Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le journal d'Aramis.

undefined



(I) L'incendie de la rue Sadi Carnot.

Il y a  quelques jours, je déjeunais, Place de la Victoire, à Pointe-à-Pitre avec mon vieux compagnon Athos, qui voudrait rédiger ses Mémoires,  sous le titre à mon avis  tout à fait ringard de "Quarante ans avant". Je m'efforçais de l'en dissuader (je suis pour ma part bien moins entiché de mémoires que de prospective) quand  pétarada, tout soudain, une  crépitante  mitraillade de mousquets.

Nous nous levions déjà flamberge au vent; mais ce n'était qu'un vulgaire tapage de pétards, engendré par le trop plein d'énergie d'une escouade de gaminets, sans même de poil au menton, sortant du collège Michelet tout proche. 

Toujours est-il que le vacarme qui dura  dix minutes au moins était assourdissant, et , -c'est cela qui me frappa- , salué seulement par les aboiements des chiens du voisinage, seuls protestataires.

Jeudi 21 décembre, c'est semble-t-il , une semblable démonstration  juvénile de vacuité tonnante, qui a engendré l'incendie de la rue Sadi Carnot, qui n'a pas seulement détruit un magasin  chinois  de farces et attrapes, mais occasionné la mort de sept personnes, au moins, à l'heure où j'écris.

Des adolescents, furieux d'avoir été refoulés dudit commerce, se seraient vengés en projetant à l'intérieur les pétards à l'origine du drame. Petites causes, effets incalculables.

Cette fois, l'autorité publique semble vouloir réagir. Que ne l'a t-elle fait avant? Car il existe un décret préfectoral interdisant la vente de pétards, fusées, explosifs divers aux mineurs. Décret non respecté?
Un déclaration du jeune Bangou, adjoint au maire de Pointe-à-Pitre, laisse rêveur. "Ce sont les parents qui viennent acheter la marchandise pour la distribuer ensuite à leur progéniture". Toujours cette démission des parents, et plus généralement de l'autorité devant le "JEUNE" sacralisé de l'idéologie jeuniste, et devant les délinquants qu'un Sarkozy n'a pas pu nommer par leur nom de voyous et de racailles sans soulever aussitôt un tonnerre de protestations des "bien pensants".

Il faut toujours payer le prix de la lâcheté. Comme le dit l'Ecclésiaste "malheur à la ville dont le prince est un enfant".

(II) Yannick contre Nicolas.
Noah.jpeg

C'est contre monsieur Sarkozy que se dresse ce week end, l'une des personnalités éminentes de la royalitude : Yannick Noah lui-même.
Yannick reproche à notre président, l'étalage de son "luxe", de ses "amours", la décontraction excessive, selon lui, qui serait la sienne dans l'exercice de la fonction présidentielle.
Je pense il est vrai, avec La Bruyère, que le caractère du Français exige du sérieux et de la gravité dans le Souverain.
A cet égard, je ne cache pas ma préférence pour le style Louisquatorzien, ou même celui, naguère du général de Gaulle; et la démarche du locataire actuel de l'Elysée, non sans analogie , parfois, avec celle du regretté de Funès, m'agace un peu, pourquoi le cacher.
Mais le cher Nicolas, qui est quand même un sacré garnement, plutôt intelligent, et fûté (au grand dam de ses détracteurs, n'est-ce pas Yannick?) est, je le pense, parfaitement capable de jouer "les pères nobles" et de "faire grand style", si cela est nécessaire.
Mais le président  sait que nous sommes désormais en démocratie. Et que là où l'opinion est reine, il faut en rabattre de toute aspiration  à la grandeur; ou du moins de tâcher d'y parvenir, sans en avoir l'air, et en quelque sorte contre toute apparence.
(Yannick,....j't'emm.....!nicolassarkozy-3693.gif)

La musique, au temps de feu le cardinal, ou de Louis XIV, c'était celle de Lully.
Aujourd'hui les Français chantent la "Saga Africa".
On voit la pente descendue. Et l'on comprend, à défaut de toujours les approuver, les démarches ondoyante du président.
Sans rancune Yannick!


(III) Yannick a plus de chance que Laure.

Noah donc, s'engage sur le terrain, pas toujours sans écueils de la moraline.
Il vieillit. Et, en un sens, aux yeux de ses amis, c'est tout bénéfice, car l'ex finaliste de Rolland Garros eut une jeunesse plutôt tapageuse.
Ce qui le distingue, en ce sens, de Laure Manaudou, c'est l'inexistence en ses vingt ans, à lui, d'internet. On voit ce que je veux dire, et l'on me saura gré, je l'espère, d'avancer, sur ce terrain, à pas de colombes.
Deux mots cependant sur les mésaventures de la grande (sportive) Laure Manaudou.L-Manaudou.jpeg
On sait que des photographies pornographiques de la championne circulent ces jours-ci sur internet.
Cela semble en relation avec sa rupture, encore récente, avec son ancien "petit ami" Lucas, le nageur italien.
Je ne me permettrai pas de juger du comportement sexuel de la jeune championne qui relève de sa vie privée;
Laure aura pourtant appris, à ses dépens, qu'il ne faut pas confondre les émois de la sensibilité, et ce qu'on appelle l'amour, ou l'amitié.
Plus mûre, elle n'eut pas permis la prise d'images par lesquelles on essaie aujourd'hui de la détruire.
Le temps est un grand maître.
Ce qui me paraît le plus notable dans toute cette histoire, c'est la ruée goulue de tant de pseudos mâles, et vrais voyeurs, sur leurs claviers d'ordinateurs, pour satisfaire leurs médiocres fantasmes. Et plus encore la minable collection de commentaires graveleux, émanant même, semble-t-il, de jeunes gens, c'est-à-dire des contemporains de Laure, c'est-à-dire de ceux qui auraient pu se solidariser avec elle pour l'aider à ne pas crouler sous "la honte".
Sans les voyeurs, pas de campagnes destabilisatrices de ce genre. C'est pourquoi, comme je crois tout homme d'honneur, j'ai systématiquement écarté de ma recherche (malgré une curiosité tout humaine) les images de Laure.

(IV) Et maintenant Valérie Bègue.

Il n'en est pas de même pour Valérie Bègue, miss France, originaire de la Réunion, et qui est sommée de démissionner par madame de Fontenay, pour avoir manqué aux termes du contrat qui lie les miss,  d'avoir à ne pas donner dans le registre des photos pornographiques ou suggestives.
Or, Valérie a laissé publier des photos d'elles faites, semble-t-il, avant le concours de miss France.
Celles-là, je les ai regardées, car elles m'ont été envoyées par un  jeune ancien collègue, assez indigné. Et me semble-t-il à juste titre.
Car ces photos ne sont en rien pornographiques ( Le Scrutateur en publie une ci-contre).valerie-begue-miss-france-2008-02.jpg (Valérie Bègue, miss France).

Sont-elles "osées"? Les avis, certes, en ce domaine peuvent diverger. Comme elles sont du même accabit que celle que l'on peut contempler ci-dessus, il me semble qu'il ne faut pas, tout de même pas exagérer. Le moyen-âge, la Renaisance, le 18ème siècle n'étaient pas si pudiques! Et le 19è siècle puritain,  n'est pas un modèle, à mes yeux, en matière de bonnes moeurs!
Il y en a une qui m'agace, je l'avoue. Où Valérie flotte à la surface d'une piscine, les bras écartés, sur une croix.

Je n'aime guère qu'on se serve de l'image du Christ à des fins commerciales et futiles. Il ne faut pas banaliser les choses importantes. Valérie, est d'une génération qui a peut-être perdu le sens du sacré. Il faut le lui apprendre. Nous autres aux antilles et dans l'outre mer français, jusqu'à une date récente nous avons conservé le sens de la vraie pudeur. Mais ce n'est pas par des déclarations tapageuses comme celles de madame de Fontenay qu'on lui enseignera le sens de la mesure.
Probablement, y a t-il autre chose dans la mauvaise querelle intentée à la miss réunionaise.

Peut-être en coulisses s'est-elle livrée à quelque facétie (douteuse), cet âge est sans pitié.
Par exemple, une photo de madame de Fontenay, en coulisses (et en string) se préparant pour le grand show.
Il y a des choses qui, entre femmes, ne se pardonnent pas.

ARAMIS.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Arawak 25/12/2007 04:46

LAURE MANAUDOU - YANNICK NOAH :Tiens, il est encore en France Yannick ? Il m'avait semblé l'entendre jurer qu'il quitterait le pays si "Sarko" était élu. Mais on lui pardonne ses excès de langage et on se réjouit qu'il reste parmi nous.Outre le fait qu'Internet n'existait pas du temps de sa splendeur sportive, je crois qu'il y a une autre différence. C'est un homme, et Laure est une femme. Et c'est comme ça. On applaudira aux exploits virils dans un cas, on fustigera l'impudeur coupable dans l'autre.

Arawak 25/12/2007 04:31

MISS FRANCE : C'est la dame au chapeau qu'il faut mettre à la retraite. Je comprends parfaitement qu'il faille préserver l'esprit de l'institution Miss France et protéger son image. Mais ici c'est de l'abus caractérisé. La mère de Fontenay ne m'a pas l'air très clean sur ce coup-là. Elle en fait un peu trop et le prétexte des photos (pas si terribles) cache mal sa volonté de changer le choix du public. Il y a quelques années, elle avait pris (si ma mémoire est bonne) la défense d'une autre fille, bien plus fautive pourtant (car rémunérée pour des photos autrement "suggestives"). Qu'elle nous explique la vraie raison de ce double langage ...

wanomed 24/12/2007 22:35

Mon cher Aramis, C'est fort marri  que je te  vois tomber dans les clichés les plus éculés en accusant tout à la fois la sacralisation des jeunes et l'idéologie "jeuniste" du terrible drame de la rue Sadi Carnot. Moi qui te prenais pour un homme d'esprit et de raison! Car il suffit juste selon moi d'un peu de jugeotte pour comprendre que si "l'autorité publique" , comme tu dis, avait depuis longtemps voulu prendre ses responsabilités et cessé de fermer les yeux sur les agissements criminels de certains commerçants de notre bonne ville de P-à-P, sept malheureuses victmes seraient encore de ce monde. Aujourd'hui, ce ne sont pas les jeunes qui sont sacralisés, Aramis, c'est le" bizness"!Sinon, pourrais-tu m'indiquer quel est selon toi le pourcentage de la "pente descendue" par les Français depuis qu'ils préfèrent chanter "Saga Afica" au lieu d'écouter du Lully?