Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe,
par Henri Pauvert.



1. Le PS n’est pas guéri de sa défaite.


Les responsables socialistes devraient un jour dire merci à Nicolas Sarkozy d’avoir  su "le mieux exploiter les richesses humaines" de leur parti. S’il a su attirer quelques éléphants dans ses rangs, il a surtout dégagé le terrain pour les prétendants à la succession de…( ?). Les défections ont dégarni les rangs du Bureau National du PS et provoqué un formidable appel d’air pour une relève qui se bouscule au portillon. Mais si l’horizon se dégage, la situation est loin d’être clarifiée, car la bataille continue de faire rage dans les rangs de tous ceux qui prétendent à rénover le parti. Le PS est en quête d’idéologie et n’est toujours pas guéri de sa défaite aux présidentielles alors qu’il a réalisé un score inattendu aux législatives et que ses perspectives semblent plutôt bonnes pour les élections municipales de 2008. Mais il ne fait aucune proposition concrète et se contente de critiquer le gouvernement.

2. L'efficacité des radars automatiques remise en question !

D'après une estimation publiée dans le numéro de septembre du magazine Capital, les recettes devraient atteindre 450 millions d'euros en 2007, soit 29 % d'augmentation par rapport à 2006 ! Mais comment doit-on interpréter les 8.000.000 de points en moins sur les permis de conduire en 2006 ! Quel est le lien entre les radars et le bilan de la sécurité routière ? Ces questions n'en finissent pas de nourrir les controverses. Le communiqué de l'Automobile Club du 7 septembre dernier fait état, pour la période de janvier à juin, d'une "hausse dramatique des tués sur la route en Europe" avec pour la France, "la tendance du nombre de blessés qui est à la hausse de près de 6 % et de 2 % pour les tués". Ces résultats montrent une globalisation du problème de la sécurité routière qu'il faut considérer dans son ensemble et dans lequel le nombre de radars est, peut-être, anecdotique. Est-il vraiment utile d’investir dans de nouveaux radars automatiques et ne vaut-il pas mieux revoir la manière de former les automobilistes et développer la prévention, la formation, l'information et la communication. Car dans bien des cas le retrait de points ne sanctionne pas une mise en danger de soi ou d'autrui, mais simplement le non-respect, parfois infime, de limitations de vitesse pas toujours bien explicites et souvent complètement inadaptées aux véhicules d'aujourd'hui.a_la_loupe-1.jpeg

3. "Touche pas à mon  « régime spécial de retraite » !

Lors de l'inauguration d'un salon de l'élevage à Rennes en septembre, le Président de la République a affirmé "qu'il existe des régimes spéciaux de retraites qui ne correspondent pas à des métiers pénibles et qu'il existe des métiers pénibles qui ne correspondent pas à un régime spécial de retraite". Le chef de l'État a confirmé qu'il souhaitait faire converger les régimes spéciaux qui concernent 1,1 million de personnes vers celui de la Fonction publique, qui a lui-même été réformé en 2003. Bien évidemment, les syndicats haussent le ton et veulent réitérer le mouvement hostile et paralyser le pays comme en 1995. Outre le fait qu’on "ne repasse pas deux fois les mêmes plats", force est de constater que l’évolution des mentalités est importante. Une majorité de français s’étonne du décalage qui existe entre le nombre d’années de cotisation pour la retraite des salariés du privé et ceux du public, notamment ceux qui bénéficient des régimes spéciaux. Sous des principes fallacieux, est-il normal qu’un bon nombre de français soient obligés de cotiser plus de 40ans alors que d’autres se contentent de travailler 35ans ! Bien entendu "mon" travail est beaucoup plus pénible que celui de "mon" voisin : la solidarité, oui mais pour les autres... L'avenir de la Fonction publique et les régimes spéciaux de retraite constituent, pour le président, le premier grand test social. Souhaitons que le bon sens l’emporte et que les syndicats, minoritaires sauf dans les bastions des "titulaires" des régimes spéciaux, se prennent "une veste" lors de la grève du 18 octobre prochain.

4. Le tonneau des danaïdes !

Le déficit du régime général des salariés sera proche de 12 milliards d'euros en 2007 et devrait encore s'élever à 9 milliards d'euros en 2008 ! L'essentiel des économies viendra d'une gestion plus rigoureuse de l'organisation des soins. Trois ans après la mise en œuvre de la réforme de l'assurance maladie de Philippe Douste-Blazy, qui prévoyait un "retour à l'équilibre" en 2007, la situation des comptes demeure très dégradée. Les comptes sociaux devraient pâtir l'an prochain des nombreux départs à la retraite de la génération du "baby-boom" qui grèveront le budget de la branche vieillesse. En plus de mesures habituelles de diminution des remboursements, le gouvernement veut s'attaquer aux préretraites pour favoriser l'emploi des seniors. La taxation des préretraites utilisées par les entreprises pour alléger leur masse salariale pourrait être doublée et les mises à la retraite d'office avant 65 ans "supprimées". Serait-ce le dernier plan ou est-ce un nouveau plan sans lendemain ? Seul l’avenir nous le dira !

5. Les propositions de la CLCF.

C’est aujourd’hui que Jacques Attali va remettre officiellement au Président de la République le rapport de la Commission pour la libération de la croissance (CLCF) qu’il a présidé. Mais l’on connait déjà quelques idées fortes de son travail. Selon les premiers éléments qui sont parues dans Le Figaro, la commission demanderait au Président de retirer le principe de précaution de la Constitution, d'abroger les lois sur la distribution, de lancer des mesures pour le logement et la stimulation du pouvoir d'achat. Globalement, deux priorités ressortiraient : relance du logement et baisse des prix. La commission envisagerait aussi la création d'une dizaine d'"Ecopolis", des cités modèles, technologiques et écologiques de 50.000 habitants, qui seraient créées de toute pièce qui n'utiliseraient que les technologies les plus innovantes et respectueuses de l'environnement en matière de construction et de communication. Ces "Ecopolis" ne seraient plus des villes-dortoirs mais constitueraient un laboratoire écologique de la "mixité sociale". Attendons d’en savoir plus, mais gageons que ces propositions feront couler beaucoup d’encre et ne resteront pas dans le "placard des bonnes intentions", même si certaines pourront difficilement être implantées dans notre société franco-française d’égoïsmes dévoyés !

6. La situation des cadres se serait améliorée en 2006.

Selon une dernière enquête du panel Oscar (Observatoire des cadres créé par la CFDT), le nombre de chômeurs cadres aurait diminué de 15% en 2006. Sur la même période, le pouvoir d’achat moyen des cadres aurait progressé de 2,1% mais avec des situations très contrastées selon les secteurs. Les cadres auraient perçu un peu plus d’augmentations collectives que les années passées, mais celles-ci resteraient très inférieures aux gratifications individuelles perçues. 60% des cadres du privé et 41% des cadres du public auraient été concernés par un intéressement en 2006.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article