Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Edouard Boulogne

Une semaine à la loupe (04/06/07).



1. Le "Bayrou"d d’honneur !a_la_loupe-1.jpeg


François Bayrou n’est même pas sûr d’être réélu dans son fief car ses électeurs ont été très troublés par la campagne qu’il a menée contre son camp. Il a créé le MoDem (Mouvement Démocrate) et peut se satisfaire des applaudissements qui ont marqué la naissance de son parti. Mais il ne lui reste plus qu’une poignée de fidèles. L’UDF a toujours penché à droite et les électeurs ont été des alliés de la droite gouvernementale depuis des décennies. Ils n’ont pas compris la façon nauséabonde avec laquelle François Bayrou a passé son temps à cracher dans la soupe. Alors sa recette risque de lui laisser un goût amer. Les sondages lui prédisent quelques députés, moins de 20, qui ne lui permettront pas d’avoir une représentation au parlement. Comment les électeurs vont-ils faire la différence entre les UDF du Centre et les UDF du MoDem ! A l’Assemblée Nationale, comment pourra-t-il peser sur les décisions prises par les députés ? A cela vont s’ajouter les difficultés juridiques que devraient rencontrer le MoDem et l’UDF. La "marque UDF" (Union pour la Démocratie Française) a été déposée il y a trois ans à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle). Qui sont alors les détenteurs de la marque UDF : le MoDem ou les anciens UDF qui se présentent sous la bannière du Centre ? Belle bagarre en perspective pour des Français qui n’y comprennent pas grand-chose à cette cuisine politicienne.

2. Le Tonneau des Danaïdes !


Depuis plus de 30 ans la Sécurité Sociale vit sous perfusion. Les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, nous ont habitués à élaborer le "dernier plan" de réorganisation qui va sauver la Sécurité Sociale du désastre. Et nous voilà, encore une fois, à la case départ puisque le nouveau ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a confirmé que les dépenses d’assurance-maladie devraient déraper d’environ deux milliards d’€uros ! Le gouvernement va être rappelé à l’ordre par le Comité d’Alerte de l’Assurance-maladie, structure indépendante mise en place par la réforme de la santé en 2004. Alors on parle de l’instauration d’une franchise, d’une gestion plus stricte de la délivrance des arrêts maladie et des analyses biologiques, de la réduction du nombre de journées d’hôpital, de la relance de la consommation de médicaments génériques, etc., etc… Du déjà vu, sauf que chaque fois on nous ponctionne un peu plus. Comment peut-on continuer à faire croire aux français que le modèle de gestion de l’assurance-maladie est le meilleur au monde et qu’il doit perdurer sans prendre en compte l’évolution de la durée de vie des patients. Nous vivons plus longtemps et nous cotisons de moins en moins longtemps. Comment pouvons nous croire que nous ne paierons pas plus ? Deux moins un n’ont jamais fait trois !

3. Attention aux pieds !


Parents, surveillez les pieds de vos enfants ! l’UFSPP (Union Française pour la Santé du Pied et de la Podologie) tire la sonnette d’alarme. Un pied mal traité pendant la croissance des enfants peut être à l’origine de troubles orthopédiques graves à l’age adulte. Attention aux chaussures trop petites : le résultat peut être catastrophique avec pour conséquences des problèmes aux genoux, au bassin ou dans le dos. Mais les chaussures trop grandes, par souci d’économie, sont à la base de déformations plantaires qui provoquent des tendinites ou des entorses. Il faut que nos enfants marchent le plus souvent possible pieds nus afin que leurs pieds soient libres de leurs mouvements. Les petits, jusqu’à quatre ans, ont des pieds plats qui nécessitent d’avoir des chaussures sans soutien de la voûte plantaire, avec des semelles plates et bien structurées. Il est important de se souvenir que les pieds supportent le poids du corps, permettent de se tenir debout et de se déplacer en marchant ou en courant. Alors "chouchoutez" les pieds de vos enfants !

4. L’€uro fort est-il un handicap ?


L’€uro n’est pas fort, c’est le $ollar qui est très faible. Les défenseurs d’un €uro fort ne sont pas légion. Les grands patrons dénoncent les inconvénients d’une monnaie trop vigoureuse. Certaines sociétés, comme EADS & Airbus, envisagent des restructurations supplémentaires alors que d’autres, comme LVMF, voient l’impact de l’€uro pénaliser fortement leur activité. L’appréciation de l’€uro par rapport au $ollar amputerait la croissance française de 0,5% en 2007. Mais l’€uro fort ne fait pas que des malheureux. Les importations, notamment le pétrole et les matières premières libellées en $ollars, deviennent moins cher. Certaines sociétés gagnent donc de l’argent et profitent pour améliorer leurs marges, leur rentabilité et baissent les prix de leurs produits. N’oublions pas que l’€uro fort permet de garantir une inflation maîtrisée et évite les dévaluations en cascades que nous avons connues dans le passé. L’€uro fort est peut-être aussi un atout pour le consommateur car certains biens, comme le textile ou l’électronique grand public, qui viennent de l’étranger, sont vendus moins chers. Dans le même temps, les salariés consommateurs, qui travaillent dans des entreprises qui souffrent de la faiblesse du $ollar, peuvent être pénalisés dans leur pouvoir d’achat. Alors l’€uro fort est-il un handicap ou un atout : seul l’avenir nous le dira.

5. Internet, toujours plus vite.

L’arrivée du Web interactif ainsi que les progrès technologiques liés au développement de la fibre optique vont entraîner la présence incessante du "Net" dans notre vie durant les prochaines décennies. Le Web 2.0 est interactif ce qui sous-entend que l’internaute ne sera plus seulement un consommateur de produits mais qu’il deviendra le promoteur et le concepteur de son propre contenu informatif ou artistique. Le développement du haut débit, grâce à la fibre optique et la technique de l’ADSL, va permettre au commerce électronique (e-commerce) de se développer de façon exponentielle. On parle de plus de dix sept milliards d’€uros de ventes en ligne en 2007 dans la France, soit plus de 70% de croissance par rapport à 2006. Le développement de l’e-commerce va être énorme grâce à la croissance du nombre de boutiques en ligne. Bientôt nos voitures, nos téléviseurs, nos ordinateurs et nos réfrigérateurs seront connectés ensemble dans un même réseau. Il n’y a pas d’arrêt au progrès !

6. Haro sur les 35 heures et la défiscalisation des heures sup. !

Dans un rapport débattu la semaine dernière, le CAE (Conseil d’Analyse Economique) rattaché au Premier ministre, a épinglé les 35 heures qui sont une fausse bonne idée pour augmenter l’emploi par la réduction du temps de travail. De même, le CAE a souligné le risque de fraudes que fait courir la défiscalisation des heures supplémentaires et l’effet incertain de cette mesure sur les revenus et l’emploi. Par contre il plaide pour l’assouplissement des règles d’ouverture des magasins et du commerce le dimanche. Entre les 35 heures, le nombre de jours de congés, les jours chômés, les ponts et les viaducs, les Français restent les seuls citoyens dans le monde à avoir une durée de travail aussi faible. Encore une "bonne" invention des socialistes qu’il est impossible de supprimer car, socialement intouchable ! ! !

7. Vous avez dit élections…

Nos deux prochains week-ends vont être ponctués par des événements électoraux ! Oui, nous allons voter pour élire nos députés. Quelle campagne ! Peu de meetings, point de petites phrases assassines : un encéphalogramme presque plat. Aucun intérêt peut-on penser, sauf que nous devons confirmer notre choix du deuxième tour des élections présidentielles. Le 6 mai nous avons choisi avec force le changement et nous avons donné une légitimité incontestable au président Sarkozy. Nous devons permettre au président et à son gouvernement d’avoir une majorité claire au parlement qui leur permettra de développer la politique que nous avons approuvée. Nous devons parfaire notre choix et leur donner les moyens de leur politique. Alors ne nous démobilisons pas et allons voter à 86% pour leur permettre de nous sortir de l’ornière dans laquelle nous nous sommes installés depuis de nombreuses années, à cause de la gauche et d’une droite môle.

Henri Pauvert.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article