Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

La Fabrique des sentiments.


Fabr-des-sentiments.jpeg


Un film discret et intimiste sur une jeune femme  indépendante, intelligente, (peut être trop), et qui, soudain, prend conscience qu’elle serait mieux en couple. La plus petite unité sociale serait-elle deux ? Si l’on en juge par de nombreux critères de nos différentes formes sociétales, il semble que oui. Eloïse (Elsa Zylberstein) nous fait partager ses soirées, ses habitudes, ses mécanismes routiniers et ses goûts, elle nous présente ses amis, son univers professionnel feutré et traditionnel et nous aimons ce personnage aussi équilibré que rassurant. Femme moderne, elle  se rend à des séances de  speed-dating, là, elle joue le jeu, ou force la dose, se montre provocatrice ou lâche du lest…Elle sait qu’il s’agit d’une relation vendeur-acheteur violente et superficielle. Elle ne manque pas d’humour et de sens de la dérision mais, vulnérable, elle noue une relation amoureuse avec Jean Luc (Bruno Putzulu), jusqu’au jour où elle le rencontre avec une femme et un enfant. Un autre homme, André (Jacques Bonnaffé) s’intéresse à elle, mais leurs rapports sont plutôt conflictuels et électriques, sans doute parce qu’ils s’arrêtent à des sensations immédiates, à l’image de notre monde avide. Tout devient très difficile quand Eloïse a des  malaises et des angoisses. Alors, elle doit lâcher prise et se rendre compte qu’elle ne domine ni son corps ni ses sentiments. Elle est opérée d’urgence sous la protection d’André qui se trouvait auprès d’elle, presque par hasard. Quand elle rouvre les yeux, il est là et occupe une place qu’elle ne savait même pas vouloir lui accorder.
La vie semble les combler, le moteur tourner rond, et pourtant, il y a quelque chose de flottant dans le monde d’Eloïse….
Elsa Zylbertein est vraiment crédible et proche, elle est bien à l’image de son personnage solide et vulnérable. La direction de Jean Marc Montout la met à l’aise et lui permet d’envahir l’atmosphère de son charme. On peut regretter les passages oniriques et fantastiques qui cassent le rythme et n’enrichissent pas l’histoire.
Film intéressant, analyse fine  de la  situation pas si singulière que ça des célibataires modernes.


Marie Deval.


Film : La Fabrique des sentiments
Genre : Comédie dramatique
Pays : Franco 2007
Durée : 1h44
Réalisateur et scénariste : Jean Marc Moutout
Avec : Elsa Zylberstein, Jacques Bonnaffé, Bruno Putzulu, Hiam Abbass, Anne Catherine Normant…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article