Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.




1.                     Restons optimistes.

Les marchés d’actions anticipent un impact important de la crise des "subprimes" sur l’économie réelle de même que sur les résultats des entreprises non-bancaires. Cependant les patrons des secteurs de cette économie réelle restent optimistes car la croissance mondiale devrait rester importante durant les prochaines années, même si elle se ralentie dans les pays développés. Aussi le scénario noir d’une récession profonde aux États-Unis avec un retour à l’inflation semble évitable en partie grâce à l’action résolue des différentes banques centrales pendant ces derniers mois.

2.                     FO et la CFTC font pression sur la CGT et la CFDT !

Pour une fois qu’elle avait signé un accord, la CGT risque de se mordre les doigts de l'audace qui l'a poussée à trouver un accord avec le patronat. Les dirigeants de FO et de la CFTC ont montré du doigt jeudi la CGT et la CFDT, en leur demandant de retirer leurs signatures de la "position commune" acceptée sur la représentativité syndicale. Même le Medef demande au gouvernement de respecter l'accord trouvé lors des négociations avec les partenaires sociaux. Cet accord commun au patronat et aux négociateurs de la CGT et de la CFDT n’a pas été retenu par l'ensemble des syndicats. Le gouvernement s'est alors engouffré dans cette brèche pour remettre en cause la loi sur les 35 heures. "Pour sauver les 35 heures, la seule manière, c'est que CGT et CFDT retirent leur signature de la position commune, c'est la seule solution", a affirmé le président de la CFTC Jacques Voisin. Laurence Parisot, patronne du MEDEF, a demandé au gouvernement de " respecter le travail des partenaires sociaux" et de s'en tenir aux assouplissements des 35 heures négociés par le patronat avec la CGT et la CFDT. Xavier Bertrand, le ministre du travail, a indiqué que les syndicats ne s'étaient pas fait piéger, contrairement à ce qu'insinuaient la CFTC et FO : "Piéger certainement pas, les points étaient sur la table mais ils n'ont pas l'intention de bouger sur le sujet" a-t-il indiqué. Si le gouvernement laissait les partenaires sociaux négocier sur le temps de travail, explique le ministre, "ce serait un an de trop pour nombre d'entreprises bloquées par la logique des 35 heures imposées". Les manifestations permettront-elles aux syndicats de se refaire une santé sur le dos du gouvernement ?

 

3.                     La FAO et l’OCDE voient des prix agricoles élevés durant les dix prochaines années !

Les deux institutions internationales tablent sur le maintien durable de prix alimentaires élevés de 2008 à 2017, même s'ils devraient redescendre un peu en deçà des records actuels. Par rapport à la moyenne des dix dernières années, elles tablent sur une hausse de 30% pour le sucre de 20% pour la viande bovine et porcine, de plus de 60% pour le beurre et les oléagineux, de 40 à 60% pour le blé, le maïs et le lait en poudre et de plus de 80% pour les huiles végétales. Les raisons invoquées sont des facteurs structurels comme la demande croissante et la modification des habitudes alimentaires des pays émergents, mais aussi l'explosion de la production de biocarburants ! Les perspectives sont cependant un redémarrage à long terme de la baisse des prix réels, mais de façon moins marquée que dans le passé. L’instabilité durable des prix, et les dérèglements climatiques ne devraient-ils pas inciter les dirigeants à favoriser les cultures locales plutôt que celle d’exportation ou le développement des biocarburants, grands utilisateurs d’eau, denrée rare, s’il en est !

 

Comment casser la retraite à 60 ans ?

La loi Fillon de 2003 a commencé à inverser la vapeur en assouplissant les règles de cumul emploi-retraite et en instaurant une surcote sur la pension de ceux qui cotisent plus longtemps. L’allongement de la durée de cotisation à 41 années, fait que les Français savent que leurs retraites sont menacées si rien n’est changé. Il devient donc indispensable de changer l'âge de la retraite. De même, il faudrait trouver les moyens pour encourager les entreprises à employer leurs salariés plus longtemps en évitant le licenciement des quinquagénaires qui sont actuellement utilisés comme variable d’ajustement pour faire des économies. Le travail des seniors est un chantier de longue haleine et un passage obligé pour le sauvetage des retraites. Dernier baroud d’honneur pour des syndicats qui vont se retrouver bien seuls à défendre des "acquis" indéfendables !

4.                     Le nombril ! ou les regrets de Dieu !

"ça me tracassait beaucoup, dit Dieu,

cette manie qu’ils ont de se regarder le nombril au lieu de regarder les autres.

J’ai fait le nombril sans trop y penser, dit Dieu, comme un tisserand arrive à la dernière maille

et qui fait un nœud comme ça, pour que ça tienne, à un endroit qui ne paraît pas trop…

J’étais trop content d’avoir fini. L’important pour moi c’était que cela tienne.

Oui, de toute ma création, dit Dieu, ce qui m’étonne le plus, et que je n’avais pas prévu, c’est tout le temps qu’ils perdent à se regarder le nombril, au lieu de regarder les autres, au lieu de voir les problèmes des autres, les richesses des autres.

Mais si c’était à recommencer, si je pouvais faire un appel général, comme dans les grandes compagnies de voitures, si ce n’était pas trop de tout recommencer, dit Dieu, je le leur placerais en plein milieu du front.

Comme cela, dit Dieu, au moins ils seraient bien obligés de regarder le nombril des autres."

 

A méditer à une époque ou nous nous complaisons à regarder nos "petits malheurs" sans voir qu’il y a plus malheureux que nous !

 

Henri Pauvert.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article