Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Into the wild.

Into-the-wild.jpeg


Tiré du livre biographique de Jon Krakauer « Voyage au bout de la solitude » le film de Sean Penn, en même temps qu’il nous jette sur les routes et les sentiers de l’immense Amérique, nous introduit dans le territoire vierge que devient Christopher Mc Candless au fur et à mesure qu’il s’éloigne de son point de départ.
Ce jeune homme, ni plus ni moins malheureux que les autres, plutôt chanceux et travailleur, au lendemain de l’obtention de ses diplômes quitte  famille et  amis et disparait en brouillant ses traces afin de rompre toute attache.
La société prévisible dont il est membre, la vie qui lui est promise, le couple de ses parents lui font horreur et il aspire à l’Alaska comme à une terre promise…Il va, là où le hasard le porte, au fil des rencontres et des jobs précaires qui s’offrent. Il apprend, auprès des amis de passage ce qu’ils veulent bien lui transmettre, disperse ses quelques dollars, et se laisse approcher et aimer pour mieux éprouver sa capacité à quitter…
Qui d’entre nous, vers ses 20 ans n’a pas chaussé ses galoches et jeté son sac à dos sur l’épaule pour aller découvrir de quoi était fa    it l’inconnu  afin de se jauger soi même ? Même si godasses et besace  se résumaient à seulement à rompre avec les habitudes et l’éducation….
Pourtant Chris pousse très loin son initiation, comme si  son errance se nourrissait d’elle-même, comme si s’extraire de toute contingence, de tout lien, de tout matérialisme, ce qui n’est d’ailleurs qu’une illusion,  était LA fin en soi, le but ultime de son histoire personnelle.
Le seul point d’ancrage qu’il accepte de conserver est la lecture, ses livres l’accompagnent et rythment les paysages, les couleurs et les mouvements de son trip. En Alaska, seul depuis des semaines, luttant pour exister et apprenant les règles vitales qu’il a voulu substituer aux dictats rejetés du passé, il devient, enfin,  l’Homme-nature qu’il a toujours souhaité être.
Pourtant, les textes de Tolstoï, sur le bonheur et la générosité, le renvoient vers les autres, ceux qu’il a abandonnés :  il veut rentrer chez lui. La nature, dans son implacable simplicité, ne le lui permettra pas.
Le film est prenant, direct, intense, souvent interrogateur, le personnage central de Chris, cerné, évalué, est souvent ressenti comme une partie évadée de nous-mêmes à qui l’on lâche la bride….
Belle présence d’un acteur lumineux et sincère : Emile Hirsch. Quelques apparitions un peu convenues mais heureuses des amis de route : l’agriculteur brigand, le vieux bourrelier, les deux hippies nostalgiques, complètent une road-story où Sean Penn s’est projeté avec spontanéité et finesse.

Marie Deval.



Into-2.jpeg
Into the wild
Pays USA
Sortie : 9 janvier 2008 (France)
Genre : Drame Aventure.
Durée 2h27
Réalisateur : Sean Penn
Avec : Emile Hirsch, Vince Vaughn, Catherine Keener, William Hurt,
Marcia Gay Harden, Kristen Stewart, Zach Galifianakis….
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article