Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.


1. Pas de parité homme-femme chez les cadres. Idem suivant les régions !

a_la_loupe-1.jpeg
Selon la dernière radioscopie de l’Apec (Association Pour l’Emploi des Cadres) la rémunération moyenne des cadres s’établit à 45.000 euros bruts annuels pour les hommes et à 38.000 euros pour les femmes. L’échelle des salaires des cadres est extrêmement large car les 10% les mieux payés reçoivent un salaire deux fois et demi supérieur à celui des 10% de cadres les moins bien payés. Ces écarts de salaires sont essentiellement du à la nature de la fonction. Ainsi l’industrie offre les salaires les plus élevés alors que le commerce fournit les salaires les plus bas. De même les cadres de la région parisienne gagnent 13% de mieux que leurs confrères de la province, et 33% inférieur au salaire des cadres expatriés.

2. Quand le bio envahit notre maison !

Après avoir adopté le bio dans nos assiettes, il est temps lui faire une plac
e dans notre salon, notre lit, notre cuisine ou pourquoi pas notre piscine. Quelques idées pour que votre logis soit en harmonie avec la nature. Les Islandais recouvrent leur maison d'un toit végétal afin de maximiser l'isolation thermique. Le lit suédois est composé de matériaux entièrement naturels tels que du coton, du lin ou du crin de cheval : des rêves garantis bios ! En France, un créateur s’est lancé dans la conception de meubles fabriqués exclusivement à partir de matériaux sains, issus de l'agriculture biologique. De même un autre propose toute une collection de fauteuils, d’étagères, de tables et objets de décoration fabriqués en carton entièrement recyclable ! Et pourquoi pas installer chez soi un lave-linge qui fonctionne en bi mode : avec ou sans lessive. Les idées bios ne manquent donc pas : A suivre…

3. Une société informatique lance sa 1ère campagne de recrutement par SMS.

Pour trouver près de 500 nouveaux collaborateurs d'ici à la fin de l'année 2
007, une société de services informatiques essaie d'attirer des candidats par SMS au travers de leur téléphone portable. Cette nouvelle méthode qui permet de toucher très facilement des candidats est particulièrement bien adaptée à certains secteurs, surtout ceux qui sont amenées à remplacer des gens au pied levé ou à embaucher dans l'urgence et pour certains profils. Par exemple, un an après le lancement de son service d'offres par SMS, Keljobmobile, le moteur de recherche d'emploi Keljob, compte 70 entreprises clientes, dont près de 10% dans l'informatique qui utilisent cette méthode pour assurer leur recrutements.

4. Le scandale des régimes spéciaux.

La SNCF, la RATP et les autres entreprises qui ont des "usagés" comme clients devraient être encore fortement perturbés dans les jours à venir après le mouvement de grève massif et la mobilisation de ces derniers jours. Et voilà que leur revendication s’est élargie à la défense des salariés du privé : on n’en demandait pas tant ! Salariés des régimes spéciaux, vous êtes des inconscients et des égoïstes. Ne savez-vous pas que nous vivons de plus en plus vieux et que mathématiquement les retraites se réduiront comme peau de chagrin. En effet les retraites sont versées PAR REPARTITION c’est-à-dire que les sommes collectées aujourd’hui sont réparties entre les retraités. Plus on vit vieux et plus la somme se réduit puisqu’il faut la partager entre plus de bénéficiaires. A cela vient négativement s’ajouter la baisse de la natalité car il y a moins de cotisants donc MOINS d’argent à répartir. Alors la seule solution pour résoudre cette équation est de cotiser plus, donc de travailler plus longtemps. Mesdames et messieurs des régimes spéciaux soyez honnêtes, arrêtez de vous cacher derrière votre petit doigt et acceptez l’inéluctable déjà imposé au privé et aux fonctionnaires.


5. Une TPE sur dix n’arrive pas à recruter !

Près de deux offres d’emplois n’ont pas été pourvues ces six dernier mois dans les TPE parce qu’il y a une pénurie de candidats pour les profils recherchés. De même les candidats préfèrent travailler dans les grandes entreprises qui offrent des rémunérations plus élevées et des avantages complémentaires importants. Au total, ce sont plus de 400.000 emplois qui sont à pourvoir dans des sociétés de moins de 20 salariés. Une question à prendre compte par les pouvoirs publics et l’ANPE.

6. Le scandale du CNE.

Le CNE (Contrat Nouvelle Embauche) a été créé il y a un peu plus de 2 ans par le gouvernement Villepin pour les petites entreprises afin de leur donner une certaine flexibilité dans leurs recrutements. Ce contrat a été invalidé par le BIT (Bureau International du Travail). C’est excellent pour les salariés qui se retrouvent en CDI dans les entreprises qui les ont recrutés. Loin de moi l’idée de désapprouver la décision prise par le BIT mais tout de même comment un gouvernement peut-il avoir mis en place un tel contrat sans en avoir mesuré toutes les conséquences ! Car le chef d’entreprise qui, de bonne foi, a recruté un salarié dans le cadre d’un contrat qui avait un certain nombre d’avantages se retrouve piégé par une décision qu’il ne maîtrise pas. Souhaitons que cette décision n’entraine pas la mort de quelques TPE et le chômage pour ceux qui avaient un CNE !

7. Les prix des carburants bondissent…

Les prix des carburants continuent de grimper dans le sillage de l’envolée du pétrole. Les prix moyens sont dépassés dans bon nombre de stations services. Les cours du brut ne cessent de grimper car la demande reste forte en Asie. Une seule bonne nouvelle pour les automobilistes que nous sommes : la faiblesse du dollar contre l’euro ne cesse lui aussi de battre des records. Mais alors, quand verrons-nous cet allègement sur notre portefeuille !

8. La banquise fond plus vite.

Il y a 20 ans, la banquise avait une épaisseur de 2 à 3 mètres. Aujourd’hui son épaisseur serait seulement de 1,50 à 2 mètres. Le réchauffement climatique qui explique la fonte de la banquise est dû à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. C’est ainsi que l’expédition des scientifiques qui s’était laissé volontairement emprisonner dans l’Arctique pour étudier les effets du réchauffement climatique sur la goélette "Tara" dérive et sortira de l’océan glacial avec plus de huit mois d’avance sur le calendrier initial. Selon les calculs des chercheurs, la banquise arctique aurait disparu dans les dix à quinze prochaines années. Cette fonte devrait avoir des conséquences non négligeables sur le climat de la France et des autres pays européens avec une augmentation du niveau de la mer de plus d’un mètre d’ici à la fin du siècle avec des conséquences inconnues.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article