Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

18 juin 1940 : soixante dixième anniversaire.

( De Gaulle n'était pas un saint, et l'on ne gouverne pas innocemment. Mais quand on le compare à d'autres, et notamment à la plupart de ceux qui lui ont succédé, quelle stature! Le Scrutateur choisit pour lui rendre hommage en ce 18 juin 2010, la recension, par la revue Liberté politique du livre qui vient de paraître de Paul-Marie Couteau. LS).

General-Charles-De-Gaulle.jpg

link http://www.libertepolitique.com/l-espace-librairie/6104

Le livre de la semaine

De Gaulle, espérer contre tout

Paul-Marie Coûteaux

Edition : Xenia

Collection : Franchises

Année : 2010

Pages : 93

Prix : 10 €

De Gaulle, espérer contre tout
Lettre ouverte à Régis Debray.

Parmi les nombreux ouvrages qui entourent le 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin, l’essai de Paul-Marie Coûteaux tranche agréablement. Qu’on partage ou non sa passion gaulliste, l’essayiste ne laisse pas indifférent quand il s’insurge qu'on puisse se demander : La France existe-elle encore ? Et on le suit pour penser la France comme la petite fille espérance, notre seule certitude, et pour l’aimer comme une réalité qui ne passe pas.

L’ambiguïté des régulières célébrations du général de Gaulle (cette année est aussi le 40e anniversaire de sa mort et le 120ème de sa naissance), et à travers lui d’une France libre, par une génération politique qui le bafoue unanimement, tourne désormais à l’imposture, dit Coûteaux.

Préfaçant, en avril dernier, la réédition des Grands Discours de Guerre, Régis Debray fait pire encore dans la révérence assassine en faisant du Général statufié le grand récapitulateur de l’Histoire de France, celui qui lui aura permis de quitter la scène historique sur un beau geste, le 18 juin, fabrication a posteriori, selon Debray, en forme de baisser de rideau.

Paul-Marie Coûteaux, son ami de longue date, lui adresse dans l’urgence une longue lettre de rupture, dénonçant la capitulation intellectuelle cachée derrière la révérence – une capitulation emblématique du déclinisme confortable où se laisse bercer la Rive Gauche, et l’intelligence française, sur fond de pessimisme paresseux. Il n’y a là, démontre-il en 90 pages serrées et quelquefois violentes, qu’une pure ignorance de la réalité mais aussi de la vérité du peuple français, de ses drames mais aussi de ses ressorts profonds, qui bafoue à la fois la Charité, l’Espérance et la Foi, trois vertus théologales que les drames où glissent l’Europe en général et la France en particulier vont au contraire rendre, pour la poignée des nouveaux résistants, plus brûlantes que jamais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mottet Marc 18/06/2010 22:38



Bonjour,


Bien que ne le portant pas particulièrement dans mon coeur, et pour cause, j'ai quitté mon pays, l'Algérie en 1962, sans espoir de retour et ce, à cause de sa politique!! Néanmoins je partage
votre avis sur sa grandeur en tant que pérésident et sur son rôle pour que la France conserve sa place parmi les plus grands et les plus influents.


MM