Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Lettre ouverte à Monsieur Le Président de la République.


images-copie-1.jpeg



Monsieur Le Président,

« Travailler plus pour gagner plus », voilà un slogan qui m’a plu et
pour lequel j’étais vraiment enthousiaste, j’étais, Monsieur Le
Président, car maintenant, grâce au travail de brillants technocrates, je
vais « travailler moins pour gagner beaucoup moins ».
J’habite un charmant petit bout de France, éloigné de vous et des
grands décideurs, mais, même à 8 000 km nous sommes en France, une
France à part entière mais entièrement à part. Cette autre France vous
appelle au secours, nous avons besoin de vous, Monsieur Le Président,
nous, Femmes d’Outre-Mer.
Pour travailler, ce qui est devenu essentiel à la survie de nos foyers, nos
enfants doivent être gardés. La mise en place de la PSU dans notre
département est une aberration technocratique. Nous avons nos
spécificités dans de nombreux domaines et la petite enfance n’échappe
pas à cette règle.
En Guadeloupe, 85% des structures d’accueil (crèches, garderies …)
sont gérées par des associations. Ces associations sont financées
essentiellement par les parents, or la PSU revoit à la baisse leur
participation, ce qui entraîne un manque à gagner pour les structures
d’environ 34 %.
Si en Métropole cet écart est pris en charge par les collectivités, les
structures étant à majorité publiques, chez nous ce n’est pas le cas.
Le GAPEG (groupement d’associations pour la petite enfance de
Guadeloupe) qui suit ce dossier depuis l’origine, a frappé à toutes les
portes sans succès :
! Conseil régional : ce n’est pas de notre compétence. Dont acte
! Conseil général : ce n’est pas de notre compétence, nous gérons
la protection maternelle et infantile, pas la petite enfance (!!!)
dont acte.
! Les municipalités : simple constat 90 % des mairies de
Guadeloupe sont sous tutelle, les caisses sont vides, aucune
possibilité d’aide de ce côté. Dont acte.
Résultat des courses, lundi 21 janvier 2008, toutes les structures
vont fermer, 3000 enfants sans mode de garde c’est aussi 3 000
mères de famille qui ne pourront pas aller travailler, l’économie de
la Guadeloupe peut-elle se le permettre ?
De mon côté le constat est simple, trois enfants à charge dont deux
inscrits en crèche, vous me direz que j’aurais pu choisir la facilité et
rester chez moi en percevant diverses aides de l’Etat, mais j’ai
préféré me battre pour construire l’avenir de mes bambins et j’ai
choisi de travailler en montant ma propre structure. Je ne vous ferai
pas l’injure de vous donner le pourcentage de jeunes entreprises qui
n’arrivent pas à démarrer et qui sont liquidées dans les deux ans, ce
sont des chiffres que vous maîtrisez bien mieux que moi. Mon
entreprise a 18 mois et si le 21 je reste chez moi pour garder mes
enfants, le 31 je mets la clé sous la porte et malheureusement je
viendrai grossir les chiffres du chômage déjà fort élevé dans notre
petit département. La mise en place de la PSU menace non
seulement l’emploi des Mamans mais également ceux de tous les
salariés de ces structures soit près de 1 200 personnes.
L’autre solution serait de chercher quelqu’un qui s’occuperait de
mes enfants au noir mais je m’y refuse pour de simples et évidentes
questions de sécurité.
Vous comprendrez, Monsieur Le Président, que ce texte, surement
très efficace dans une application métropolitaine, ne peut pas être
mis en place chez nous. Je vous demande donc de revoir votre copie
sur ce point, la petite enfance en Guadeloupe a besoin du secteur
privé et ce, tant qu’aucune collectivité ne sera en mesure de le faire
dans de bonnes conditions.
Dans l’attente d’une solution à ce problème, je vous prie d’agréer,
Monsieur Le Président, l’expression de mes respectueuses
salutations.

Petit-Bourg le 16 janvier 2008

Anne-Claude MAYA-HALLEY


Ampliation à
! Monsieur Le Préfet
! Monsieur Le Président du Conseil Régional
! Monsieur Le Président du Conseil Général
! Monsieur Le Président de l’Association des
Maires de Guadeloupe
! Monsieur Le Directeur de la CAF
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

renaud 17/01/2008 22:35

situation explosive et ce ne sont pas les "responsables" politiques locaux qui y remédieront pas plus que le président de la république qui a trop à faire avec mlle bruni, qui, comme tout le monde le sait est vierge et presque martyre (s'acoquiner à ce louis de funès du pauvre !) En guadeloupe, les personnes comme ous  qui veulent travailler ont beaucoup de constance quand on voit le défilé des chômeurs et erémistes dès 6 heures du matin devant les pmu et points loto !