me demander de ne pas servir les Noirs et les Mongols", a déclaré au journaliste du South China Morning Post le copropriétaire d'un bar au style occidental qui a souhaité conserver l'anonymat. Selon les propriétaires de ce bar, les autorités de la capitale sévissent contre les Noirs et les Mongols afin de réprimer le trafic de drogue et la prostitution à la veille des Jeux. 
Quelques mois auparavant, la police pékinoise avait lancé une opération d'envergure contre les Noirs, habitués des bars du district de Sanlitun, le quartier des expatriés de Pékin où se concentrent les bars occidentaux. 
Le document qu'ont dû signer les tenanciers de bars de Sanlitun ne se limitait pas à l'interdiction de servir les Noirs ; ils devaient également promettre de suspendre, le temps des Jeux, certaines activités telles que la danse ou les concerts. Ils ont pu conserver des copies de ce document, à l'exception des pages concernant l'interdiction de servir les Noirs. Les autorités se méfieraient des accusations de racisme que pourrait déclencher la révélation de telles mesures.
Au cours des dernières décennies, la présence de Noirs dans les grandes villes du pays a suscité des réactions violentes de la part des Chinois. Régulièrement, des manifestations réunissant des centaines de milliers de personnes sont organisées pour protester contre la présence des étudiants africains. On reproche à ces derniers de sortir avec de jeunes Chinoises. 
"Le gouvernement local tente de contrôler tous les aspects de ce que vont vivre les étrangers pendant les Jeux", a déclaré au South China Morning Post David Mitchell, un musicien de jazz résidant à Pékin, pour qui il devient de plus en plus difficile de trouver des lieux de concert dans la capitale.
"Tout vise à créer l'impression d'une stabilité sociale, mais ils ne comprennent pas que cette impression de stabilité est précisément le préjugé, d'ailleurs infondé, que les étrangers ont sur la société chinoise, celui d'une société totalement contrôlée et qui n'a pas vraiment de vie culturelle".
Publié le 23-07-2008    Source : Courrier international     Auteur : Gaboneco    
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-Claude HALLEY 24/07/2008 10:53




MISE AU POINT • Dans les bars pékinois Cette information, non vérifiée, a suscité depuis de nombreuses réactions mettant en cause sa véracité. Comme le dit notre confrère Pierre Haski de Rue 89, il est possible que l'auteur de l'article du South China Morning Post ait mal compris le terme de "noir". En effet, en chinois, l'expression "élément noir", désigne tout individu ayant des activités illicites, en particulier des prostituées et des dealers. Néanmoins, le 19 juillet, le quotidien hongkongais a publié un nouvel article sur le même sujet, en restant sur ses affirmations. Dans l'état actuel des choses, Courrier international préfère ne pas y accorder foi. Nous présentons nos excuses à nos lecteurs.





Céline Allemand