Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.
undefined


1. Une situation économique "grave" !


"Je suis convaincu que la croissance en Europe sera ralentie par les conséquences immédiates et lointaines de la crise", a déclaré Jean-Claude Juncker président de l'Eurogroupe, mais aussi Premier ministre et Ministre des Finances du Luxembourg. Il est "convaincu" que la croissance Européenne sera "ralentie" par les conséquences de la crise financière actuelle, notamment celle des "subprimes", qui va nous "occuper un bon moment en 2008". Il a employé le mot "grave" pour évoquer la situation économique actuelle. De telles déclarations ne sont pas là pour rassurer les marchés financiers qui voient donc se profiler une année 2008 difficile.

2. 2007 : un excellent "cru" pour l’emploi.

L’année 2007 restera exceptionnelle pour les créations d’emplois selon les dernières statistiques de l’Unedic. Notre pays réalise une excellente performance avec 200.000 postes créés sur les neuf premiers mois de l’année 2007, soit le meilleur résultat depuis 2000, amenant le taux de chômage à descendre pour la première fois depuis cinq ans sous la barre des 8%. La nouvelle méthode de calcul retenue par le gouvernement facilite les comparaisons européennes et nous sont favorables. Souhaitons que 2008 permette une nouvelle et significative diminution des demandeurs d’emploi.

3. Les jeunes cadres préfèrent se faire recruter par les grandes entreprises.

Les jeunes diplômés sont plus attirés par les grandes entreprises que par les PME. Ces dernières ne peuvent rivaliser avec les grandes entreprises qui ont des arguments et des privilèges à faire valoir tels qu’un plan de carrière, un salaire plus évolutif, et de nombreux avantages sociaux. Mais les PME ont tout de même des atouts importants à faire valoir : Leur souplesse, leur possibilité de donner des responsabilités plus importantes et variées de même qu’une grande autonomie ainsi que de la polyvalence. Des points importants à mettre en avant pour attirer des candidats au profil intéressant. Les PME devront donc réaliser un effort important pour enrichir leur fonction Ressources Humaines afin d’attirer de nouveaux talents, de même que mettre en place des moyens pour les garder et les faire évoluer.

4. Un marché de l’emploi florissant : Des atouts pour les chasseurs de têtes.

Dans un marché de l’emploi florissant pour les cadres, la mobilité est primordiale pour les dirigeants d’entreprises. Une bonne nouvelle qui réjouit les cabinets de recrutement et les chasseurs de têtes. Ces derniers voient leur activité portée par deux phénomènes significatifs : 1. Le "papy boom" qui entraine le renouvèlement des élites managériales 2. L’impact des fonds d’investissement étrangers qui sont de plus en plus présents dans le capital des entreprises françaises et exercent de fortes pressions pour peser sur leur gouvernance, et demandent très rapidement le départ des dirigeants qui contre-performent. De même, ils incitent les PME innovantes à recourir aux cabinets de recrutement pour embaucher leurs dirigeants. A contrario, l’essor de l’Internet fait que les entreprises ont plus facilement recours à une approche directe au détriment des chasseurs et autres cabinets. Les prestations des chasseurs de tête se déplacent alors vers l’analyse des besoins de l'entreprise, l’intégration et l’accompagnement des candidats. Encore de beaux jours de croissance pour eux…

5. Les prix qui changent au 1er janvier 2008.

Vont augmenter : 1. Le cours moyen du brut devrait continuer de flamber en 2008 et atteindre plus de 95 dollars le baril avec, bien évidemment, un impact sur le prix des carburants. 2. Les compagnies aériennes et les voyagistes ont décidé d'augmenter une nouvelle fois la "surcharge carburant" sur le prix des billets d'avion. 3. GDF souhaiterait augmenter ses tarifs et attend le feu vert du gouvernement. 4. Environ 0,50 d’euro par boîte de médicaments et par acte paramédical et 2 euros pour les transports sanitaires devraient rester à la charge du patient. 5. La revalorisation des tarifs de certains actes techniques des médecins spécialistes entrera en vigueur et s'élèvera en moyenne à 5%. 6. Les tarifs des contrats individuels et collectifs devraient augmenter de 3 à 5% pour compenser les transferts de charges sur les patients ainsi que l'augmentation des dépenses de santé. 7. Certains produits alimentaires ne seront pas oubliés comme le poisson qui devrait "souffrir" une hausse de près de 2% à la suite de l'application de la nouvelle taxe de 2,6% sur la vente des poissons dans les ports. De même, le prix des produits laitiers devrait croître entre 5 et 10%. 8. Les assurances multirisques habitation pourraient augmenter en raison de la hausse du coût de la construction et de la recrudescence des dégâts des eaux.
Devraient baisser : 1. La révision annuelle des loyers sera indexée sur l'indice des prix à la consommation et non plus sur l'indice de référence des loyers entrainant de fait leur diminution. 2. La téléphonie mobile devrait voir ses tarifs pour les appels des téléphones fixes vers les mobiles diminuer de 7,5 à 9,24 centimes d'euro la minute suivant l’opérateur.
Pour résumer beaucoup de hausses, peu de baisses : très mauvais pour le pouvoir d’achat des Français !

6. Le retour aux 40 heures !


Lors d’un référendum, les salariés de l’usine de pneus du groupe Continental à Sarreguemines, en Moselle, ont voté à plus de 70% pour un retour à la semaine des quarante heures ! En contre partie ils verront une hausse de leurs salaires de 6% l’an. C’est un résultat sans ambigüité et contre l’avis des syndicats ! Si ce retour aux 40 heures ne peut pas être considéré comme la fin des 35 heures et le début d’un changement global, il peut être vu comme une modification significative dans la manière qu’ont les salariés de prendre en compte la situation économique de leur entreprise. Il est souhaitable que les syndicats évoluent eux aussi et cessent de s’arc-bouter sur des avantages d’un autre temps. Au risque de me répéter les 30 glorieuses sont derrière nous depuis près de 30 ans !

7. Faut-il croire au miracle !

Christine Lagarde, le ministre des finances, croit que la croissance française sera de 2% en 2008. Certes il faut po-si-ti-ver et ne pas partir battu. Je partage son optimisme mais à la condition que le gouvernement se donne les marges de manœuvres pour l’atteindre en anticipant les risques de nous subirons de l’économie mondiale : Bonne chance Madame Lagarde, je suis de tout cœur avec vous.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article