Pages

Publié par Edouard Boulogne

La chrestomathie du Scrutateur. (F).

undefined














F   :




Facilité :

(1966) : Facilité : "La facilité est le mal de l'esprit; elle n'est jamais que l'aptitude à passer de la chose au signe, et à penser sur signes. Dont l'algèbre est le symbole... .J'espère quelque chose de celui qui pense difficilement; quelque chose aussi pour moi qui essaye de l'instruire, car  où il bute, j'allais passer. Ecoutez Socrate, qui bute partout. Et, en somme, c'est le point de l'inaptitude qui m'intéresse, c'est le noeud du bois qui fera ornement. Je me moque d'une pensée polytechnique, on n'en manquera jamais et je la veux sublaterne. Ce qui m'intéresse, c'est la pensée pénible et toujours embourbée, qui porte tout et nourrit tout".

        Alain.





(1969) : Fanatisme : "Le fanatisme est une surcompensation d'un doute".

                                                                           C.G Jung.

****

(1969) :  Fanatisme : "Le fanatisme, c'est l'opinion poussée à son paroxysme, avec tout ce qu'elle peut comporter d'ignorance aveuglée sur elle-même. Observons d'autre part que, quelles que puisssent être les fins que le fanatique se propose ou croit se proposer, même s'il croit rassembler les hommes, il ne peut en fait que les séparer; mais comme il ne peut pas prendre son parti de cette séparation, il est amené, nous l'avons vu, à vouloir supprimer ses adversaires dont il s'attache d'ailleurs à cet effet à ne sez former qu'une image aussi matérialisante que possible(.....) . En réalité il ne les conçoit plus que comme des obstacles à briser ou à renverser, car ayant complètement cessé de se comporter en être pensant, il a perdu jusqu'à la plus faible notion de ce que peut être l'être pensant hors de lui. Il est donc parfaitement compréhensible qu'il s'évertue à disqualifier au préalable par tous les moyens ceux qu'il veut exterminer".

            Gabriel Marcel.
(Dans "Les hommes contre l'humain). Gabriel-Marcel.jpg

****

(1980) : Fanatisme : "En déterminant notre pensée, en la mettant dans des formules précises, nous aurons soin de ne pas nous y enfermer nous-mêmes. Nous songerons que la servitude des mots est à la racine du fanatisme, et que s'il détruit la liberté, c'est qu'il procède d'une servitude. Nous songerons que les idées n'ont la vie que si l'esprit la leur conserve en les jugeant toujours, c'est-à-dire en se tenant plus haut, et qu'elles cessent d'être bonnes, qu'elles cessent d'être à la fois l'assise solide et l'expression en acte de la liberté intérieure. Le fanatisme nous sera donc étranger, il est l'ennemi, et nous ne passerons pâs à l'ennemi; il est le mal, nous ne le sémerons pas, mais nous sémerons ce que nous voulons récolter.Nous agirons avec calme et constance autour de nous, en montrant dans la vie de chaque jour l'esprit qui nous anime et l'opposant à tout esprit qui ne sera pas purement raisonnable et purement généreux. Mais nous sympathiserons activement avec tout ce qui en sera fait dans tout parti, dans toute église, selon ce pur esprit, sans craindre l'accroissement de forces qui pourra en résulter pour ce parti, pour cette église. Peu nous importe par qui la vérité se fera jour, par qui viendra le salut".

Jules Lagneau.


(Dans "Célèbres leçons et autres fragments").
Fanatisme.jpg ( Célèbres manifestations du fanatisme religico-politiques, à New-York, en septembre 2001).


****


(1969) : Foi : "Dans la nuit, la foi n'est même pas une lanterne sourde. C'est autre chose. Un chant, si l'on veut, et qui nie les ténèbres".

Auguste Valensin.

****


(1998) : Foule : "La preuve du pire, c'est la foule".
                           Sénèque.

****

(1971) Foule : "J'ai vécu pour la foule, et je veux mourir seul".
Lamartine.


Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog