Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Supplique au père Noël.

Quand les Guadeloupéens parlent entre eux, ils ne tardent pas à s’apercevoir que la plupart des familles sont passées par le creuset de Marie-Galante.
MarieGalante, (pour le lecteur non Guadeloupéen) est cette petite île, dépendance de la Guadeloupe, dont l’importance historique est sans commune mesure avec ses dimensions géographiques.
Nombre de familles s’y sont installées et y ont durement et profitablement (surtout sur le plan moral et culturel) depuis le 17ème siècle.
A commencer par la mienne, puisque le premier Boulogne Germain, venu de la paroisse d’Andilly, dans le Val d’Oise, en 1658, s’enracina en compagnie de son épouse Madeleine née Sergent, sur ce qui devait devenir la commune de Capesterre.
Habitation-Boulogne.jpg
(Ce qui reste de l'habitation Boulogne, à Capesterre de Marie-Galante; Publié dans l'ouvrage de Henri et Denise Parisis : Marie Galante, terre d'histoire sucrière) .

Ce n’est qu’au tout début du 20ème siècle que les vicissitudes économiques du moment nous firent quitter la grande Galette (ainsi nommée à cause de son relief plat) pour le continent (comme nous disons de la Guadeloupe avec notre humour un peu particulier de créole). Ainsi mon grand père Edouard qui gagna la Guadeloupe en 1914 seulement. Ed-Boul.jpg (Edouard Boulogne, grand père du porteur actuel du prénom et, en médaillon, Anna, née Vergé, son épouse).

Outre la famille Boulogne, innombrables sont celles qui viennent, (ou vivent encore) de Marie-Galante : ainsi les Rinaldo, les Botreau-Roussel, les Demay de Goustine (qui se perpétuent aujourd’hui en France métropolitaine), les Lacavé, Langlois, Langlais, Guilliod, Rameaux, Reynal de St-Michel, Pellissie de Montemont, Le Dentu, Wachter, etc, etc.IMGP0117.JPG (Restes du moulin de l'habitation Boulogne à Capesterre de Marie Galante. Certains jours, le public est accueilli par l'esprit -plutôt bienveillant- du moulin, bien visible ce jour là sur la photographie).
C’est pourquoi la parution du livre de Henri et Denise Parisis, assisté de B.Genet (préface d’Alain Buffon) est importante.
L’ouvrage élégamment présenté, abondamment illustré, est une mine de renseignements rassemblés au fil de nombreuses années d’un travail amoureux de son objet.

Au moment où une certaine mondialisation, où le développement exponentiel d’une technologie de la diffusion des images tend à tout déraciner, à déréaliser l’être humain pour en faire un consommateur de factice et de provisoire, il est bon de revenir aux sources, à l’aide de maîtres sérieux.
C’est pourquoi, les fêtes approchant il serait bon que les parents s’adressant au père  Noël pensent à ce livre pour l’offrir à leurs enfants, (ou à eux-mêmes) .
Joindre l’utile à l’agréable, c’est à quoi l’on aboutira en offrant « Marie Galante, terre d’histoire sucrière ».

Edouard Boulogne.


Le livre est en vente  chez les auteurs : Henri et Denise Parisis   
387 Cocoyer . 97170. Petit-Bourg.   
courriel : denise.parisis@wanadoo.fr
Prix : 25 €  (+ 3 € de frais de port Antilles ou 5 € pour métropole)  par chèque à Parisis
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Merci pour ces précieux renseignements concernant le bouquin des Parisis que je vais m'empresser d'acheter."Pour mieux appréhender le futur, il faut savoir d'où l'on vient."C'est de plus en plus vrai.
Répondre