Pages

Publié par Edouard Boulogne

Obama candidat.





A l'heure qu'il est, (13h25, ce 4 juin 2000) il est acquis que Barak Obama sera la candidat du parti démocrate aux prochaines élections à la présidence des USA.

Sur qui sera son partenaire à la vice présidence, sur les noms de ceux qui seront ses principaux collaborateurs en cas d'élection, on ne sait pas encore grand chose.
L'essentiel de son programme reste aussi à découvrir.

La leçon qu'il faut tirer de tout cela c'est la fantastique évolution des Etas Unis, qui en cinquante ans, sont passés d'une mentalité qu'il faut bien dire raciste, où régnait le régime de l'appartheid, à la possibilité d'élire un président qui serait un homme de couleur. Ce grand pays, mal connu en France, n'a pas fini de surprendre.

C'est cette évolution avant tout qu'il faut retenir, même s'il faut prendre en compte l'habileté du candidat Obama qui a su avec beaucoup d'habileté neutraliser (jusqu'à présent) l'extrémisme raciste de certains clans de noirs, symbolisés par le pasteur intégriste qui fut un temps son mentor, vieil intégriste de la race, -comme nous en connaissons en Guadeloupe et en Martinique-, qui refuse l'évolution, et préfère le malheur de l'antagonisme permanent à la perspective de la réconciliation et de la bonne entente.

Obama réussira-t-il à marginaliser le candidat républicain McCain, comme il l'a fait de sa redoudable concurente madame Clinton.

Wait and see!

Le plus important est que l'élu quel qu'il soit rééquilibre l'Amérique après le "règne" mitigé de John W Bush.

Marc Decap.

Commenter cet article

kreyoll 05/06/2008

"il
faut prendre en compte l'habileté du candidat Obama qui a su avec
beaucoup d'habileté neutraliser (jusqu'à présent) l'extrémisme raciste
de certains clans de noirs, symbolisés par le pasteur intégriste qui
fut un temps son mentor, vieil intégriste de la race"Je partage votre avis concernant l'évolution de la mentalité aux USA. Toutefois, sur les lignes que je viens de citer, je pense qu'on ne peut pas résumer l'habilité d'Obama à celà simplement. Les propos de ce pasteur en question n'auraient jamais du être aussi médiatisés. Nous connaissons les médias américains et leur quête du sensationnel et du "scandale" (rappelons qu'il y a eu un certain temps un début de polémique sur un pseudo doigt d'honneur fait par Obama alors qu'il se grattait l'oeil!).Il existe autour de chaque candidat toujours un troublion, celui qui fait tâche sur la photo de famille, dont les médias aiment à s'emparer pour en faire le représentant du discours du candidat qu'il supporte.Si la présence d'un noir à la présidentielle américaine est assez inédite et signe de progrès pour être saluée, il faut tout de même rappeler que durant toute sa campagne Obama s'est présenté comme le candidat du rassemblement en dehors des considérations ethniques (je répugne à parler de race), alors même que celà lui était reproché par certains membres de la communauté noire américaine.De plus je suis circonspect sur l'intégrisme de ce pasteur, dont les propos que nous reconnaissons tous comme malheureux ont été extraits de plusieurs heures de prédication et passés en boucle comme si l'essentiel de son message résidait en eux.Ce sont plusieurs années de prédications résumées en quelques secondes.Certes ses quelques secondes sont les secondes de trop, mais Mc Cain a lui aussi ses soutiens inavouables que la presse américaine (et demandons nous laquelle: la fox, nbc, abc...chantres de la politique de bush et armes de propagande lors de la guerre en Irak) a vite fait de pardonner.Les différents "scandales" autour de la vie sexuelle des soutiens à Clinton ou Obama, qui tombent très souvent dans l'indescence la plus condamnable, témoignent de ce puritanisme mêlé de voyeurisme propre aux médias américains. Ils créent autant de héros que d'ennemis publique numéro 1.Enfin et ce sera la petite note politiquement incorrecte pour conclure, ce pasteur n'exprime-t-il pas là la colère d'un peuple noir américain qui lors de l'ouragan Erika en Nouvelle Orléan a ressenti encore le désintêret avec lequel les gouvernants le traitait.Les USA sont un pays qui brille par ses contradictions, capable du meilleur et malheureusement trop souvent du pire.Alors si "God bless America", il n'est pas si rare qu'elle flirte avec sa malédiction.PS: Je suis d'accord, n'importe qui sauf Bush, quoique je doute du progessisme réel de Mc Cain par rapport à la politique de Bush et de ses sbires.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog