Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe.


( Une des rubriques de cette chronique d’Henri Pauvert, qui donne son titre à la chronique, porte sur la résistance des cartes postales à d’autres moyens de communications estivales plus modernes. D’où le choix de quatre cartes de la Guadeloupe des années 1910 à 1930. Nostalgie ! Nostalgie !).
1920.jpg(Une habitation à la Guadeloupe vers 1920).

Se marier ou non : tout dépend du fisc !

Contrairement à certaines idées reçues, le mariage ne permet pas toujours de faire des économies d'impôt, selon une enquête "Economie et Statistique" publiée par l'Insee. Certes le système d'imposition français permet aux couples mariés de déclarer en commun leurs revenus et d'acquitter ainsi un impôt plus "léger". Mais dans certains cas, le fait que le moins favorisé des deux conjoints de ne plus pouvoir bénéficier de la prime pour l’emploi en cas de mariage peut se traduire par une perte de "bénéfice". Même s’il avantage les couples mariés, l’examen des barèmes fiscaux et de la PPE des zones théoriques de pénalité au mariage définies dans le plan des rémunérations des deux membres du couple se dessine. Ainsi les couples en union libre sont parfois avantagés, notamment lorsque les rémunérations du couple permettent d’appliquer deux fois la décote ou le seuil de perception minimum. La présence d’enfants peut aussi les conduire à optimiser leur impôt en répartissant ces enfants entre eux au mieux du quotient familial. Le mariage n’est plus alors une union par amour mais un "contrat fiscal" !

1. Vivre avec un pétrole cher.

L’équilibre entre la demande et l’offre de pétrole est de plus en plus précaire. Selon l’AIE (Agence Internationale de l’Energie) cette situation devrait s’amplifier d’ici à 2012. Les raisons de cette situation sont dues aux capacités réduites de raffinage, à l’instabilité politique au Moyen Orient et à la croissance continue des économies mondiales notamment la Chine. La flambée des prix du pétrole accroît les inégalités entre pays pauvres et pays riches. Les pays industrialisés sont beaucoup moins dépendant du pétrole qu’il n’y a trente ans car ils ont réussi à diversifier leurs sources énergétiques, en se tournant vers les énergies renouvelables et le nucléaire avec aussi une amélioration de leur efficacité énergétique. Ce n’est, bien évidemment, pas le cas pour les pays pauvres dont le déficit commercial s’est accru aggravant leur pauvreté. Alors le mystère qui règne sur les réserves disponibles et la cherté du pétrole, comme il y a trente ans, favorisent l’accélération de la recherche pour trouver des solutions alternatives et changer nos modes de vie. Coté français, la hausse du carburant n’a pas changé le comportement de nos compatriotes qui recherchent de meilleurs prix sans diminuer leur consommation.
1935.jpg(Alors une curiosité, des voitures défilent à Pointe-à-Pitre en 1935).
2. Confirmation d’une hausse de la population et de l’espérance de vie.

L’Ined (Institut national des études démographiques) dans un rapport sur la démographie mondiale confirme que l’augmentation de la population mondiale se poursuit avec une hausse annuelle supérieure à 1%. Il y a donc toujours deux fois plus de naissances que de décès avec des zones ou la fécondité est plus importante que d’autres. On constate que la moitié de l’humanité vit dans des régions ou le taux de fécondité ne permet pas le renouvellement des générations. La hausse de l’espérance de vie se poursuit avec aussi des disparités entre les régions du monde.

3. Disparue depuis 2.000 jours...

Ingrid Betancourt a disparu depuis deux mille jours c'est-à-dire près de sept ans ! Peut-être est-elle encore captive des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), peut-être est-elle morte en captivité ? Personne n’est capable de prouver qu’elle est encore en vie. La dernière preuve de vie date de mai 2003, il y a plus de quatre ans ! Pensons à ces jeunes adultes qui ont grandi sans l’affection de leur mère, quelle tragédie !

4. Les cartes postales résistent aux textos.1930.jpg    (Le message au dos de la carte porte la date de 1930. Peut-être certains de ces jeunes gens vivent-ils encore! Allez savoir. Comme disait françois Villon "Où sont les gracieux galants que je suisvais aux temps jadis, si bien parlants, si bien chantants, si plaisants en faits et en dits",).

La carte postale est née en 1870 et les jeunes lui préfèrent les textos ou les cartes postales électroniques. Mais elle n’a pas pris de rides et reste un produit recherché. On la trouve partout et elle est de plus en plus belle et sous des formats très différents. Pas loin de cinq cents millions de cartes sont éditées chaque année et une très grande majorité est envoyée pendant la période d’été. Les touristes en raffolent surtout la Tour Eiffel qui bat tous les records mondiaux. Le plus dur pour les fabricants est de séduire les jeunes d’où la multiplication des cartes postales haut de gamme. La carte postale reste le moyen de se rappeler au bon souvenir de ses proches, de ses amis et de faire savoir que l’on a pris des vacances dans un lieu ... exquis et c’est un cadeau pour celui qui la reçoit.

5. La surprise du 3ème tiers !

Rappel des faits : janvier 2007, le Premier ministre Villepin veut donner un coup de pouce aux classes moyennes avec un objectif non avoué de tirer un gain politique à quelques mois des élections présidentielles. Bien évidemment Dominique de Villepin n’avait pas expliqué que le solde payable à l’automne prendrait en compte la régularisation sur la base des déclarations de revenus faites au printemps 2007. A l’époque des outils avaient été mis à la disposition des contribuables pour qu’ils puissent faire leur simulation. Mais de nombreux contribuables se sont contentés de prendre en compte la baisse d’impôts du début 2007 sans tenir compte de l’évolution de leurs revenus 2006 ou de leur situation familiale. Alors maintenant l’ajustement de fin d’année est douloureux. Faute du gouvernement, faute des contribuables : Un peu des deux, chacun ayant vu midi à sa porte, mais la note reste un peu plus salée que prévu pour certains Français.
Doll--.jpg (A Dolé, sur la commune de Trois Rivières, "an tan lontan").
6. L’arnaque à Sécu.

La nécessité de réduire le déficit de la sécurité sociale amène les limiers à s’organiser pour lutter contre les fraudes importantes : consultations trop nombreuses par journée, remboursements de trop nombreuses couronnes, hospitalisations fictives, arrêt de travail délivré de façon inconsidéré, patients décédés mais toujours remboursés, etc... On constate aussi le développement de réseaux organisés qui rayonnent sur différentes régions de France et touchent de plusieurs organismes. Et puis n’oublions pas le coût important des bénéficiaires de la CMU ou des étrangers qui viennent se faire soigner en France. Ces derniers coûts ne sont jamais mentionnés mais ne sont pas négligeables.

7. Les jobs d’été : tremplins pour trouver un CDI.

Beaucoup de jeunes profitent de la période des vacances pour entrouvrir les portes d’un emploi : CDD, stages, contrats saisonniers, tout est bon pour acquérir une première expérience qui sera un plus dans un CV. Les DRH (Directeurs des Ressources Humaines) sont très friands de ces jeunes qui rejoignent les entreprises pour l’été. C’est une période de repérage des jeunes talents qui pourront être recrutés en septembre. Bonne chance à tous ces jeunes qui effectuent leur "stage de préembauche".
Mardi-gras.jpg    (Carnaval à Pointe-à-Pitre dans les années 1920. Les vieux pointois reconnaîtront le débouché de la rue Frébault sur le marché central de la ville, tel qu'ont pouvait voir encore en 1950).

8. Les Français et la Bourse.


En France, pas loin de onze millions de personnes, soit un peu plus de 14% détiennent des actions ou d’autres produits financiers. Ils sont donc concernés par les problèmes que rencontrent les différentes Bourses mondiales. C’est beaucoup mais peu si on se compare avec les Etats-Unis ou la moitié de la population active possède des "valeurs mobilières". Les Français ne sont pas tous des boursicoteurs acharnés et sous-traitent la gestion de leurs titres à des professionnels. Beaucoup possèdent des produits plus ou moins sûrs tels que les OPCVM ou mieux des obligations. Gardons en mémoire qu’à la Bourse, il y a une part de risque qui est d’autant plus importante que le produit est rentable. Petits porteurs, pas d’affolement, gardez les pieds sur terre et faites le gros dos.

9. La voiture anti-alcool !

Impossible de conduire cette voiture si vous avez bu. Elle fait tout pour vous en empêcher car elle est truffée de puces électroniques et de capteurs capable de mesurer la teneur en alcool de l’atmosphère dans l’habitacle. Nissan vient de présenter le "concept-car antialcoolique" qui reste, pour l’instant, une vitrine technologique. Le conducteur est épié de partout et reste sous la haute surveillance des capteurs, d’une micro-caméra et d’un ordinateur de bord qui vont jusqu’à l’immobilisation complète du véhicule en cas de somnolence due à l’alcool. L’histoire ne dit pas ce qui se passe si tous ces gadgets dysfonctionnent. Souhaitons qu’un accident ne se produise pas. Encore un moyen de déresponsabiliser les conducteurs !

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article