Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

LES BELLES HISTOIRE DE L’ONCLE LOUIS.

 


 

(L’oncle Louis, toujours jeune de cœur, et l’imagination féconde et merveilleuse, raconte aujourd’hui, à nos plus jeunes lecteurs, -et aux autres !-, la belle histoire des « graines de joujoux »).

 

  LES GRAINES DE JOUJOUX .

 

II était une fois, une veuve qui avait deux enfants: une petite fille: Anne et un petit garçon: Yves qu'un accident avait rendu infirme, il ne pouvait pas marcher. Cette veuve était dans une situation difficile et pouvait tout juste payer l'écolage de sa petite Anne. Elle faisait des ménages et tous les travaux d'entretien qu'on lui proposait. La petite fille allait à l'école et, dès son retour, aidait sa maman dans les travaux du ménage et aussi à soigner son petit frère qu'elle adorait. Elle lui lisait de belles histoires et essayait de lui montrer ce qu'elle apprenait en classe. Tous les jours, elle le poussait dans sa petite voiture devant la fenêtre donnant sur la rue dont elle était séparée par un petit jardin. Elle parlait souvent de lui à ses petites amies et déplorait que la situation de sa mère ne lui permette pas de lui offrir des jouets pour qu'il s'amuse comme les autres enfants de son âge. Un jour, l'une d'elles, Claire eut une idée dont elle fit part à ses amies: « Vous toutes connaissez l'histoire des < GRAINES DE JOUJOUX >, si on en parlait à Anne, peut-être pourrait-elle faire l'essai. » Elles furent toutes d'accord et Claire s'approcha  d'Anne et lui dit: « Selon la rumeur, il existe des graines appelées < GRAINES DE JOUJOUX > qui, plantées et bien soignées, produisent des jouets à la Noël. Si cela était vrai, tu pourrais ainsi avoir les jouets dont est privé ton petit frère. » Anne accepta aussitôt et demanda où elle pourrait se procurer les fameuses graines; Claire lui répondit: « La rumeur prétend que c'est un vieux Monsieur habitant en face de la Mairie qui pourrait te les donner », mais ajouta-t-elle: « il a, paraît-il, très mauvais caractère. » Anne, désirant avant tout faire plaisir à Yves, résolut de s'adresser au vieux Monsieur. Le lendemain, jour de congé, elle se rendit à la maison qu'on lui avait indiquée et, comme il n'y avait pas de timbre, ouvrit la porte et entra. Aussitôt, un gros chien se précipita sur elle, la renversa et la blessa. Une femme accourut et chassant le chien, lui demanda pourquoi elle s'était introduite dans la cour. Anne dit, en pleurant, qu'elle était venue chercher < DES GRAINES DE JOUJOUX>. » Une voix d'homme retentit alors: « Je ne veux pas avoir d'enfant chez moi, mettez la dehors. » La femme répondit: « Docteur, le chien l'a renversée, elle est blessée. »

Le vieux Monsieur s'avança, examina la petite blessée et se mit à panser les quelques petits bobos qu'elle avait. Pendant ce temps, il la questionna sur les motifs de sa visite. Quand elle lui eut raconté les raisons de sa démarche, il changea d'attitude et lui dit: « Ecoute, petite, viens demain à la même heure et tu auras tes < GRAINES DE JOUJOUX. » Anne raconta son aventure à ses amies qui en furent fort surprises. Le lendemain, elle alla chez le vieux Monsieur qui lui remit une boite contenant des petites graines rouges. Il lui dit: « Tu les planteras devant la fenêtre où tu amènes ton petit frère et, surtout, n'oublie pas de les arroser tous les jours. » Anne prépara une belle plate bande devant la fenêtre où elle amenait Yves et sema les petites graines rouges qu'elle n'oubliait pas d'arroser avant de partir pour la classe. Elle n'avait pas parlé de cette histoire à sa mère et à son petit frère. Plusieurs semaines après, les petites graines poussèrent et Anne arrachait soigneusement les mauvaises herbes pour permettre à ces petites pousses de se développer. Le jour de Noël arriva et le lendemain matin la petite fille qui se leva la première, se précipita vers la fenêtre et fut transportée de joie. Sur la plate bande, il y avait beaucoup de jouets: pour Yves, un train électrique, un costume complet de ZORRO, un jeu de dames, un MECCANO etc....; pour elle, une poupée avec plusieurs nécessaires complets pour l'habiller et, pour la maman, un pull over bien chaud. Surprise en même temps que ravie, la petite fille se précipita pour appeler sa mère et son petit frère devant la fenêtre. Elle leur raconta à tous deux, émerveillés, la belle histoire qu'elle avait vécue. Dès qu'elle fut habillée, elle s'empressa d'aller remercier le vieux Docteur . Celui-ci lui répondit : « C'est à moi de te remercier, car j'avais un fils encore jeune, qui fit une chute mortelle dans un escalier où ses camarades l'avaient poussé. A cause de ce drame, j'en voulais à tous les enfants et refusais de les voir. Ta gentillesse m'a réconcilié avec eux ; » et il ajouta : « Comme tu m'as dit que ta maman, victime, elle aussi, d'un grand malheur, avait beaucoup de difficultés à trouver du travail, j'ai pensé à lui proposer de venir chez moi tenir le ménage. La maison est grande et vous pourriez y habiter tous les trois. Demande lui de venir me voir pour que nous en parlions. »

 

Le message fut transmis à la maman qui accepta bien volontiers cette proposition inespérée . Quelques jours après l'installation de la petite famille, le Docteur demanda à la maman de l'autoriser à examiner Yves. Après cet examen, il lui dit : « Chère Madame, je n'exerce plus la médecine depuis quelques temps, mais il me semble que l'état de votre fils peut être amélioré ; voulez-vous m'autoriser à le mener en consultation chez un de mes jeunes élèves qui me donnera son avis. » La maman accepta et le Docteur partit avec Yves dans sa belle voiture Mercedes. Le soir, à son retour, il dit à la maman: « Si vous le permettez, j'irai avec lui dans une clinique où mon jeune élève lui fera subir une petite intervention et tout devrait rentrer dans l'ordre. Ne vous inquiétez pas, je me charge de tous les frais. » La mère accepta sans hésiter et le Docteur partit le lendemain avec Yves. Deux jours après, la voiture revint et son retour fut annoncé par un appel sonore d'avertisseur. La maman et Anne se précipitèrent et eurent la grande surprise de voir descendre de la voiture : Yves qui se dirigeait vers elles en boitillant. Il était guéri et la claudication disparut en quelques jours. Il put reprendre ses  études et rattrapa très vite le niveau scolaire des élèves de son âge. Quant à la petite Anne, elle grandit en sagesse et devint une belle jeune fille. Un jour, un beau jeune homme se présenta pour demander à sa mère de l'épouser. La mère accepta et le mariage eut lieu. Le Docteur offrit à sa petite protégée une belle réception avec un grand repas où il y avait sept plats de bananes en toutes sauces et sept plats de morues en toutes sauces. Comme je n'avais pas été invité, je me suis déguisé en chien et suis rentré sous la table pour essayer d'avoir quelques morceaux de gâteau. On m'a donné un violent coup de pied en me disant: « Va raconter cette histoire à..............».

 

L P.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article