Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Pointe-à-Pitre, madame la sous-préfète au poste de police !
Aramis.jpg
Lundi 10 décembre, à Pointe-à-Pitre, Nurbia Renouf, la sous-préfète (en bon français on écrit madame le sous-préfet, quand elle exerce la fonction, la sous-préfète si elle est l’épouse du haut fonctionnaire, ou dans le doute, -comme France-Antilles-, la femme du sous-préfet), se promène en auto dans la ville.
Imprudente, elle n’a pas pris son permis de conduire. Pire, elle n’a dans son sac à main, qu’une photocopie  de la carte grise.
Or, elle a dû se lever du pied gauche ce matin là, elle s’arrête, et stationne mal.
Contrôle de police. Vérification d’identité. Les fonctionnaires de police sont mal lunés, ou simplement ils veulent accomplir consciencieusement leur travail.
La discussion s’anime. « Suivez nous au poste » disent les pandores.
Nurmia fait de la résistance. On lui passe les menottes et la conduit rue Gambetta, au commissariat de la ville.
C’est alors, que la dame s’identifie. Stupeur, et gêne. Les menottes valsent, les grands chefs dévalent les escaliers !
Mais l’affaire n’est pas terminée. Madame la sous-préfète porte plainte pour violence. Les syndicats de police font de la résistance. Les pandores pensent n’avoir fait que leur boulot. Et il n’est pas possible de leur donner tout à fait tort, à moins que les informations données dans la presse soient incomplètes.
Nurbia a oublié (si elle l’a lue) la réplique de Créon à l’Antigone de Jean Anouilh : « la loi est d’abord faite pour les filles des rois ». Toutes choses égales bien entendu, (et sans oublier que nous sommes en République).
Il n’est bruit que de cela dans tout le microcosme, et aux dernières nouvelles le Procureur de la République aurait ouvert une enquête.
Décidément, tout fout le camp, et l’adage célèbre de Jean de la Fontaine ne serait plus vrai : « selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de foule vous rendront blanc ou noir ».
Signe-des-temps.jpg

A moins que la puissance n’ait, sans qu’on s’en soit aperçu, changé de "quartier"!

  O tempora !  O mores !


Aramis.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article