Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

In memoriam : Serge Guiolet. Guiolet.jpg(Photographie : Serge Guiolet en 1977).

J’apprends la mort, survenue tout récemment à Aix-en-Provence de Serge Guiolet, à l’âge de 62 ans.

Il y a des années que je n’avais plus revu cet ami,  photographe professionnel, et photographe d’art, de grand talent. Dans les années 70, et au début des années 80 il avait collaboré, pas seulement par l’image, à la revue mensuelle Guadeloupe 2000, que je dirigeais. En 1989, il avait, à Paris, couvert l’évènement que fut la parution d’un de mes livres « France, Garde-nous, (le cri de l’outre mer français) ».

Sa mort est une perte pour la Guadeloupe et pour toute la communauté antillaise de métropole.
Je publie ci-dessous, en hommage, un article que
j’avais fait paraître dans Guadeloupe 2000 de Janvier 1978, rendant compte d’une de ses expositions à Pointe-à-Pitre.
Egalement quelques photographies, dont j’ai malheureusement perdu les originaux, au cours d’un déménagement, et que j’ai scannées à partir de Guadeloupe 2000, d’où la qualité médiocre des reproductions. Mais elles ont une valeur sentimentale et je les dédie à sa famille et à ses nombreux amis.
Edouard Boulogne. (15/07/07).


Guiollet-Chirac.jpg
(Photographie II : Serge Guiolet, présente, au Palais Bourbon, le journal Guadeloupe 2000 au 1er ministre Jacques Chirac, en 1975).






SERGE GUIOLET UN ESPOIR QUI S'AFFIRME.
Guiolet-Stirn.jpg
(Photographie n° III : S. Guiolet, présente son exposition en 1977, à Olivier Stirn, alors ministre des DOM-TOM).

Du 16 au 31 décembre 1977 Serge Guiolet a exposé à Pointe-à-Pitre, au Centre Rémy Nainsouta, de magnifiques photographies qui ont été contemplées par un public nombreux et ravi, tant il est vrai qu’il ne lui est pas souvent offert un spectacle cette qualité.

On sait que la même exposition a obtenu à Paris devant un public de connaisseurs un succès exceptionnel. Rendre compte du vernissage de cette exposition qui eut lieu en présence de M. Olivier Stirn, de M. le Président Gaston Monnerville, de la grande cantatrice, Christiane Eda-Pierre, notre confrère Jean-Baptiste Fissier écrivait ici même : «Notre grand Guiolet est en passe de devenir un chef de file d'une nouvelle renaissance de l'Art Français ; d'une renaissance dans laquelle, réalisme, impressionisme, romantisme seraient étroitement mêlés aux dons qu'il semble avoir hérité de maîtres comme Corot, Monet, Vigée-Lebrun, la parfois fascinante Valentine Hugo. Serge Guiolet compte, sans conteste dans le peloton de tête de ces maîtres qui aideront à rejeter au plus profond de l'oubli un dernier siècle d'horreurs avilissantes ».

J.B. Fissier a raison. Il y a des années que  je suis la carrière artistique de ce jeune et sympathique compatriote. Chacune de ces étapes manifeste un progrès. La technique s'affine, mais surtout l'œuvre acquiert une dimension spirituelle. Ses paysages aussi bien que ses portraits, de femmes et d'enfants surtout, traduisent cette évolution qui va de l'extérieur vers l'intérieur, du sensualisme épicurien  des débuts à une sorte de spiritualisme qui  ne demande qu'à grandir, à s'approfondir. Serge Guiolet peut y parvenir.
Il possède plusieurs des qualités nécessaires pour cela : l'humilité sans laquelle les plus doués, prématurément satisfaits d’eux-mêmes s'arrêtent en chemin sans avoir donné leur mesure ; la patience, qualité rare au siècle de l'atome, vieille vertu paysanne née de l'expérience millénaire dont il ne faut pas brusquer les germinations si l'on veut récolter de bons fruits, le talent enfin dont il est pétri. Puisse Serge Guiolet rencontrer aussi la chance sans laquelle peu de grandes choses se réalisent, et l'estime de tous ses compatriotes Guadeloupéens. C'est ce que, pour ma part je lui souhaite : qu'il fasse mentir le proverbe qui dit que «nul n'est prophète en son pays». Si j'en crois la qualité du public qui l'entourait à la salle Nainsouta le 16 Décembre, il n'est pas loin d'y avoir réussi.

Edouard BOULOGNE. 

(article paru dans Guadeloupe 2000, de janvier 1978).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean Claude GAYDU 23/04/2020 17:53

Bonjour,
j'apprend le mort de serge Guiolet un copain que j'avais perdu de vue, on avait fait une exposition en semble qui s'appelait couleur et visage des antilles à boneuil sur marn, j'aimerai avoir contact avec sa famille , je leurs pressente toute mes sincères condoléances. Jean Claude Gaydu.

FUMEY 05/04/2008 17:51

Merci de faire vivre et revivre ce qui devrait l'être ; la memoire de SERGE DOIT LUI SURVIVRE. Je m'appelle Fofo Forey Fumey et je suis photographe et donc avant tout ami et collegue de Serge GUIOLET. j'aimerai avoir contact avec sa famille pour juste leur expliquer ma position sur un sujet qui mérite reflextion. JE PRESENTE A TOUTE LA FAMILLE MES SINCERES CONDOLEANCES ;

Gérard Vergé-Lauriat 08/10/2007 19:45

Serge GuioletLudivine GuioletBonjour Monsieur, Je me présente, je suis Ludivine Guiolet, une petite cousine de Serge Guiolet. Je tenais à vous remercier pour cet article plein d'émotion qui a ravi mon père (cousin germain de Serge) mais le reste de la famille. Grâce à vous, j'ai pu en apprendre sur Serge et sur sa vie trépidante de photographe. Je n'oublierai jamais que c'est grâce à lui que j'ai pu obtenir mon 1er stage au sein de France 3 et du cop choisir de travailler dans le journalisme. J'aurais aimé conversé avec vous plus longuement sur Serge mais aussi sur le métier de journalisme car j'aime beaucoup votre plume. Merci d'avance pour votre réponse, Cordialement, Ludivine Guiolet

Edouard Boulogne 23/10/2007 23:07

J' ai déjà répondu par ailleurs à Ludivine Guiolet, et me contente de reproduire ici le message qu'elle m'a envoyé par une autre voie concernant  son cousin, mon ami, le regretté Serge Guiolet.E.Boulogne.