Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

En Guadeloupe : Municipales, humeurs compréhensibles, mais humour discutable.


Mairie-de-Pointe---Pitre.jpeg (La mairie de Pointe-à-Pitre, blockhaus stalinien édifié dans les années 70 par la municipalité communiste- aujourd'huii PPDG).








Le deuxième tour des municipales se prépare avec à l’avant scène les vociférations et les rodomontades habituelles, et à l’arrière plan les combinaisons culinaires dont le parfum, discutable, vous sera épargné, lecteurs,  puisque par bonheur nous sommes des scrutateurs et non des renifleurs.


Comme dit dans le précédent article sur ces élections, je ne m’attarderai pas à la tâche rebutante d’un tour de piste complet de toutes les communes du département. Mes confrères de France-Antilles, et Sept-Magazine, de RFO et de RCI à grands renforts de bâillements, il faut l’espérer du moins, pour leur honneur, s’escriment, par devoir professionnel,  sur les intrigues de bas étage, et les glapissements de chacals.


images-copie-7.jpeg


Je voudrais tout juste dire mon sentiment sur quelques uns des scrutins les plus « intéressants ».

Sur celui de Basse Terre, où Lucette Michaux-Chevry, à 78 ans, semble devoir réussir un come-back que d’aucuns jugeaient impossible.

C’était sans compter sur la pugnacité de cette dame.

Ce qui l’anime ? Est-ce l’esprit de vengeance à l’égard d’anciens féaux qui ont osé lui résister et refuser, lors de leur passage à la tête de la municipalité du chef-lieu, d’obéir à ses oukases ? Certes ! peut-être un peu.
En fait, Lucette, l’aime t-on ou non, est, chacun en convient, un véritable animal politique. Les gens de cette sorte, ne renoncent jamais, et, sans une maladie devenue invalidante nul ne doute qu’en 1995, François Mitterrand ne se fut présenté pour un troisième mandat de sept ans à la présidence de la République. Et peut-être l’eut-t-il emporté.
Mais « que faire en un gîte, à moins que l’on ne songe ? ». Et songer est pour certains la chose la plus effrayante qui soit. Sur le « divertissement » Pascal a tout dit.


A Sainte Rose, Richard Yacou devrait l’emporter sur une coalition dirigé par Alain Lesueur. Comment ce dernier ne l’a-t-il pas emporté dès le premier tour, c’est un mystère plus compliqué que celui même de la Sainte Trinité.

Enfin ! un homme si bien, -(si sympathique, honnête, généreux, cultivé, clairvoyant ! la frimousse ouverte et souriante! bien nippé, les lunettes d'un goût ! Ahh ! Et un énarque en plus! !)- relégué dans les profondeurs du classement électoral ! C’est à désespérer de la démocratie dont monsieur Lesueur est pourtant un héraut des plus notoires.

De profundis clamavi ad te.

Suspense, en revanche à Goyave, où le maire sortant pourrait être éjecté de son siège par Ferdy Louisy. Rien n’est joué, mais le changement est pour cette sympathique commune de la côte au vent tout à fait possible, et disons le souhaitable.




Je voudrais pour conclure évoquer Pointe-à-Pitre.

Le fils du maire sortant, membre du PPDG (c’est-à-dire du parti communiste qui après la chute du mur de Berlin a changé d’étiquette, sans changer de méthode, et, si l’on peut dire, « d’ esprit ») est arrivé en tête du scrutin avec 34 % des suffrages, devant son beau frère Georges Brédent, (conseiller municipal et maire adjoint comme son beau frère Bangou, pendant 12 ans) lui aussi membre du PPDG. Brédent est comme Bangou ; même méthodes, même impuissance à régler les problèmes pointois, « menm bèt, menm pwèl ».

C’est en raison de cela que tous leurs concurrents s’étaient livrés avant le premier tour à un joyeux hallali.
Quelle mouche les a donc piqué pour que deux d’entre eux, la socialiste Marlène Mélisse, et Tony Jabbour ( de la « droite ») le rejoignent pour le 2ème tour. Marlène Mélisse (désavoué par le PS et son mentor, le président du Conseil Régional Victorin Lurel), et Tony Jabbour ?

Tony Jabbour croit-t-il pouvoir compter dans un conseil municipal aux méthodes que l’on sait, alors qu’il ne dispose pas d’un parti structuré, d’une force de frappe digne de ce nom ?
Ou se contente-t-il d’une promesse d’un poste d’adjoint, purement décoratif ?
Et s’imagine-t-il que ses électeurs du premier tour( 15% ), le suivront comme un seul homme, dans son choix pour le moins discutable ? On s’étonne d’une telle naïveté chez un homme que l’on a connu plus subtil.

En définitive c’est le « vert » Harry Durimel, qui, en refusant les mirages suscités par monsieur Brédent, montre le plus de caractère, et de dignité, et postule pour l’avenir.

Beaucoup cependant le jugent encore trop exalté, et pas encore mûr.

Un autre parti qui se refuse à l’abstention, sans vouloir cautionner nul des candidats en course, semble en train de se constituer.

Il y a deux jours, dans une librairie de la ville, j’entendais, sans le vouloir, trois électeurs pointois discuter de la question. L’un d’eux affirmait son intention de glisser, dimanche,  dans l’enveloppe ….. un préservatif ! ! !
Ce serait plus significatif, disait-il, qu’un bulletin blanc, plus symbolique, plus « citoyen ». Et puis cela introduirait un peu de bonne humeur dans ces grises soirées électorales, au moment du décompte des voix. Encore conviendrait-il de veiller à ce que les objets en question soient rangés, comme il se doit, parmi les documents électoraux, bulletins blancs ou nuls, et non récupérés par quelques membres du bureau. Car pour certains il n’y a pas de petites économies !

Et les deux autres de rire et … d’acquiescer !

Evidemment, si leur mauvaise humeur est compréhensible, leur humour est plus discutable.

Voilà où mène 45 années de pouvoir pépédégiste.


Edouard Boulogne.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

le gouvernement va  bientot placer  tous  les  magasins  sous  le  controle  de  l etat  afin  de renflouer  ses  caisses. 
en  effet   depuis  que   VIL   PEINT  et  que  SARKO SCIE  tous  ceux  qui enCHIENT RAQUENT!!!


Répondre