Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.

undefined

1. Droit de réponse...


Je remercie le lecteur qui la semaine dernière s’interrogeait sur "la" mesure prise par le gouvernement qui serait bénéfique pour la France dans une semaine 01. Je ne souhaite pas privilégier une mesure plutôt qu’une autre. Je suis sûr que ce lecteur saura trouver lui-même celle qu’il voudra retenir. Je me contenterai de dire que ce gouvernement est le premier depuis trois décennies qui ose dire aux Français que "demain, on ne rase plus gratis" ; que tout se paye, parfois au centuple. Et surtout que nos gaspillages et ceux que nos dirigeants nous ont fait "gober" pendant près de trente ans nous ont laissé croire que l’on pouvait faire n’importe quoi en matière économique et sociale. Par exemple (voir ci-dessous) les 35 heures qui sont, en théorie, la durée légale du travail mais qui devrait nous faire rougir lorsque nous prononçons les mots qui sont sur les frontons de tous nos bâtiments publics : "Liberté, Égalité, Fraternité" !

2. Levée de boucliers contre la suppression des 35 heures.

Le document du Premier ministre, François Fillon, adressé au patronat et aux syndicats leur demandant de négocier une nouvelle réforme des 35 heures de même que la réponse du Président à une question lors de sa conférence de presse ont provoqué une levée de boucliers des organisations syndicales tandis que le Parti Socialiste et toute la gauche accusaient le gouvernement de chercher à les abolir. La volonté du gouvernement de réformer en profondeur les 35 heures n'est une surprise pour personne. Comment les supprimer sans le dire ? Comment faire la durée légale du travail ne soit pas un frein au développement de notre économie !

3. Le Président de la BCE : L’homme de l’année pour le FT !

Le Financial Times, quotidien financier britannique, a fait de Jean-Claude Trichet sa personnalité de l'année 2007. C'est la façon dont il a géré la crise des "subprimes" cet été, qui a emporté la décision du journal. Selon le FT, le président de la BCE est un des rares responsables a être sorti grandi de cette crise, notamment grâce à la rapidité de sa réaction au mois d'août. En effet, il a pris la décision, en pleine vacances, d'injecter près de 95 milliards d'euros sur le marché interbancaire. Jean-Claude Trichet proclame une fois de plus sa détermination à faire de la lutte contre l'inflation une priorité alors que l'inflation dans la zone euro s'est élevée à 3,1% en novembre, au plus haut depuis six ans et demi.

4. La France a banni le tabac de tous les lieux publics.


L’année commence bien pour les non-fumeurs : bon courage aux fumeurs. 2008 met fin au régime dérogatoire à l'interdiction de fumer dans les lieux publics ou de travail instituée par le décret du 15 novembre 2006, et déjà en œuvre, depuis février 2007, dans les entreprises, les hôpitaux, les administrations et les écoles. Pour le gouvernement, cette révolution répond avant tout à "un enjeu de santé public", l’objectif étant de limiter le tabagisme passif, responsable, selon le ministère de la Santé, d’au moins 5.000 morts par an. Ce nouveau cap dans la lutte contre le tabagisme constitue l'aboutissement d'une politique de longue date entamée avec la loi Veil de 1976 sur l'interdiction de la publicité pour les cigarettes, et qui a pris son essor à partir de 1991 avec la loi Evin qui imposait la création de zones non-fumeurs. Il permet aussi à la France de se mettre au diapason de l’Europe. En effet, depuis 2004, l'Irlande, l'Italie, l'Angleterre ou encore la Suède ont banni le tabac de leurs lieux publics. L'Espagne, où les petits restaurants peuvent rester fumeurs, et l'Allemagne, où une salle fumeurs close est autorisée, restent en revanche légèrement en retard. Les fumeurs se sentent brimés. Ils oublient, les égoïstes, que pendant des décennies, ils ont participé au développement du tabagisme passif en enfumant les non fumeurs qui n’avaient qu’une possibilité : "la fermer" et accepter de se "faire enfumer" ! Le vent a tourné, c’est une fin douloureuse pour le tabac dans les cafés-restaurants mais la sécurité sociale devrait s’en porter beaucoup mieux… à terme.

5. Le boom des avertisseurs de radars…

Pour éviter de se faire flasher, rien de tel qu’un avertisseur radar complètement légal. Ce cadeau permet d’éviter les pièges sur la route et la perte de points sur son permis de conduire. Tout le monde sait qu'il peut se faire flasher au moins une fois pour avoir dépassé la vitesse autorisée de quelques petits kilomètres. Comment ça marche ? L'avertisseur de radar utilise la technologie du GPS qui permet de connaître en permanence la position et la vitesse de la voiture. L'appareil dispose d'une base de données qui recense toutes les positions connues des radars fixes. Ces informations sont accessibles sur le site de la sécurité routière et régulièrement mises à jour. Cette liste officielle publiée par le gouvernement précise l'emplacement des radars fixes pour chaque région avec le point kilométrique, le sens de circulation, la limite de vitesse en vigueur à l’endroit prévu. L'avertisseur se contente de mettre en corrélation cette base de données avec la position de la voiture calculée par le GPS. En l'avertissant par un signal, il évite à l'automobiliste toute faute d'inattention. A consommer sans modération !

6. Le Marketing de la grève incontrôlée !


La grève des transports a bien changée. Il y a dix ans, elle était un élan collectif pour célébrer la "messe" du grand blocage. Les syndicats la géraient et avaient le pouvoir de la faire ou de la défaire et donc de la stopper à leur guise. La CGT qui longtemps détenait le pouvoir d’arrêter une grève ne maitrise plus rien et est débordée par sa base. Aujourd’hui, la grève débouche sur un individualisme sauvage avec de nouveaux syndicats, comme Sud-rail, qui ne respectent plus les règles et des Français qui usent d’une parade offerte par la gauche, la RTT ! Tout salarié qui en bénéficie pose un jour de "R-tété" face à une menace de grève. Par SMS, mail, radio, télévision et pages de publicité, l’entreprise informe sur le trafic escompté pour que chacun puisse agir selon ses nécessités. Le "grand capital" s’est emparé de la grève pour faire du "business" par marketing interposé. A quand un marché de fringues le long des défilés de grévistes pour faire ses courses !

7. Régimes spéciaux : durée de cotisation portée à 41 ans d'ici 2016.

Le gouvernement a transmis aux caisses de retraite les décrets mettant en œuvre la réforme des régimes spéciaux de retraite pour EDF, GDF, SNCF et la RATP, qui devraient être publiés en janvier. Les décrets reprennent les principes communs de la réforme établie à l'automne et qui consistent à harmoniser les régimes spéciaux avec celui de la fonction publique. La durée d'assurance est portée de 37,5 ans à 40 ans au 1er décembre 2012. Elle sera ainsi augmentée d'un trimestre au 1er juillet 2008, puis au 1er janvier et au 1er juillet de chaque année. Mais les décrets précisent qu'après 2012 la durée sera augmentée "d'un trimestre au 1er juillet de chaque année jusqu'à atteindre la durée maximum définie à l'article 5 de la loi du 21 août 2003 portant réforme des retraites". Ainsi la durée de cotisation des régimes spéciaux passera de 40 à 41 ans si cette évolution est prise en compte en 2008 pour le privé et la fonction publique.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article