Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Le Journal d’Aramis ( 09.10.07 ) :
Aramis.jpg

  •  Frédéric Régent, historien et syndicaliste.

Monsieur Miosec, recteur de l’Académie de Guadeloupe, n’est pas content, et le dit. C’est que depuis la toute récente rentrée scolaire, -plus d’un mois tout de même,- une véritable épidémie semble frapper le monde enseignant. Plus de 230 absents, de plus ou moins longue durée.
En entendant la nouvelle ce matin sur RCI, le récit me revient, que me fit, il y a une bonne vingtaine d’années – car le mal est ancien – un proviseur de lycée de la région pointoise. Il avait bien du mal à gérer le temps  des élèves d’un collègue, « grand malade ».
Mais que faire contre l’adversité ?
Quelle ne fut pas la surprise, cependant, de monsieur le proviseur, au journal télévisé, d’un de ces jours-là, rendant compte d’un match de foot de coupe de France, d’apercevoir son « malade », gesticulant comme un beau diable, parmi les supporters d’une équipe guadeloupéenne  au stade de…..Saint-Ouen, en métropole (!) à plus de 6700 kms, et apparemment revigoré par le spectacles des « boys » ! Pas de cure à Vichy, Chatel, ni même aux « eaux vives » au Matouba !
Mais à Saint-Ouen ! !
Chapeau !
Et mon proviseur d’avouer son incapacité à punir : « Je ne voudrais pas avoir les pires ennuis avec les syndicats » !

Ô temps ! Ô mœurs ! rien ne semble changé sous notre soleil des tropiques ! Sauf que le Recteur d’académie a bronché, cette fois !

Horreur ! Voici que se dresse devant lui l’ombre du syndicalisme outragé, au nom de la « dignité » enseignante bien entendu. (« Dignyté a pèp Gwaloup » !).

Rien de nouveau sous le soleil donc. Esclavage-M--tissage.jpg (L'ouvrage intéressant d'un jeune auteur qui cherche encore sa voie entre l'histoire,  un certain  syndicalisme, et/ou la publicité!).

Mais pourquoi le délégué syndical (FSU) est-il Frédéric Régent, jeune historien que l’on aurait pu croire occupé à des travaux plus nobles, et plus utiles ?
Le beau Frédéric s’apprêterait-il à publier un autre ouvrage ?
Le premier, à vrai dire, toute polémique à part, était intéressant ( « Esclavage, métissage, liberté », chez Grasset). Mais l’auteur avait choisi de s’exposer, comme militant très actif –hasard ? calcul ?- au moment de la polémique de janvier 2005 sur l’enseignement de l’histoire (voir l’article du Scrutateur dans nos archives).                                 
 Frédéric avait, à cette occasion montré de belles dispositions à l’art de la mise en valeur de soi, sous le plus bel éclairage qui soit ! l'éclairage "moral"!
C’est pourquoi me viennent aujourd’hui de soupçonneuses pensées.

Que ne s’intéresse –t-il plutôt à ce qu’on écrit, sur le site officiel de son académie, et dans la discipline historique qui est la sienne et devrait donc lui tenir à cœur ? N’y dit-on pas ( et il est impossible qu’on l’ait fait de bonne foi ! !) que l’ancien gouverneur Constant Sorin, qui sauva la Guadeloupe de la famine, et du naufrage pur et simple entre 1940 et 1943, était « un officier Allemand, nommé par Hitler » à des fins coupables. (Voir à ce sujet, toujours dans nos archives, la « Lettre ouverte, d’Edouard Boulogne, au Recteur, M.Miossec, au sujet de certains enseignants Jocrisse, de son académie »).

Il y aurait là un emploi digne du jeune et prometteur historien que pourrait être M. Régent.

Mais la médiatisation, serait désormais d’une autre nature, et pas seulement en Guadeloupe ! (plus d'article dans "Le Monde", par exemple. Dans Le Monde? ouaïe aïe aïe!!!). Le courage ne va toujours jusqu’à la témérité !

Pourtant la dignité de Frédéric serait mieux sauvegardée, et la nôtre : « dignyté à pep Gwadloup » ! ! !

Ne préjugeons  de rien, et espérons ! Courage Fred ! Courage !




  • Il paraît que Bernard-Henri Lévy s’en prenant à Nicolas Sarkozy, le traitant de « colonialiste » et autre joyeusetés politiquement correctes, s’est fait traiter de « petit con prétentieux », par M. Devedjean, secrétaire général de l’UMP !
Aussitôt la gauche, indignée (les « gens bien », les croquantes et les croquants, comme disait Brassens, font toujours dans l’indignation !) monte au créneau, le rouge de la colère au front.

Mais sur quel élément du jugement de monsieur Devedjean renâclent ces petits messieurs de la gauche ? S’il ne s’agit que de l’adjectif ! Bah ! ! On pourrait le retirer ! ou le modifier!
Car enfin qu’est-ce que B-H L ? J’ai voulu lire, récemment, son ouvrage sur Sartre (là aussi, -je pense à Frédéric-, bien médiatisé). Mais rien à faire, à la trentième page, j’ai laissé tomber. Cette incontinente diarrhée d’adjectifs exaltés! Cette succession de phrases creuses, venteuses ! Et surtout cette impression d’entendre le personnage vaticinant, prophétisant dans un absolu dénuement de pensée.

Non ! si l’on veut absolument lire quelque chose sur Sartre d’un peu consistant (mais nul, n’est-ce pas, n’est obligé !) lisons plutôt sa biographie par Annie Cohen-Solal (Folio essais).

Et puis si l’on veut lire des propos de gauche (et de bon sens pourtant !)  reportons nous au récent numéro du journal Le Point, où Jean-Pierre Chevènement est lui aussi pris à partie par le « beau » B-H L. C’est que monsieur Chevènement aime la France lui, et dans le Paris germano-pratin d’aujourd’hui, cela ne pardonne pas !
Chevènement dédaigne de répondre à B-H L. « Il n’est pas de mon niveau » dit-il. Cela n’est pas présomptueux, et cela…… est vrai.


  •  Je ne voudrais pas conclure, lecteur ami, cette petite chronique du 9 octobre, sans signaler la parution récente d’une bande dessinée (j’ai toujours raffolé du genre), sans prétention, mais bien dessinée (l’auteur principal en est Jacques Martin, le père d’Alix, et de Jean Lefranc, l’un des tenants de la grande tradition belge de la BD, celle de la « ligne claire », avec Hergé, l’immortel auteur de « Tintin au Congo », ou de « Cock en stock », où la traite des nègres, par les arabes, en plein 20ème siècle,  est dénoncée).img461.jpg
Il s’agit des aventures d’un nouveau personnage, celui du jeune  « Loïs », qui se heurte, en plein XVIIè siècle au début de la traite des noirs.
Le titre de l’album est « Le code noir ».
Il arrive, qu’en s’amusant, on s’instruise.
Bonne lecture !

Aramis.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

wanomed 13/12/2007 06:50

Mon cher Aramis,Dans ton papier sur l'ouvrage de M. Frédéric Régent, tu nous fais savoir que cet historien fait montre "de belles dispositions dans la mis en valeur de soi". J'admets qu'on puisse avoir une telle opinion de M. Régent. Ce qui me surprend en revanche, c'est que cette opinion vienne de toi. Parce que à voir l'album photos que nousoffre ton ami et néanmoins alter ego Edouard Boulogne sur le site du Scrutateur, on se dit que là ça dépasse la "mise en valeur de soi". C'est carrément du nombrilisme!

Edouard Boulogne 13/12/2007 11:50

Nombrilisme? Qui sait?Ou autodérision?Ou enfantillage, peut-être, un peu?On se consolerait en pensant que le royaume des cieux est promis à ces petits enfants.Aramis.