Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Je viens de proposer un sujet en or au Papy, pour son Journal d'un papy, qu'il laisse en plan, je ne sais pourquoi.

Réponse irritée : « t'as vu l'heure qu'il est? Et tu veux çà tout de suite? ! Toi et ton Scrutateur vous êtes des galopins. Vous savez quelle heure il est? Et mon âge? Tu sais l'âge que j'ai?

Hier je suis sorti et j'ai erré sur les falaises du Nord Grande Terre. Y fallait, à un moment que j'descende d'une falaise de trente mètres, pour faire une photo, et j'ai pas été foutu de l'faire. Alors va ... » et s'en sont suivis quelques termes que le seul souvenir de sa digne mère ( que j'ai eu le temps de connaître ), a éussi à tempérer, Tambour! Du moins à ce que je crois. J'ai pensé que j'n'aurais pas fait mieux que lui, mais je m' suis gardé de le dire, connaissant bien mon bonhomme, et le sachant capable de passer, sans transition d'une modestie feinte - inspirée par la paresse - à une vantardise, parfaitement insupportable!

Je vais donc faire le boulot du Papy ( quand il est comme ça, faut pas insister ), et pourtant il était le mieux placé, je l'atteste pour dire ce que vais essayer de dire à sa place.

En effet, ce matin, j'ai découvert sur facebook, et sur le site d'une copine qu'est aussi une cousine, un article émouvant, tout comme la photo qui l'illustrait, et qui sert d'accroche à cet article que vous lisez.

gr-frere-et-petit-frere-001.jpg

En la voyant, je me suis souvenu de l'histoire que m'a contée, jadis, Papy lui-même, avant que je ne la lise, avidement, ( dans les années....enfin il y a quelques années quoi! ). Elle se situe au début de l'Auberge de l'ange gardien, de la comtesse de Ségur, et de sa suite : les Mémoires du général Dourakine.

Il n'y a plus de parents, hélas! pour accompagner la lecture des bambins, et les conduire sans en avoir l'air, vers l'indispensable lecture.

Car c'est ainsi que se forme la sensibilité, telle celle de ma chère cousine. (voir ci-dessus ), et la mienne.

La photo qu'elle a choisie pour ce 30 mai, est très belle.

Il y a du mal dans le monde. Il y a de la misère, des enfants abandonnés, et des grands frères qui n'abandonnent pas leurs cadets en difficultés, malgré les leurs.

Dans le monde de l'individualisme sauvage où nous vivons, il importe de souligner ces îlots d'humanité qui subsistent et constituent un motif d'espoir, le début de la reconstitution d'une socialité humaine.

Le récit rapporté, d'une voix vibrante et chaleureuse par Papy, jadis ( plus que naguère, hélas! Déjà! en ce qui me concerne ), m'a ramené au début de L'auberge de l'ange gardien.

Vous allez le lire, ci-dessous, en photographie d'une édition parfaitement accessible.

Je vous les livre. Merci Papy!

 

Marc Décap

 

Auberge-de-l-ange-Gardien-.jpg

 

Jacques-et-Paul-dans-l-auberge-de-l-ange-gardien-.jpg

 

img213.jpg

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C.E. 01/06/2013 00:49


Quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que fais ta main droite,afin que ton aumône reste invisible. Quand tu pries,retire-toi dans ta chambre,ferme la porte et prie ton père qui est
là. Quand tu jeûnes,parfume-toi la tête et lave-toi le visage,ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes.    (Mathieu ch 6)


 

Max Sossialaud 31/05/2013 15:11


C'est le fossé le plus infranchissable entre le monde intelligible et le monde sensible que vous nous décrivez là, Scrutateur. Cette sotte de comtesse de Ségur, une aristo et catholique, en plus,
qui met du Bon Dieu partout, mais faut la flinguer. Nous parler de petits malheureux, nobles dans leur misère bien réelle, quelle sotte ! Crèveraient pas de faim aujourd'hui, ces mômes-là.
F'raient d'bons pickpockets qui s'donneraient l'air malheureux pour meiux approcher leurs proies - des ordures friquées, même pas d'la diversité, en plus,la plupart deu temps. Non, décidément,
Scrutateur, j'suis pas de votre avis : les mômes à la comtesse de Ségur, c'est des niais. Z'ont qu'à crever de faim, de froid, du scorbut, mais surtout qu'y z'arrêtent de contrarier mon ami
Jean-Jacques Rousseau (dont la charogne est d'ailleurs au Panthéon, c'est dire si c'est un vrai bonhomme - la preuve ! y détestait La Fontaine dont il avait compris toute l'immoralité). C'est
vrai, quoi ! Émile, ça c'est un gazier qu'en a. Tandis que votre comtesse de Ségur... avec ses mioches qui savent pas s'défendre... Allez donc servir madame la Comtesse, Scrutateur, valet de
l'impérialisme et du colonialisme...

Etzol Ch 31/05/2013 13:27


Très belle et émouvante photo, de confiance et d'espérance