Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe (05.05.08). 

 

 

(1)La LME arrive !

 

Christine Lagarde, le ministre de l'Économie, a présenté au conseil des ministres la future loi de modernisation de l'économie (LME). Après le "paquet fiscal" et la loi sur le pouvoir d'achat, voilà la LME qui se profile à l’horizon. Ce texte est destiné, selon le ministre, à "faire croître l'économie" dans le contexte économique morose que nous connaissons. Le projet de loi, qui comporte une quarantaine d'articles, est articulé autour de quatre volets: L'entrepreneur, la concurrence, l'attractivité du territoire et le financement de l'économie. La plus grande partie du projet de loi est consacrée au statut de l'entrepreneur, pour qu’il "puisse payer ses impôts quand il touche son chiffre d'affaires, n'en paye pas quand il n'a pas de revenus et arrête d'en payer dès qu'il arrête son activité", avait récemment indiqué Christine Lagarde. Le gouvernement veut également introduire deux semaines de soldes chaque année à des dates librement choisies par les commerçants et créer une Autorité Nationale de la Concurrence (ANC). Il veut aussi aménager la loi Raffarin sur l'implantation des commerces en passant le seuil de déclenchement de la procédure d'autorisation de 300 mètres carrés à 1000 mètres carrés et en mettant en place une diminution de moitié des délais d'examen des demandes de création. Le texte vise aussi à baisser les prix dans la grande distribution en instaurant la libre négociation des tarifs entre les industriels et les distributeurs. Il prévoit enfin l'installation du "très haut débit" en fibre optique, le développement de l'économie de l'immatériel et la création d'une Haute Autorité de la Statistique (HAS). Il valide également la généralisation de la distribution du Livret A à toutes les banques et la modernisation de la place financière de Paris. Souhaitons que la LME permette d’encourager le travail, fasse baisser les prix et redonne le moral aux Français.

 

(2)Les partenaires sociaux ont rencontré le ministre du Travail sur 4 sujets qui concernent l'avenir des retraites.

 

Xavier Bertrand, ministre du Travail et de la Solidarité a rencontré tous les leaders des syndicats et du patronat pour discuter du texte d'une dizaine de pages qu’il leur a transmis et qui détaille les intentions du gouvernement sur quatre sujets clefs : la durée de cotisation qui va passer à 41 ans, le départ anticipé pour carrières longues, la garantie de minima de retraite d'au moins 85 % du SMIC, l'emploi des seniors. Une évaluation d'impact avait été demandée au Conseil d'orientation des retraites (COR), qui a remis son étude aux partenaires sociaux. Elle montre qu'un passage de l’âge de la retraite à 61 ans en 2012 réduirait de 2,7 milliards le besoin annuel du financement du régime général pour les salariés du privé en 2015, soit 31 % du déficit estimé après passage à 41 ans de cotisation. S’il passait à 62 ans en 2016, le déficit annuel serait réduit de moitié en 2020, toujours avec 41 ans de cotisations. De plus le gouvernement veut inciter financièrement les entreprises à employer plus de seniors et donc imposer, dès 2010, une cotisation supplémentaire aux entreprises qui n’ont pas conclu un accord sur ce sujet. Tous les syndicats récusent le fait que l'allongement de la durée d'assurance puisse être considérée comme une évidence, en raison du retard pris à augmenter l'emploi des seniors.

 

(3)Pourquoi les entreprises "virent"-telles les seniors ou ne les recrutent pas ?

 

Au risque de me répéter, il est indéniable que les seniors coûtent cher à l’entreprise. Ils ont connu l’inflation à deux chiffres : Leur rémunération est donc très élevée par rapport à celle de salariés plus jeunes. Que faire ? Plutôt que d’imposer une cotisation supplémentaire aux entreprises, le gouvernement devrait réfléchir pour trouver le moyen de les inciter à recruter ou à garder leurs seniors. Certes cela coûterait trop cher de prévoir une sorte de RSA (revenu de solidarité actif) qui serait versé au senior pour compenser la différence entre son dernier salaire et celui, moins élevé, proposé par l’entreprise. Une réflexion sur un type de compensation pour inciter à l’utilisation des seniors plutôt que de l’imposer serait plus positif : Mesdames et messieurs les énarques, faites travailler vos méninges, positivement !

 

(4)La France maintient ses prévisions pour 2008 et 2009.

 

Malgré les remontrances de Bruxelles, le ministre de l'Économie maintient ses prévisions de croissance et de déficit pour 2008 et 2009 et compte sur les effets de la loi sur la modernisation de l'économie (LME) et le programme de révision des politiques publiques (RGPP) pour lesquels le gouvernement espère plusieurs milliards d'économies. Cependant, la Commission Européenne envisage de lancer une mise en garde dite précoce à la France en raison du dérapage de ses comptes publics. Encore une bagarre en perspective qui alimentera les rédactions mais qui n’améliorera pas le moral des Français et ne les incitera pas à croire dans la politique du gouvernement !

 

(5)   Le CAC 40 reconquiert les 5.000 points !

 

Pour la première fois depuis le 18 janvier dernier, l'indice de la place de Paris a profité d'une séance calme, le 29 avril, pour franchir le seuil des 5.000 points. Les valeurs financières et celles de l'énergie ont soutenu le marché. Cependant les investisseurs pourraient se montrer plus prudents dans l'attente de la publication de statistiques économiques américaines et de la décision d’une nouvelle baisse des taux par la banque centrale.

 

(6)   Le moral des Français au plus bas depuis 21 ans !

 

Le moral des ménages s'est encore dégradé en avril pour toucher un niveau plus bas depuis ces vingt et une dernières années, selon l'enquête mensuelle de conjoncture de l'Insee réalisée auprès des ménages du 1er au 22 avril dernier. Les ménages se montrent plus pessimistes sur les perspectives d'évolution du niveau de vie alors que leur opinion sur son évolution passée s'est améliorée par rapport à l'enquête de mars. Nicolas Sarkozy, François Fillon et le gouvernement ont du pain sur la planche pour retourner l’opinion en leur faveur.

 

(7)   Cherchez l’erreur !

 

L'accumulation incessante de faux pas dans la communication gouvernementale réjouit les médias. La concentration d’erreurs de communication sur une brève période fait plutôt penser à une loi des séries. Thierry Saussez, le nouveau délégué interministériel à la communication auprès du Premier ministre, devrait aider à régler ce problème. Mais les ministres pourront-ils éviter de sortir des "âneries" lorsqu’ils sont interrogés ? Il est urgent de coordonner tout cela afin d’éviter tous les couacs que nous avons entendus ces dernières semaines. Petite floraison d'expressions spontanées de nos ministres, dont je tairai le nom : 1. La perspective d'une politique de rigueur. 2. La remise en cause de la carte famille nombreuse de la SNCF. 3. Le sort fait à certains immigrés illégaux est "dégueulasse". 4. La "lâcheté" et l'"inélégance" du ministre de tutelle et du groupe parlementaire de l'UMP sont inacceptables. 5. L'hypothèse d’une prise en charge des soins optiques par les mutuelles, lesquelles enregistreraient des augmentations importantes de leurs marges. Pour l'instant, les médias applaudissent !

 

Henri Pauvert.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article