Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.

a_la_loupe-1.jpeg

1. Le Patriarche Alexis II de Russie à Notre Dame de Paris.


Un évènement important depuis plus d’un millénaire : La visite du Patriarche de l’Église orthodoxe de Russie à l’Archevêque de Paris dans sa cathédrale parisienne et, j’y étais ! Officiellement, le Patriarche Alexis II est venu vénérer la couronne d’épines de Jésus Christ conservée à Notre Dame lors d’une cérémonie très œcuménique. Mais c’est un témoignage commun des deux églises qu’il a voulu lancer. Dans sa réponse au message d’accueil de l’Archevêque de Paris, Monseigneur André Vingt-Trois, il a souligné que les positions des deux Églises "sont identiques sur de nombreux points : avortement, euthanasie, union du même sexe et autres phénomènes que l’on cherche à nous imposer, et qui sont inacceptables pour nos deux Églises". Beaucoup d’observateurs pensent que le voyage d’Alexis II est un grand pas dans le rapprochement entre les Églises Catholique et Orthodoxe Russe qui pourrait aboutir, à terme, à une rencontre avec le Pape Benoit XVI.

2. Bonne surprise pour l’emploi au 2ème trimestre 2007, mais...


Les résultats définitifs de l’Insee font état de 59.000 créations de postes au deuxième trimestre, principalement lié à l’évolution de l’intérim qui s’accroit. De même on constate un dynamisme exceptionnel des emplois de service à la personne. Sur douze mois, la France a créé près de 300.000 postes d’emplois de service à la personne, soit une forte progression de +1,7 %, la plus forte depuis 2001. Mais l’Unedic tire la sonnette d’alarme face à une évolution inquiétante de l’intérim qui, en juillet, aurait supprimé plus de 20.000 postes d’intérim !

3. Comment perdre son permis…

C’est très simple, conduisez votre voiture ! Eh oui, ce n’est pas plus difficile que cela. La multiplication des radars en tout genre sont une manne importante pour le fisc mais aussi un moyen génial pour perdre ses points et donc se voir "sucrer" son permis de conduire, surtout aux abords des grandes villes. La conduite devient un calvaire car vous devez passer votre temps avec le nez sur le compteur de vitesse et l’œil sur les bas côtés à regarder les panneaux. La vitesse passe de 90 à 70 puis à 45 pour revenir à 70 si ce n’est 50 en passant par 30 ; elle revient à 50 et passe par 70, 90 puis 110, revient à 90 puis 70 etc. On en a le tournis ! Sans compter les risques d’accidents car il est dangereux de trop regarder son compteur ! Que peut-on faire en face d’une machine, pas d’explication possible : vous avez dépassé la limite autorisée de quelques petits kilomètres (74 au lieu de 70) : pan, deux jours plus tard vous avez la "chance" de recevoir au courrier le "merveilleux" papier vert. Vous n’avez plus qu’à vous exécuter et payer rapidement pour bénéficier de 50% de "remise" sur le prix de votre amende. Mais pour votre point perdu, pas de remise possible : La machine ne connait pas l’indulgence ! Le gouvernement aurait-il passé un accord avec les autos école pour favoriser le développement de leur chiffre d’affaires. Est-ce la raison pour laquelle les examens de conduite sont si embouteillés ? On n’ose y penser ! Il est donc très facile de perdre tous ses points et de se retrouver sans permis. Certes on peut faire un stage avant la perte totale et récupérer quelques points. Mais il faut alors rester plusieurs années sans perdre des points pour retrouver la faculté du stage. Le résultat de tout cela est qu’un nombre important d’automobilistes, pas loin de 2.000.000, conduisent sans permis. On voit ainsi le développement croissant des voitures sans permis sur des routes non prévues à cet effet. Enfin, autre effet pervers, l'endormissement au volant, du fait d'une conduite devenue monotone. Ne serait-il pas mieux que le gouvernement revoie sa copie et ne donne pas la possibilité d’une remise sur le montant de l’amende mais laisse une marge plus grande pour la perte des points : pourquoi pas 10% ! Je vous rassure : j’ai toujours mon permis, mais j’ai, quand même, bêtement perdu quelques points.

4. La rénovation ne se proclame pas, elle doit se faire…

Après l’université d’été de La Rochelle, le vent de la rénovation souffle au PS, mais il faut rester prudent. Les socialistes sont des spécialistes pour porter le bon diagnostic sur leurs problèmes et claironner leur foi dans le changement. Le résultat se fait attendre et finalement rien ne bouge. Car les dinosaures, les éléphants et les lionceaux sont toujours là et se disputent le leadership de ce parti presque centenaire ! Le lancement du chantier de la rénovation reste une œuvre collective qui demande de mettre au placard, de façon temporaire, les ambitions de chacun. Mais Ségolène Royal et Bertrand Delanoë, personnalités résolument modernistes, affichent leurs ambitions avec en embuscade François Hollande. Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, même si ce dernier a fait le choix du FMI, restent en recours au cas où le parti se déchirerait. Enfin des jeunes comme Arnaud Montebourg et Manuel Valls, pourraient bien entrer dans la course. Cela fait beaucoup de prétendants pour un seul poste. De plus Nicolas Sarkozy est là, bien présent. Il a débauché les socialistes les plus avancés dans la rénovation en pratiquant une ouverture décomplexée qui n’est pas terminée. Le PS doit intégrer la nécessité de changer son discours, de lever des tabous et de bâtir une doctrine plus en adéquation avec les problèmes du moment.

5. Le déficit commercial de la France reste une gageure.

Pékin a annoncé son deuxième plus fort excédent commercial mensuel alors que la France annonce une nouvelle dégradation du déficit de son commerce extérieur : il atteint le niveau record de 30.400.000.000 d'euros en rythme annuel. Hors Afrique et Asie, les ventes françaises demeurent mal orientées. Les importations, quant à elles, progressent légèrement à 37.300.000.000 d'euros. Cette hausse ne reflète pas une meilleure tenue de la demande intérieure française mais est essentiellement due à la reprise des approvisionnements énergétiques. La progression des importations françaises est avant tout due aux achats hors Union européenne puisque les échanges restent stables en Europe.

6. Retour de la rigueur !

Pour la première fois, l'ensemble des dépenses budgétaires voient leur progression calée sur l'inflation, y compris les dotations aux collectivités locales et les affectations de recettes. Une fois absorbée la hausse des dépenses incompressibles que sont les intérêts de la dette et les pensions des fonctionnaires, le ministre Christine Lagarde n'a pas pu distribuer aux ministères plus qu’en 2006 en euros courants. Une seule priorité émerge de ce budget : l'enseignement supérieur, qui reçoit 1.800.000000 d'euros supplémentaires. Le gouvernement ne pouvait pas laisser filer ses déficits à cause des engagements pris vis-à-vis de ses partenaires européens. En plaidant que c’est un budget d'avenir et d'investissement, il s'efforce de convaincre que cette pause budgétaire permettra la relance de l'économie et donc pas de retour à la rigueur.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
A propos des limitations de vitesse et perte du permis de conduire, j'en fais actuellement l'expérience depuis le 25 septembre. Amené à parcourir en 42 jours quelques milliers de Km, j'ai pu vérifier l'analyse particuièrement pertinente de ce phénomène!!J'appréhende en permanece le flash fatal !!!!
Répondre