Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Edouard Boulogne

La Chrestomathie du Scrutateur (L).

Veilleur2.jpeg






L    :


(1995) : Lanterne : "Avant de chercher l'homme, il faut avoir trouvé la lanterne".

Nietzsche.

****

(Lecture)  : (voir Livre, Lecteur, Lire, etc) :

(1962) : Lecteur  : Le-lecteur.JPG(Le lecteur. Gravure anonyme).  "Je ne cesse de répondre qu'il faut bénir les auteurs difficiles de notre temps. S'ils se forment quelques lecteurs, ce n'est pas seulement pour leur usage. Ils les rendent du même coup à Montaigne, à Descartes, à Bossuet, et à quelques autres qui valent peut-être encore d'être lus. Tous ces grands hommes parlent abstraitement; ils raisonnent; ils approfondissent; ils déssinent d'une seule phrase tout le corps d'une pensée achevée. Ils ne craignent pas le lecteur, ils ne mesurent pas leur peine, ni la sienne. Encore un peu de temps, et nous ne les comprendrons plus".

Paul Valéry.

****

(1964) : Lecture :  "Pour élever la lecture à la hauteur d'un art, il faut posséder avant tout une faculté qu'on a précisément le mieux oubliée aujourd'hui - et c'est pourquoi il s'écoulera encore du temps avant que mes écrits soient "lisibles" - une faculté qui exigerait presque que l'on ait la nature d'une vache et non point, en tous les cas celle d'un "homme moderne"; j'entends la faculté de ruminer".

Frédéric Nietzsche.

****



Liberté  :


Licence  (mère de tyrannie)

Lorsqu'un Etat démocratique dévoré d'une soif ardente de liberté,est gouverné par de mauvais échansons qui la lui versent toute pure et la lui font boire jusqu'à l'ivresse,alors,si les gouvernants ne portent pas la complaisance jusqu'à lui donner de la liberté tant qu'il veut, il les accuse et les châtie sous prétexte que ce sont des traîtres qui aspirent à l'oligarchie. Il traite avec le dernier mépris ceux qui ont encore du respect et de la soumission pour les magistrats; il leur reproche qu'ils sont des gens de rien,des esclaves volontaires(.....). Se peut-il que dans un pareil Etat la liberté ne s'étende pas à tout? L'esprit de liberté pénètre dans l'intérieur des familles,les pères s'accoutumant à traiter leurs enfants comme leurs égaux,et même à les craindre,les enfants s'égalant à leurs pères et n'ayant pour eux ni crainte ni respect. Il pénètre dans l'éducation, les maîtres craignant et ménageant leurs disciples, et ceux-ci se moquant de leurs maîtres et de leurs gouverneurs. Il s'étend aux relations de mari à femme et de femme à époux. Il s'étend en vérité jusqu'aux animaux : les chevaux et les ânes accoutumés à marcher tête levée et sans se gêner heurtent tous ceux qu'ils rencontrent si on ne leur cède le passage.

 

PLATON.

 

 





(1997) : Lire :  " Bien lire, c'est répondre au texte, être comptable envers le texte - attitude dont la réponse et la responsabilité sont des éléments cruciaux. Bien lire, c'est s'engager dans une relation de réciprocitécomptable avec le livre lu, c'est s'embarquer dans un échange total ("mûr pour le commerce", comme dit Geoffrey Hill)."

Georges Steiner.

****


Lucidité : (1970) : "Un homme était d'un parti. Mais par une étrangeté malicieuse de sa nature, il lui venait sans cesse à l'esprit les traits les plus perçants et les plus justes contre ce parti qui était le sien".

Paul Valéry.

******

Lucidité : (1970) : "Rien ne rend un homme plus redoutable, plus implacable, plus ..... que la faculté de voir les choses...telles qu'elles sont".

Paul Valéry.

****


(1966) : Lucidité : "Je vois d'autant moins un être que j'en suis plus obsédé, car mon obsession tend à se substituer à lui. Il faut ajouter que cette obsession elle-même est d'autant plus tyrannique que je prétends davantage le posséder, le monopoliser, que je m'attache plus obstinément à rompre tous les liens qui l'unissent aux autres êtres, dans l'espoir de le rendre totalement mien. C'est l'illusion d'Arnophe, (lire L'école des femmes, de Molière. Note du Scrutateur) et on peut se demander si Molière n'a pas ici devancé et dépassé Proust. de deux choses l'une : mis en présence de cette volonté d'accaparement, l'autre, ou bien échappe par la fuite ou le mensonge, ou bien  se dénature et s'anéantit; dans l'un et l'autre cas, par une dialectique inexorable, l'amour parce qu'il a manqué à sa mission, parce qu'il s'est perverti, consomme sa propre perte".

Gabriel Marcel.

Commenter cet article